Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.

mardi 11 avril 2017

Enigmes sur les Carrés Magiques : gagnez 8.000 €

Le site www.multimagie.com propose, pour faire avancer douze problèmes non encore résolus sur les carrés magiques, douze prix pour un total de 8000 €. L'une de ces énigmes a été résolue en août 2016 par Sébastien Miquel. Cet étudiant en thèse a construit le plus petit carré magique connu qui soit à la fois additif et multiplicatif. Il s'agit d'un carré 7x7, de somme magique 465 et de produit magique 150'885'504'000. Sa découverte a nécessité 600 heures de calculs.

lundi 10 avril 2017

Math Goes to the Movies


Math Goes to the Movies
Burkard Polster, Marty Ross
John Hopkins University Press (7 septembre 2012)
252 pages

The first several chapters discuss in detail specific popular movies containing significant mathematics, such as Good Will Hunting (1997). The later chapters present lots of fun mathematical movie trivia. Some other movies which the book goes into detail with are Stand and Deliver (1988), A Beautiful Mind (2001), Pi (1998), and It's My Turn (1980). As mentioned, the later chapters present lots of fun mathematical movie trivia. For example, in Die Hard with a Vengeance ("Die Hard 3"), the characters played by Bruce Willis and Samuel L. Jackson are given various puzzles by the character played by Jeremy Irons. Some of these are mathematical in nature and are discussed in detail.
A good sense of what the book is about can be determined from a list of chapter titles.

  1. Good math hunting
  2. The clever hand behind "A Beautiful Mind"
  3. Escalante Stands and Delivers
  4. The annotated Pi files
  5. Nitpicking in Mathmagic land
  6. Escape from the Cube
  7. The incredible shrinking room
  8. Murder in the hot house
  9. A word problem for die hards
  10. 7×13=28
  11. One mirror has two faces, two mirrors have ...
  12. It's my turn for some serious mathematics
  13. Beautiful math, or better off dead
  14. Pythagoreas and Fermat at the movies
  15. Survival in the fourth dimension
  16. To infinity and beyond!
  17. Problem corner
  18. Money-back bloopers
  19. The funny files
  20. People lists
  21. Topic lists

samedi 8 avril 2017

Les figures de l'ombres


Les figures de l'ombres
Margot Lee Shetterly
HarperCollins (15 février 2017)
448 pages

Présentation de l'éditeur
Le livre qui a inspiré le film - 3 nominations aux Oscars 2017
Armées de simples crayons et de règles, elles ont propulsé les États-Unis en tête de la course à la conquête spatiale. Les «ordinateurs de couleur». Tel était le descriptif de poste des mathématiciennes afro-américaines Dorothy Vaughan, Mary Jackson, Katherine Johnson et Christine Darden, employées à la NASA dans les années soixante.
Grâce à ces femmes, les États-Unis envoyaient l’astronaute John Glenn en orbite en 1962, dix mois seulement après Youri Gagarine. Pourtant, leurs noms sont restés inconnus du grand public pendant des décennies. Dans une Amérique rongée par la ségrégation raciale, sans compter le sexisme auquel elles devaient faire face, leurs carrières ont été, pour ainsi dire, oblitérées.
Récompensée notamment par la Virginia Foundation for the Humanities pour ses recherches sur l’histoire des femmes dans l’informatique, Margot Lee Shetterly réhabilite aujourd’hui ces héroïnes de l’ombre dans ce document exceptionnel, adapté au cinéma par Théodore Melfi.

vendredi 7 avril 2017

π est une fraude ! Hors-série (La Science à Contre-Pied)

mardi 4 avril 2017

La MMI

Unique en France, la MMI (la Maison des Mathématiques et de l'Informatique) est un centre de médiation des savoirs dédié aux sciences mathématiques et informatique via une approche vivante, ludique et pluridisciplinaire. C’est un lieu où convergent : science, art, musique, histoire, architecture… pour une expérience nouvelle !
À l’origine de la MMI se trouve un prestigieux mathématicien : Étienne Ghys, directeur de recherche au CNRS (ENS de Lyon), membre de l’Académie des sciences, lauréat du premier prix Clay de la diffusion des mathématiques. Talentueux et engagé, il imagine ce lieu chaleureux consacré à la culture mathématique et informatique, rapprochant chercheurs et citoyens.

samedi 1 avril 2017

Comprendre les mathématiques

Aujourd'hui, plus que jamais, les mathématiques non seulement expliquent le monde, mais aussi le transforment. Sans elles, ni GPS ni téléphone portable, ni fusées ni robots, ni transplantation cardiaque ni prothèse high-tech. Pas d'Internet non plus, pas de tweets et autres réseaux sociaux…Mais comment est-on passé du calcul sur les doigts à la machine de Turing ?
C'est ce que nous vous proposons de découvrir dans ce hors-série, en lisant les textes les plus importants de l’histoire des mathématiques. Certes la complexité va croissante au fil des siècles, mais ils sont expliqués et clarifiés par les meilleurs historiens des mathématiques.
Retrouvez Newton, Leibniz, Nash, Turing… Des personnalités hors du commun et leurs découvertes révolutionnaires, dans ce Point Références.
Avec Cédric Villani, Gérard Berry, Michel Broué, Catherine Goldstein, Mickaël Launay, Ian Stewart…

mardi 28 mars 2017

Le problème du logarithme discret en cryprographie

Étymologiquement, le mot cryptographie provient du grec : kruptos (caché) et graphein (écrire). Le cryptographe essaie donc de mettre en place des systèmes cryptographiques, ou cryptosystèmes, fiables pour chiffrer (ou sécuriser) des messages circulant dans un réseau de communication. De son côté, le cryptanalyste tente de disséquer le système utilisé afin de trouver des failles et d'obtenir une information à partir du message codé, appelé cryptogramme. Cryptographie et cryptanalyse font tous deux partie du domaine général qu'est la cryptologie : la science du secret.
On se place dans la situation suivante : deux personnes, habituellement dénommées Alice et Bob, échangent des informations via un réseau et un intrus, Charlie ou Eve, espionne les transmissions. Dans ce contexte, les quatre buts principaux de la cryptographie sont :

  • la confidentialité : les textes codés et envoyés par Alice et Bob ne doivent pas être compris par Charlie ;
  • l'authentification : Bob doit pouvoir être sûr que l'auteur du message est bien Alice et non une autre personne ;
  • l'intégrité : le message d'Alice reçu par Bob n'a pas pu être modifié par Charlie lors de la transmission ;
  • la non-répudiation : Alice ne peut pas nier être l'auteur et avoir envoyé son message une fois que celui-ci est transmis.
Lire l'article de Christophe Delaunay sur Images des mathématiques

lundi 27 mars 2017

Le scrutin de Condorcet randomisé - Science4All

samedi 25 mars 2017

Où sont les gauchers?

Source : Une année au lycée, par Fabrice Erre, enseignant et auteur de BD

jeudi 23 mars 2017

Le prix Abel de mathématiques décerné à Yves Meyer

Récompense méritée pour le mathématicien Yves Meyer, principal inventeur des « ondelettes », cet outil qui permet de compresser les images au format JPeg 2000. Mais cette technique de traitement du signal, venue de la géologie, va bien au-delà, complétant en quelque sorte les transformées de Fourier, et a trouvé bien d'autres applications dans les sciences et les technologies. Les pavages de Penrose, eux aussi, doivent beaucoup à cet homme, chercheur éclectique.

Lire l'article de Jean-Luc Goudet sur Futura Sciences

mercredi 22 mars 2017

Affaire de logique : Le Concours "Dans le 1000" démarre aujourd'hui !

Pour fêter le 1000e problème de la rubrique Affaire de Logique d'Élisabeth Busser et Gilles Cohen paraissant chaque semaine dans Le Monde depuis 20 ans, Tangente organise à partir du mercredi 22 mars un concours, gratuit et ouvert à tous, sur 25 semaines (problèmes 1001 à 1025).

Pour y participer, rendez-vous chaque semaine pour consulter le problème :

  • Dans le cahier Sciences et médecine du journal Le Monde daté du mercredi ;
  • Sur le site affairedelogique.com entre le mercredi 0h et le lundi suivant à minuit.
Cherchez le problème et donnez votre réponse sur le site www.affairedelogique.com
  • Pour cela, identifiez-vous (ou inscrivez-vous, si ce n'est déjà fait)
  • Remplissez les cases correspondant aux questions du problème
  • Vous pouvez modifier votre réponse jusqu'au dernier moment
  • Vous pouvez sauter une étape si vous savez pas résoudre un problème
Chaque semaine, vous marquerez un score compris entre 0 et 40. Les scores seront totalisés chaque semaine.
Il suffira de marquer 400 points sur les 1000 possibles pour remporter un prix.

mardi 21 mars 2017

Les extraordinaires prédictions du Révérend Walker

Comment certaines affirmations mathématiques d’un obscur pasteur presbytérien en 1952 n’ont pu être vérifiées que des décennies plus tard... par ordinateur.

Lire l'article sur Images des mathématiques

lundi 20 mars 2017

« D'après une étude » : cet imparable argument d’autorité !

« Les couches-culottes sont toxiques pour les bébés, d'après une étude »… « D'après une étude, les gens qui se parlent à eux-mêmes seraient des génies »… « D'après une étude, le spoiler est bon pour vous »… Il ne se passe pas un jour sans que les médias (que je consulte) utilisent cette formule. Certains des articles sont très bien écrits et, rapportant ce qui a été fait dans l'étude, permettent réellement au lecteur de se faire une opinion argumentée. D'autres se contentent d'un gros titre et de quelques considérations générales, attrayantes, mais pas étayées. C'est là que le bât blesse.
En creusant un peu, on se rend vite compte que, pour chaque étude montrant un résultat « blanc », il y en a au moins une autre qui montre un résultat « noir ». Alors, pourquoi se fier plus à l'une qu'à l'autre ? Parce qu'elle a été relayée davantage par les (multi-)médias ? Parce qu'elle est attribuée à « une université prestigieuse » ou à un « grand professeur » ? Ou encore parce qu'elle a été qualifiée de « très sérieuse » ? Parce qu'elle a été mieux faite ? Ce dernier argument est peut-être celui qui tombe le mieux sous le sens. À condition de savoir décortiquer ces fameuses études. Voici un mode d'emploi et quelques recommandations d'usage.

Lire l'article sur The Conversation.

dimanche 19 mars 2017

Comment j'ai détesté les maths

Un documentaire passionnant autour du monde des mathématiques dévoilant son histoire et ses impacts. Sur Arte, mercredi 22 mars à 23h20.

Pour beaucoup d'élèves, les cours de mathématiques sont souvent une corvée. Quel est l'intérêt d'apprendre les formules et autres théorèmes de Pythagore, bref, des choses un peu rigides et obscures qui ne servent «jamais dans la vie de tous les jours» ? Olivier Peyon, l'auteur du documentaire, pensait cela avant de rencontrer un mathématicien du Collège de France. Celui-ci lui affirme que les maths sont un outil de liberté. Perplexe, Olivier Peyon a alors entrepris l'exploration d'une matière mal-aimée en partant à la rencontre des plus grands mathématiciens dont Cédric Villani (Médaille Fields 2010), Jean-Pierre Bourguignon ou Robert Bryant...

2013 France, réalisé par : Olivier Peyon

samedi 18 mars 2017

Notre visage est marqué socialement par notre prénom

Selon des résultats récemment publiés, nous arrivons à reconnaître les prénoms des gens à partir de leur visage. Une marque sociale qui s'imprimerait sur le visage à force de se conformer aux stéréotypes véhiculés par notre prénom...
Pourquoi certaines personnes ont-elles une tête de Véronique? Les Romain diffèrent-ils des Olivier? Comment devient-on une Mathilde? Si vous aussi vous avez un prénom, les résultats d'une étude franco-israélienne publiés récemment vous concernent directement. Le but des chercheurs (HEC Paris, Hebrew University of Jerusalem, Interdisciplinary Center (IDC) et Columbia University) était de déterminer si nous ressemblons à notre prénom. Et la réponse est oui. Le phénomène paraît irrationnel, et pourtant...
Dans la série d'expériences de l'article dont les résultats sont publiés dans le Journal of Personality and Social Psychology, des volontaires photographiés en France et en Israël ont été associés environ 4 fois sur 10 à leur vrai prénom lorsque des individus se voyaient proposer une liste de quatre choix.

Lire l'article de Jean-Laurent Cassely sur Slate.fr

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 >