Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus ou, pourquoi pas, de créer leur propre blog...
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


lundi 6 octobre 2008

Le goût pour le sport dépend de la longueur des doigts

D'après une étude récente de la part de chercheurs de l'université de l'Alberta et de l'université de la Californie, il existe une corrélation directe entre la longueur des doigts et la volonté de faire de l'exercice physique.
Cette étude jette également quelques doutes sur une étude récemment publiée qui faisait le lien entre la longueur des doigts et l'agressivité masculine. On a pensé tout d'abord que les deux situations constatées sur la longueur des doigts avaient été causées par une exposition à des niveaux élevés de testostérone lorsque l'individu était encore dans le ventre de sa mère. Cette dernière étude qui s'est portée sur des souris de laboratoire n'a trouvé aucune preuve permettant de valider cette hypothèse.
Elle a utilisé un millier de souris blanches pour trouver un lien entre la longueur des doigts, l'exercice volontaire et, éventuellement, des niveaux importants d'hormones prénatales. On réalisait la différence de niveaux d'activité entre les souris d'un groupe de contrôle et des souris spécialement sélectionnées.
D'après les résultats, ce serait plutôt le stress prénatal que les niveaux de testostérone qui, dans le ventre de la mère, conditionnerait le petit à davantage d'activité physique.
Cette recherche indique donc qu'il existe un lien (pas forcément causal) entre le cerveau, le comportement, les composantes de la personnalité et la forme de la main.
Il serait donc possible que certains aspects de la personnalité, ici le désir de faire du sport, soit fixé une fois pour toute pour la vie dès le tout début de notre existence.

Source : Sur la toile

dimanche 5 octobre 2008

L'escalier de Giuseppe Momo

L'escalier du Musée du Vatican, créé par Giuseppe Momo en 1932, est une double hélice, c'est-à-dire qu'il y a en fait deux escaliers : un pour monter et un pour descendre. Vous le constaterez en suivant la rampe sur la photo ci-dessous. On voit d'ailleurs au fond de l'escalier qu'il y a deux points d'accès.


Vous pourrez aussi le constater sur cette video.

dimanche 28 septembre 2008

Pourquoi je déteste téléphoner...

samedi 27 septembre 2008

Jouer avec des groupes simples

De nouveaux jeux inspirés du Rubik’s Cube offrent aux amateurs de casse-tête l’occasion de se familiariser avec les propriétés de certains objets mathématiques nommés groupes simples sporadiques. On trouve un intéressant article sur le sujet dans Pour la Science no 372 (octobre 2008).
Les jeux M12 et M24 peuvent être joués en ligne :

Ils fonctionnent sur Internet avec n'importe quel ordinateur. Le casse-tête Dotto peut être téléchargé sur le site, mais n'est exécutable que sur le système d'exploitation Windows.

Compléments d'information (en anglais) : Puzzles: Simple Groups at Play

vendredi 26 septembre 2008

Sesablog - le blog de Sésamath

Sesablog, le blog de Sésamath existe depuis une année. Alors que les billets provenaient d'un seul contributeur, Sébastien Hache, le blog va maintenant être alimenté par une petite équipe, et s'ouvrir aux contributions extérieures. Le contenu du blog concernait essentiellement l'actualité de Sésamath et de ses projets. L'équipe a décidé d'élargir le contenu à tous les sujets qui concernent de près ou de loin les professeurs de mathématiques. Ainsi, si vous pensez pouvoir écrire un billet qui aurait sa place dans le Sésablog, n'hésitez pas à leur envoyer. Un site qui vous parait intéressant, une expérience en classe originale, un évènement qui concerne l'enseignement des mathématiques...

jeudi 25 septembre 2008

Urbyline

Dans "Urbyline", il faut réaliser un contrat, un total, compris entre 15 et 29, grâce à l'addition de cinq chiffres, placés sur un tablier de 5x5 cases. La difficulté est, évidemment, que votre ou vos adversaires vont essayer d'en faire autant et qu'il va bien falloir utiliser les chiffres posés par les autres joueurs. Il faut donc réussir à jongler avec des chiffres croisés.
Pour limiter un peu les possibilités offertes, le jeu impose en partie les trois premiers de chaque contrat grâce à une table de possibilités. Ainsi, en fonction du total à réaliser, il n'y a que trois coups possibles. Il n'est pas possible d'intervenir à ce moment-là sur les lignes adverses.
Les règles expert permettent de contrer des lignes adverses en jouant un coup dans la ligne adverse et qui fera perdre des points sur le total réalisé.
"Urbyline" est jouable dès l'âge de huit ans dans sa version la plus simple. Les plus grands, avec l'ensemble des règles auront également tout loisir pour de se faire des nœuds à la tête.

Allez sur le site officiel d'Urbyline pour voir les règles complètes du jeu. Vous pourrez aussi y commander ce jeu, qui est auto-édité.

mercredi 24 septembre 2008

Citation de Dieudonné (3)


Nous avons à former des êtres pensants et non des robots, à amener l’étudiant à comprendre ce qu’il fait et non à lui enseigner des procédés mécaniques.

Jean Alexandre Eugène Dieudonné

mardi 23 septembre 2008

Kömal

Il y a plus de cent ans, Daniel Arany, professeur dans une école supérieure à Győr (Hongrie), a décidé de fonder un journal de mathématiques pour lycéens. Il a exprimé ainsi son objectif : "donner dans les mains des professeurs et des élèves un recueil d’exercices au contenu riche". Le premier exemplaire du journal est sorti le 1er janvier 1894.
La fondation du journal est en lien étroit avec le progrès observé dans la vie scientifique au tournant du siècle. La Société de Mathématiques et de Physique a été fondée en 1891, et le concours Eötvös (en physique) a été organisé pour la première fois à l’automne 1894 pour les bacheliers de l’année.
Depuis, plusieurs générations de mathématiciens et de savants ont développé leurs aptitudes dans la résolution de problèmes grâce à KöMaL. Les meilleures solutions paraissent régulièrement avec le nom de leurs auteurs âgés de 14 à 18 ans.
KöMaL donne des informations sur les concours nationaux et internationaux, publie des articles en mathématiques et en physique, informe sur les parutions de livres ayant trait au programme scolaire mathématiques et physique. Depuis plus de trente ans, tous les énoncés sont publiés en hongrois et en anglais. Cela représente des milliers d’exercices !
Aujourd’hui, le journal est produit par la Société de Mathématiques Jànos Bolyai et la Société de Physique Lorànd Eötvös avec le soutien du Ministère de la Culture et de l’Education. KöMaL paraît neuf fois par an. Grâce au travail régulier auquel les élèves sont incités par la participation aux concours de KöMaL, leurs résultats peuvent être sensiblement améliorés dans les classes scientifiques, dans les classes préparatoires ou encore aux Olympiades.
Depuis l’année scolaire 2004/2005 le journal existe en version française sur Internet : http://www.komal.fr.

Les Concours

Au début de chaque mois, d’octobre à juin, nous publions les énoncés de huit séries d’exercices de niveau lycée, collège (4 séries en maths, 2 en physique et 2 en informatique). Les élèves auront 1 mois pour renvoyer les solutions. A la fin de l’année, les meilleurs d’entre eux seront récompensés par des prix.

lundi 22 septembre 2008

Tatouage Escher

Vous connaissez peut-être mon amour pour Escher et pour les tatouages ;-) Alors voici comment combiner les deux :

dimanche 21 septembre 2008

Sprouts

Le jeu des pousses (Sprouts en anglais) se joue à deux joueurs avec un stylo et une feuille de papier. Au départ il y a n points sur la feuille. Chaque joueur, à tour de rôle, ajoute un point et le relie par deux arcs de ourbe à deux points déjà tracés. Les deux contraintes sont que les arcs ne peuvent se croiser et que d'un point ne peuvent partir plus de trois arcs.


Le perdant est celui qui ne peut plus jouer sans enfeindre les deux contraintes.

On trouve un article intéressant de Jean-Paul Delahaye dans Pour la Science No 371, pp. 90-95

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 >