Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus ou, pourquoi pas, de créer leur propre blog...
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


mardi 30 avril 2013

Une formule révèle quel acteur hollywoodien est le plus connecté du milieu

Une vieille légende urbaine affirme que chaque personne qui travaille dans le cinéma à Hollywood peut être connectée à l’acteur Kevin Bacon par six degrés de séparation au maximum.
Si nous savons cela, c’est grâce au travail un peu fou et obsessionnel d’un certain Patrick Reynolds, ancien étudiant en sciences informatiques à l’université de Virginie, qui développe le site web Oracle of Bacon. Son truc? Mesurer les degrés de séparation entre Bacon et tout acteur hollywoodien recensé sur la base du site professionnel IMDB (2,1 millions de personnes, tout de même).
Cela donne de drôles de tableaux comme celui-ci, qui se lit ainsi: 1 personne est liée à Bacon par 0 degré de séparation, forcément, il s’agit de l’acteur lui-même…
Ensuite ils sont 2.511 à être liés à lui sans intermédiaire, c’est-à-dire à avoir partagé l'affiche dans un film avec lui. 262.544 sont liés à Bacon par deux degrés de séparation, c’est-à-dire qu’ils ont joué avec quelqu’un qui a joué avec Kevin. Et ainsi de suite… Jusqu’aux malheureux losers, ces 32 personnes qui connaissent quelqu’un qui connaît quelqu’un, qui connaît quelqu’un (etc. jusqu’à sept) qui a joué avec l’acteur.


Grâce à une formule mathématique qui aggrège toutes ces données, on peut calculer un degré de séparation moyen pour chaque acteur. Pour Bacon il s’agit du Bacon number, pour Sean Connery du Connery number, etc. A force de jouer à ça, Reynolds a finit par découvrir qu’il y avait 444 acteurs qui étaient mieux connectés, ou plus centraux, que Bacon.
«Désolé, Kevin Bacon, tu n’es pas le centre du monde hollywoodien», écrit Tessa Stuart sur le site BuzzFeed. Car selon cette formule, l’homme le plus connecté d’Hollywood est l’acteur Dennis Hopper, avec un nombre Hopper moyen de 2,80 degrés de séparation. Viennent ensuite Harvey Keitel, Donald Sutherland, David Carradine, Udo Kier et Martin Sheen.
La première femme, en 23ème position, est Karen Black, juste devant Christopher Walken. Elle précède Faye Dunaway, la seule autre femme de ce top 40, en 38ème position.
Reynolds ne s’arrête cependant pas là. Il a aussi cherché qui était le centre de l’univers du baseball américain. Son autre marotte consiste à chercher des nombres Erdős. Paul Erdős, mathématicien excentrique hongrois, décédé en 1996, est célèbre pour avoir écrit 1.500 articles scientifiques avec de nombreux co-auteurs. De sorte que tout le monde dans le milieu académique mathématique est lié au fameux Erdős, et que de nombreuses personnes n'ont qu'un ou deux degrés de séparation avec lui (il existe même une liste de ces gens...)
Le plus fou est encore à venir: Reynolds s'amuse à trouver un nombre Erdős-Bacon, c'est-à-dire des personnes qui seraient liées à la fois à l'acteur hollywoodien et au mathématicien. Evidemment «ils sont très peu nombreux à avoir un nombre Erdős-Bacon, parce que la plupart des gens ne sont pas chercheur en théorie mathématique ET acteur», explique Reynolds sur BuzzFeed. Mais il y en a: l'actrice Natalie Portman a en effet écrit un article de théorie mathématique dans sa jeunesse...

Source : Slate.fr

lundi 29 avril 2013

Le paradoxe de Simpson

Non, le paradoxe de Simpson ne tire pas son nom de Homer, mais de Edward Simpson, le statisticien qui l’a décrit pour la première fois en 1951. Il s’agit d’un de ces paradoxes mathématiques qui peut nous faire des noeuds à la tête, mais qui malheureusement est bien plus qu’une simple curiosité : bien comprendre ce paradoxe peut s’avérer essentiel pour prendre les bonnes décisions !
Alors si vous ne connaissez pas ce phénomène statistique très contre-intuitif, lisez la suite, et les bras devraient vous en tomber !

Lire l'article sur Science étonnante

dimanche 28 avril 2013

La déesse des petites victoires


La déesse des petites victoires
Yannick Grannec
Editions Anne Carrière (23 août 2012)
468 pages
Prix des libraires 2013

Description de l'éditeur
Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle.
Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique.
Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.
Albert Einstein aimait à dire : « Je ne vais à mon bureau que pour avoir le privilège de rentrer à pied avec Kurt Gödel. » Cet homme, peu connu des profanes, a eu une vie de légende : à la fois dieu vivant de l’Olympe que représentait Princeton après la guerre et mortel affligé par les pires désordres de la folie. Yannick Grannec a réussi, dans ce premier roman, le tour de force de tisser une grande fresque sur le XXe siècle, une ode au génie humain et un roman profond sur la fonction de l’amour et la finalité de l’existence.

Biographie de l'auteure
Yannick Grannec est designer industriel de formation, graphiste de métier et passionnée de mathématiques.

samedi 27 avril 2013

Les défis mathématiques du "Monde", épisode 5 : les cordes gagnantes


Les défis mathématiques du "Monde", épisode 5... par lemondefr

jeudi 25 avril 2013

The Cartoon Guide to Calculus


The Cartoon Guide to Calculus
Larry Gonick
Editeur : William Morrow Paperbacks (27 décembre 2011)
256 pages

Description
Master cartoonist Larry Gonick has already given readers the history of the world in cartoon form. Now, Gonick, a Harvard-trained mathematician, offers a comprehensive and up-to-date illustrated course in first-year calculus that demystifies the world of functions, limits, derivatives, and integrals. Using clear and helpful graphics—and delightful humor to lighten what is frequently a tough subject—he teaches all of the essentials, with numerous examples and problem sets. For the curious and confused alike, The Cartoon Guide to Calculus is the perfect combination of entertainment and education—a valuable supplement for any student, teacher, parent, or professional.

Biographie de l'auteur
Larry Gonick has been creating comics that explain history, science, and other big subjects for more than forty years. He wrote his first guide, Blood from a Stone: A Cartoon Guide to Tax Reform, in 1977. He has been a calculus instructor at Harvard (where he earned his BA and MA in mathematics) and a Knight Science Journalism Fellow at MIT, and he is staff cartoonist for Muse magazine.

mercredi 24 avril 2013

Petit déjeuner mathématiquement correct


Voir aussi : Mathematically Correct Breakfast

mardi 23 avril 2013

Quand vos amis sur Twitter sont plus populaires que vous

N'avez-vous jamais eu l'impression que les comptes Twitter que vous suivez sont plus intéressants que vous ? Ce n'est pas forcément une impression ! Il est possible en effet que vos « amis » sur ce site soient plus intéressants que vous en réalité.
Les sociologues connaissent depuis longtemps cet effet. Une personne donnée a souvent moins d'amis que ses amis en ont (en moyenne). Ce « paradoxe de l'amitié » est connu depuis longtemps par les psychologues et s'explique somme toute assez facilement par un biais statistique. Voici : les gens qui ont un grand nombre d'amis sont plus susceptibles d'être parmi vos amis et se retrouvent alors comptés plus souvent dans un échantillon.
Des chercheurs américains de l'Information Sciences Institute de Marina del Rey en Californie ont montré que cela se vérifie sur Twitter aussi. Ils ont analysé 5,8 millions d'utilisateurs de Twitter et leurs amis (« followers ») et ont montré que ces utilisateurs étaient le plus souvent moins populaires que leurs amis et suiveurs.
88 % des utilisateurs émettent moins de « tweets » que leurs amis (99 % si on ne tient pas compte des utilisateurs qui n'émettent rien).

Source : Sur-la-Toile

lundi 22 avril 2013

Erdös et Tao


1985. Paul Erdös, célèbre mathématicien d'origine hongroise, est surtout connu pour ses preuves élégantes de casse-tête mathématiques (surtout en théorie des nombres), pour son génie, et aussi pour son mode de vie itinérant. On le voit sur cette photo avec Terence Tao, considéré aujourd'hui comme le plus grand mathématicien vivant.

Source de l'image : Google+ Terence Tao

dimanche 21 avril 2013

La vache - Les ados américaines


samedi 20 avril 2013

Les défis mathématiques du Monde, épisode 4 : le jeu des allumettes


Les défis mathématiques du "Monde", épisode 4... par lemondefr

1 2 3 >