Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


dimanche 21 avril 2019

Les machines de vote électronique ne sont toujours pas fiables, mais les maths peuvent arranger ça

900 millions d'Indiennes et d'Indiens ont un mois pour voter aux élections législatives, le tout sur des machines qui n'inspirent pas toujours confiance.

Lire l'article sur Slate.fr

vendredi 19 avril 2019

Comment la date de Pâques est calculée

À la différence de Noël, Pâques ne tombe pas tous les ans exactement au même moment. C’est le résultat d’un calcul plus compliqué qu’il n’y paraît.

Lire l'article de Solenne Durox dans Le Parisien

jeudi 18 avril 2019

Pâques : un astronome amateur estime que la date est fausse cette année

Un Breton féru d’astronomie a écrit au pape, estimant que la date de Pâques retenue en 2019 n’était pas la bonne. Pour lui, Pâques n’aurait pas lieu le 21 avril… mais le 24 mars.
Howard Crowhurst en est persuadé, on fêtera Pâques cette année avec beaucoup de retard. Ce Morbihannais, spécialiste des mégalithes et féru d’astronomie, y a consacré quelques conférences et a même écrit au pape en 2016 pour s’en émouvoir. «En suivant l’esprit du texte des Pères de l’Église et en respectant l’œuvre du Pape Grégoire XIII», la date correcte pour le dimanche de Pâques 2019 serait selon lui le 24 mars 2019. Il fonde son raisonnement sur l’heure de l’équinoxe de printemps (mercredi 20 mars 2019, 21 h 58 min 25 s) et celle de la pleine lune (jeudi 21 mars 2019, 2 h 42 min 54 s).
La date annoncée pour Pâques, le 21 avril 2019, aurait une lunaison de retard. «Il se pourrait donc que tous les efforts des fidèles pendant le Carême et la semaine sainte soient faits au mauvais moment à l’égard des forces cosmiques», avance-t-il Avant d’alerter les plus hautes autorités ecclésiastiques de sa découverte, Howard Crowhurst a pris soin de présenter ses calculs à un moine de l’abbaye de Kergonan qui en a confirmé l’exactitude. La lettre a été remise en main propre au pape, mais n’a jamais eu de réponse.
Alors, erreur ou pas? Oui, si on s’en tient à des données purement astronomiques. Sauf que, comme le rappelle Denis Savoie de la Société astronomique de France, il ne faut «pas oublier que les éléments qui ont servi aux astronomes du XVIe siècle à établir longtemps à l’avance la date de Pâques sont les éléments moyens qui peuvent différer des éléments vrais, c’est-à-dire astronomiques.»
D’où l’incompréhension des astronomes amateurs. L’année 2019 est vraiment particulière, car la Lune vraie tombe le 21 mars (à 1h42 UT) qui est aussi le jour de l’équinoxe officiel choisi par l’Église chrétienne. «Cela rejette donc Pâques à la prochaine pleine Lune (le 19 avril) d’où un dimanche de Pâques qui tombe le 21 avril», conclut Denis Savoie. Pour l’anecdote, la même coïncidence se reproduira en 2038 où l’équinoxe tombera le 20 mars, la pleine lune le 21 mars, ce qui rejettera Pâques au 25 avril.

Source : Solenne Durox, Le Parisien, 14 avril 2019

jeudi 21 mars 2019

Qui est Ingrid Daubechies, prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science ?

On écoute aujourd’hui de la musique sur son smartphone ou on y télécharge des films, sans être conscient des prouesses conceptuelles nécessaires au développement de ces technologies du quotidien. Outil-clé de la révolution numérique, l’analyse par ondelettes fournit un cadre mathématique précis pour l’amélioration d’algorithmes initialement proposés par des ingénieurs travaillant en détection pétrolière, en audio ou en traitement d’image. Ingrid Daubechies, qui vient d’être distinguée par le Prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science, est une actrice majeure de cette révolution.

Lire l'article de Stéphane Jaffard et Patrick Flandrin sur The Conversation.

dimanche 3 mars 2019

De Fourier à la reconnaissance musicale

Notre cerveau a des capacités remarquables pour reconnaître une chanson et ses interprètes lors de la simple écoute d'un morceau et ce, même dans des conditions d’écoute variées et bruitées (comme dans un bar, dans un ascenseur ou dans sa voiture). La machine, ou l’ordinateur, peut-elle reproduire voire dépasser ces performances dans cette tâche de reconnaissance musicale ?
Le succès planétaire de l’application mobile Shazam montre que la reconnaissance musicale par une machine est concrètement possible. Quelles sont ses limites ? Quelles améliorations peut-on imaginer dans ce domaine ? Mais surtout, quel rapport avec Fourier ?

Lire l'article de Gaël Richard, Sébastien Fenet & Yves Grenier dans Interstices.

vendredi 8 février 2019

Pourquoi des plis dans les vêtements?

mardi 25 décembre 2018

La méthode optimale en cas de pénurie de papier cadeau

Le 24 décembre, c'est aussi ce moment de galère où vous réalisez qu'il vous reste des paquets à faire et que vous risquez probablement de manquer de papier. The Independent rappelle que réussir ses emballages sans trop utiliser de papier est aussi une affaire de mathématiques.

Lire l'article sur Slate.fr.

vendredi 30 novembre 2018

5 secrets des jeux d'argent

mercredi 29 août 2018

La canette de coca


Un petit problème de proportion... Cherchez l'erreur! En fait, il y en a plusieurs...

Source : Les DUDU

mardi 31 juillet 2018

Une nouvelle forme géométrique, le scutoïde

C'est dans des cellules d'embryons que cette forme a été découverte, ouvrant la voie à la création d'organes artificiels. Des chercheurs en biomédecine de l’Université de Séville travaillaient sur les cellules épithéliales quand une nouvelle forme géométrique leur est apparu. Ces cellules forment l’épithélium, un tissu organique qui revêt la surface externe ou interne de divers organes.

Une forme nommée “scutoïde”
Dans son communiqué, le professeur Luis Maria Escudero précise qu’elles sont comme des “‘blocs de construction’ avec lesquels un organisme est formé. Ils sont comme des Lego à partir desquels les animaux sont fabriqués”. Alors que notre organisme évolue, se complexifie, les cellules vont “se mouvoir et s’unir pour s’organiser correctement et donner leur forme définitive aux organes”. Le scutoïde naît alors.
Et c’est parce qu’elles ont cette forme géométrique toute particulière que ces cellules épithéliales parviennent à s’imbriquer fermement et à construire des organes. Jusqu’à ce jour, les experts les imaginaient présenter une forme de “pyramide tronquée”, mais désormais il s’agit plutôt de “prisme tordu”.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 >