Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus ou, pourquoi pas, de créer leur propre blog...
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


dimanche 6 novembre 2011

Des Rubik's cubes gratuits


Source : Les céréales du dimanche matin

vendredi 4 novembre 2011

Le jeu de taquin, du côté de chez Galois

Un casse-tête proposé par Sam Loyd, il y a plus d’un siècle, a fait couler pas mal d’encre : peut-on, par une suite de mouvements autorisés du taquin passer de la position initiale à la position qui en diffère seulement par l’interversion des cases numérotées 14 et 15 ?

Réponse dans l'article disponible sur Images des Mathématiques. Cet article, de Michel Coste, est tiré du site de l’Institut Henri Poincaré et de la Société Mathématique de France : Bicentenaire de la naissance d’Evariste Galois.

jeudi 3 novembre 2011

QCM paradoxal

Si vous répondez au hasard à cette question, quelle est la probabilité que vous ayez choisi la réponse correcte ?
A) 25 %
B) 50 %
C) 60 %
D) 25 %

mercredi 2 novembre 2011

Alex au pays des chiffres


Alex au pays des chiffres : Une plongée dans l'univers des mathématiques
par Alex Bellos
Robert Laffont
20 octobre 2011
505 pages

Présentation de l'éditeur
Dans cet ouvrage aussi distrayant qu'accessible, Alex Bellos tord le cou au mythe selon lequel les maths seraient l'affaire exclusive des binoclards du premier rang. Guidé par cette perspective, porté par le désir d'explorer l'univers extraordinaire des mathématiques, tout en se réservant la liberté d'emprunter ou de se perdre dans certaines avenues, exclusivement guidé par la curiosité et l'intérêt, Alex Bellos, loin des raccourcis faciles et des démonstrations opaques, nous livre ici un ouvrage où la clarté le dispute à l'érudition. Ainsi, dès le chapitre zéro, qui marque la préhistoire des maths, au détour d'une intrusion dans une société de chasseurs-cueilleurs habitant la forêt amazonienne, on découvre de quelle façon sont apparus les nombres chez les Munduruku. Puis, avec les nombres, tout en avançant dans la modernité, les choses sérieuses commencent : algèbre, géométrie, statistiques. Au fil du livre, d'un thème à l'autre, d'une époque à une autre, de l'Inde au Japon en passant par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, du monde des chimpanzés à celui des traders, du système décimal au système duodécimal, des carrés magiques au Rubik's Cube, du nombre d'or au tagram, des compétiteurs de boulier aux chasseurs de pi, des probabilités au sudoku, aucune frontière et nul domaine, du plus simple au plus complexe, ne semblent arrêter notre auteur dans sa traque du chiffre. Intelligemment conçu, toujours brillant et astucieux, Alex Bellos a su concilier le facteur historique - histoire des sciences, des idées, voire de la philosophie - à une approche plus savante des mathématiques. De cette façon, il met en évidence que, loin de faire partie de l'inné, la conscience des nombres relève au contraire de l'acquis. Quant à la pensée mathématique abstraite, si elle est sûrement l'une des conquêtes de l'espèce humaine, peut-être constitue-t-elle aussi le fondement de tout progrès humain.

Biographie de l'auteur
Alex Bellos vit à Londres. Jeune auteur diplômé en mathématiques et en philosophie, il a exercé la profession de journaliste correspondant de presse pour le Guardian à Rio de Janeiro avant d'écrire un livre très remarqué sur le football brésilien et de prêter sa plume pour une autobiographie best-seller du roi Pelé.

mardi 1 novembre 2011

La vache - 7 milliards d'êtres humains


samedi 29 octobre 2011

Modéliser une citrouille avec Mathematica (2)

Le Wolfram blog montre comment modéliser une citrouille avec Mathematica.

Six examples of a carved pumpkin

vendredi 28 octobre 2011

Le code Copiale : un manuscrit mystérieux décrypté

Le manuscrit dit de Copiale, entièrement crypté, vient d’être « cassé » par un logiciel utilisant des méthodes… de traduction. Verdict : ce long texte est une description de rites étranges organisés par une société secrète du XVIIIe siècle.

Baptisé Copiale (un de ses rares mots écrits en clair), ce livret de 105 pages retrouvé dans des archives de l’ex-Allemagne de l’Est défiait les spécialistes de la cryptographie. Il faut dire que l’on y trouve pêle-mêle des caractères latins, grecs et symboliques. On repère par exemple le signe désignant le sexe femelle ou celui qui, en mathématique, indique l’infini, ou encore des formes géométriques variées.
L’équipe réunie autour du « code Copiale » est composée de linguistes. Kevin Knight est Américain, Beáta Megyesi et Christiane Schaefer sont Suédois. Ils n’ont pas utilisé les armes de la cryptographie mais celles de la traduction. En somme, il s’agit de considérer un texte codé comme s’il était écrit dans une langue étrangère. L’idée n’est pas nouvelle et a été émise par Warren Weaver, un théoricien de la traduction, qui a proposé de rapprocher les méthodes de la cryptographie et de la traduction (on peut remarquer que Kevin Knight travaille à la SDL Weaver, née de la fusion de SDL et Language Weaver Inc.).

Cryptographie subtile

Les outils de l’équipe sont ceux de la traduction statistique. Alors que la méthode linguistique analyse la syntaxe des phrases, la traduction statistique puise dans des bases de données les plus vastes possibles pour dénicher des traductions déjà faites. Google s’est fait le champion de cette voie en utilisant sans limite le travail déjà réalisé par des traducteurs humains ou informatiques.
Pour l’appliquer au texte de Copiale, l’équipe a d’abord fait l’hypothèse que seuls les caractères latins avaient une signification. Devant l’échec, les linguistes ont postulé l’inverse, considérant qu’ils n’étaient là que pour embrouiller le problème (ces caractères sont des « nulles » dans le jargon de la cryptographie). Il a ensuite semblé que le code était « homophonique », c’est-à-dire qu’un caractère originel peut être codé par plusieurs signes, dont le nombre est proportionnel à la fréquence habituelle de ce caractère dans la langue originelle.
En considérant que le texte était en allemand et en comprenant que le signe « : » doublait la consonne précédente, les linguistes ont finalement abouti à un texte en clair. Sur son site Web, l’équipe donne toutes les indications et on y trouve également les versions en allemand et en anglais du code Copiale. On comprend que ce document décrit les étranges pratiques d’une secte secrète inconnue particulièrement intéressée par l’ophtalmologie. On y apprend dans le détail le déroulement de cérémonies d’intronisations de nouveaux membres.
Le décryptage de ce genre de textes est donc davantage qu’un jeu. Il apporte aussi du grain à moudre pour les historiens. Kevin Knight s’est attaqué cette année à un autre document, encore plus célèbre, le manuscrit de Voynich. Ce long texte écrit avec des caractères inconnus, qui daterait du XIVe siècle, défie à ce point les tentatives de décryptage que certains concluent à une supercherie. D’après Kevin Knight, c’est bien un texte réel mais son code résiste encore. Les méthodes de traduction statistiques en viendront-elles à bout ?

Source : Futura-Sciences

jeudi 27 octobre 2011

Comment multiplier deux nombres de 3 chiffres en un coup

mercredi 26 octobre 2011

L'hyperdodécaèdre


Fiche technique

mardi 25 octobre 2011

200 ans de Galois

Evariste Galois aurait eu aujourd'hui 200 ans, puisqu'il est né le 25 octobre 1811. Météore dans le ciel mathématique, on peut le comparer à Rimbaud en littérature : son oeuvre est courte mais d'une intensité incroyable, à tel point qu'elle inspire encore maintenant de nombreux mathématiciens. Mort en duel à l'âge de 22 ans, il ne fut reconnu comme un génie par ses pairs que bien plus tard.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 >