Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


mardi 13 janvier 2015

La drôle de guerre d'Alan Turing ou comment les maths ont vaincu Hitler

lundi 12 janvier 2015

Évariste



Évariste
François-Henri Désérable
Gallimard (31 décembre 2014)
176 pages


Présentation de l'éditeur
A quinze ans, Evariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l'amour et la mort à l'aube, sur le pré. C'est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.

mercredi 7 janvier 2015

Imitation Game, un film qui rend hommage à Alan Turing

Alan Turing a changé l'histoire de l'humanité de deux façons. D'abord en posant les bases de l'informatique et des ordinateurs modernes et ensuite en permettant aux Alliés de décrypter les messages secrets des armées nazies pendant la seconde guerre mondiale. Le film qui va sortir sur les écrans sous le titre d'Imitation Game narre cette partie de la vie du grand mathématicien. Il rend hommage à cet homme que son pays a probablement conduit au suicide en 1954 en le condamnant pour son homosexualité.

Le 07/01/2015 à 13:42 - Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

On a fêté en 2012 le centenaire de la naissance d’un des pères de l’informatique, le mathématicien et physicien Alan Turing. Dans la foulée des hommages à un homme injustement persécuté par la justice britannique de son époque, peu de temps après la seconde guerre mondiale, un biopic lui a été consacré. Le film va sortir sur les écrans français sous le titre Imitation Game le 28 janvier 2015.
Ce titre fait référence au fameux test que Turing a proposé en 1950 dans un article théorique sur l'intelligence artificielle intitulé Computing Machinery and Intelligence. Le test de Turing est revenu sur le devant de la scène récemment quand il a été faussement annoncé que le chatbot Eugene Goostman, un logiciel censé simuler une conversation, l'avait passé.


Le film raconte l'histoire hors-norme d'Alan Turing, le mathématicien anglais qui aida à percer le code de l'outil de communication des Allemands durant la seconde guerre mondiale : la machine Enigma. © StudioCanal France, YouTube

Clarke et Turing, un tandem de mathématiciens contre Enigma

Pour tenir le rôle de l’un des plus grands génies du XXe siècle, britannique de surcroît, il n’y avait probablement pas de meilleurs choix que son compatriote Benedict Cumberbatch, connu pour son interprétation dans l'adaptation contemporaine de Sherlock Holmes par la BBC du début des années 2010. Pour lui donner la réplique l’actrice Keira Knightley joue quant à elle le personnage de Joan Clarke.
Mathématicienne de formation et même wrangler (bagarreur) de l’université de Cambridge, ce qui veut dire qu’elle était arrivée dans le peloton de tête de l’examen final de la licence de mathématique de cette université (elle a majoré simultanément celle de lettres), Joan Clarke ne pouvait pas officiellement se targuer de ce diplôme selon les règles de l’époque.


Un épisode de la série Savants & Militaires. En 1939, la guerre des chiffres et des lettres bat son plein. Les sous-marins allemands communiquent en langage codé grâce à leur machine de cryptage Enigma. Le futur père de James Bond, Ian Fleming, met sur pied l'opération Sans pitié pour s'en emparer, mais c'est un échec. C'est finalement Alan Turing qui en viendra à bout... © Universcience.tv

La réhabilitation de Turing demandée par Hawking

Son intelligence et ses compétences en cryptologie vont toutefois charmer Alan Turing lorsqu’ils se rencontrent. Celui-ci proposera même le mariage à Joan Clarke avant de changer d’avis quelques mois plus tard. Ensemble, ils travaillent sur un projet ultrasecret mis en place par les autorités britanniques pendant la seconde guerre mondiale. Il s’agissait de casser les codes secrets des messages de l’armée allemande nazie, cryptés à l'aide d'une machine électromécanique portable appelée Enigma. Les hommes et les femmes chargés de cette mission étaient rassemblés au domaine de Bletchley Park. C’est là que Turing, inspiré par des travaux de mathématiciens polonais, va mettre au point une autre machine qualifiée de « Bombe électromécaniques » capable de déchiffrer les messages d’Enigma. Ce faisant, il a contribué de façon très significative à la victoire sur les forces de l'Axe en permettant de connaître, notamment, les communications avec les sous-marins allemands qui tentaient de mettre en place un blocus de l'Angleterre.
Imitation Game ne retrace pas seulement cette partie de la vie d’Alan Turing, parfois de façon romancée, mais aussi sa jeunesse et les circonstances de sa mort. Plusieurs éléments laissent en effet à penser qu’il s’est suicidé en 1954 des suites d’un soi-disant traitement de castration chimique qui lui avait été imposé en 1952 lorsqu’il est devenu public qu’il était homosexuel. Il s’agissait d’un délit grave selon les lois britanniques de l’époque. Le gouvernement ne fit d'ailleurs rien pour protéger Turing puisque ses contributions à la victoire sur l’Allemagne nazie devaient rester secrètes.
Celles-ci ne seront connues que bien des années plus tard et il faudra attendre 2009 pour que soient présentées des excuses officielles et que le savant soit réhabilité, en partie sous la pression d’une pétition lancée par onze scientifiques, dont Stephen Hawking lui-même.

Vous pouvez télécharger le document pédagogique sur le site du film.

Source : Futura-Sciences

lundi 5 janvier 2015

Vous avez dit Maths ?


Vous avez dit Maths ? - De la maison à la ville, le monde en mathématiques
Robin Jamet
Dunod (8 octobre 2014)
176 pages

Présentation de l'éditeur
Comment gagner aux dés grâce aux maths ?
Pourquoi les bulles sont-elles rondes ?
Peut-on faire des mathématiques avec la poésie ?
Les mathématiques sont présentes partout autour de nous et pourtant elles nous semblent souvent difficiles à appréhender. Ce livre débusque les maths cachées dans la géométrie d’un carrelage de cuisine, dans les jeux de hasard, dans la circulation en ville et, même, dans les figures acrobatiques des jongleurs... Une invitation à découvrir les mathématiques et leur magie par quelques tours et manipulations dont Robin Jamet a le secret !

Biographie de l'auteur
Médiateur au Palais de la découverte et rédacteur de la rubrique "Magic Maths" dans le mensuel Science&Vie Junior

vendredi 2 janvier 2015

Lisa Simpson, héroïne secrète des mathématiques

La fille de la famille Simpson avait pour mission cachée de populariser la matière préférée des créateurs de la série. C'est la thèse du journaliste scientifique, Simon Singh, qui a analysé les symboles dispersés dans la célèbre série des années 1990.

Le public la connaît avant tout comme l'intello des Simpson, famille moyenne américaine, dont le père dévore les chips aussi vite que le fils accumule les idioties. Mais on sait moins que, malgré sa robe bustier et son collier de perles, Lisa Simpson est l'alter ego animé des concepteurs de la série. C'est la thèse que soutient le journaliste scientifique anglais, Simon Singh, dans son livre The Simpsons and Their Mathematical Secrets (Les Simpson et leurs secrets mathématiques, paru en octobre 2013 aux États-Unis). En effet, Matt Groening, le créateur, et les scénaristes de la série culte (552 épisodes diffusés à partir de décembre 1989) étaient de vrais geeks. Diplômés en mathématiques ou en sciences de l'informatique des universités de Harvard, Berkeley ou Princeton, ils rêvaient de familiariser leur matière favorite auprès du grand public, rapporte Newsweek, qui a consacré un article à ce sujet.
Et c'est Lisa Simpson qui fut choisie pour incarner cette mission, à travers des références et des hommages aux calculs et aux grands représentants de la discipline, tout au long de la série. Elle s'est alors imposée comme un modèle pour les jeunes filles qui hésitent généralement à suivre des filières scientifiques. « Je suis fier qu'elle soit devenue un symbole pour ceux qui ont le même esprit qu'elle », explique Al Jean, l'un des scénaristes des premières saisons, lors d'une conférence au musée des sciences de Londres fin septembre. « J'ai deux filles, alors en tant que père, je ne pouvais pas ne pas être un avocat des filles qui se lancent et prospèrent dans les sciences physiques. »

Un modèle pour les nerds naissantes

Un engagement que Simon Singh a décortiqué à travers son livre. « Quand je parle aux élèves des mathématiques cachées dans Les Simpson, j'insiste toujours sur le personnage de Lisa, car elle est un si grand modèle pour les jeunes filles qui peuvent être des geeks ou nerds naissantes », a-t-il commenté lors de la même conférence.
Lisa est en effet une forcenée de la rationalité, fana de Mapple, une grande marque de high-tech dont le logo est une pomme doublement croquée. Dans l'épisode Un jouet qui tue, elle se voit contrainte de recopier au tableau « je ne ferai pas de maths en classe » ce qui signifie pour elle la pire des punitions. Dans Échec et math pour les filles, les enfants de Springfield sont chacun répartis dans une école selon leur sexe. Lisa atterrit dans un institut pour jeunes filles rangées. Elle s'enfuit et se travestit en garçon pour intégrer l'autre établissement et devenir la meilleure en mathématiques. Une fable moderne contre les stéréotypes genrés encore persistants dans l'orientation des jeunes gens, qui rappelle ces femmes que le travestissement a affranchies : George Sand, Colette ou encore Mary Read. Des féministes d'avant-garde.

Source : le Figaro Madame

jeudi 1 janvier 2015

2015 mieux que 2014

Et voici le jour du marronnier des mathématiciens : est-ce que la nouvelle année est un nombre intéressant ou pas ? Eh bien, pour 2015, c'est mieux que 2014.

Alain Zalmanski fait d'abord remarquer que 2015 = 13 x 5 x 31. C'est joli, c'est un palindrome.

Elisabeth Busser a d'ailleurs constaté que 2015 est aussi un palindrome... en base 2. En effet, 2015 = 111110111112.

François Lavallou : 2015 = 48x48 - 17x17 = 84x84 - 71x71.

Alain Zalmanski : 2015 = 1 - 2 + (3!)4 + 5! x 6

Encore de François Lavallou : 2015 = (12 x 34 - 5) x (6 + 7 - 8)

lundi 29 décembre 2014

Jeux en société - La règle du jeu

dimanche 28 décembre 2014

Deux minutes pour le duc de Densmore


Source : Choux romanesco, vache qui rit et intégrales curvilignes

lundi 22 décembre 2014

Un logiciel permet à la police zurichoise de prédire les cambriolages

24 heures, Lucie Monnat

Dans le film Minority Report, la ville de Washington a réussi, en 2054, à éradiquer la criminalité. Les agents du «Précrime», des individus doués de précognition, peuvent fournir des visions du futur permettant d’arrêter les criminels juste avant qu’ils n’aient commis leurs méfaits.
Avec quarante ans d’avance, la police de Zurich utilise désormais un système similaire. En juillet, elle a acheté «Precobs», un logiciel élaboré par l’«Institut de technique prédictive modélisable» (IfmPt), une petite entreprise basée dans la ville allemande d’Oberhausen. Le programme doit justement son nom à la nouvelle de Philip K. Dick dont est tiré le film.
Precobs indique sur une carte le lieu et la date des prochains délits, et ce au mètre et à l’heure près. Il ne s’agit pas de jouer les Madame Soleil, mais d’un calcul purement mathématique. Le programme répertorie dans sa base de données l’ensemble des délits signalés ces cinq dernières années, incluant le lieu, la date et l’heure exacts ou encore le montant du butin et le modus operandi. Ces données, consignées au fur et à mesure par les policiers, permettent à l’algorithme du programme de prédire le futur en marquant de rouge les zones vulnérables.
Afin de prévenir les critiques sur la protection des données, l’institut insiste sur le fait que l’algorithme ne stocke aucune information personnelle. Precobs se base ainsi sur les observations de plusieurs études démontrant le phénomène des «near repeats», soit le fait que souvent, une infraction en précède une autre. Cela se vérifie en particulier pour les cambriolages, mais aussi les vols à main armée ou les vols de véhicule.
Un cambrioleur revient en effet souvent sur le lieu de son forfait. «En tant que voleur, vous préféreriez naturellement les immeubles de Champel plutôt que ceux du Lignon, explique simplement Marco Cortesi, porte-parole de la police municipale de Zurich. C’est comme partir à la cueillette des champignons: au début, on tâtonne sans savoir où les meilleurs se trouvent. Puis, lorsqu’on a trouvé le bon endroit, pas trop éclairé, facile d’accès et bien fourni, on revient toujours au même.»

Test concluant

Pour l’instant, la police zurichoise utilise le logiciel uniquement pour repérer les cambriolages. Les résultats sont bluffants. «Nous constatons une diminution de 14% des cambriolages pour la période de novembre 2013 à novembre 2014. Celle-ci est de 30% dans les zones testées avec Precobs», affirme Marco Cortesi.
Il ne s’agit cependant pas de remplacer les policiers par un ordinateur. «Nous devons toujours observer et analyser les zones sensibles. Notre travail ne s’arrête pas là», précise Marco Cortesi, qui décidément connaît bien Genève: «Precobs peut indiquer qu’une cible potentielle se trouve dans la rue des Bains, mais il ne va pas indiquer le numéro de la rue et de l’appartement.» Lorsqu’une alerte est donnée, la police agit de deux manières. Elle envoie discrètement des détectives afin de prendre les malfrats la main dans le sac, et elle renforce la présence policière. «A force de voir des patrouilles et des uniformes, les cambrioleurs finissent par laisser tomber l’endroit», conclut Marco Cortesi.

Source : 24 heures

samedi 20 décembre 2014

Ruzzle et algorithmes génétiques

Il y a quelques mois, j'ai écrit un article sur Ruzzle et comment (essayer de) trouver la grille contenant le plus de mots français. A la fin de l'article, je proposais au lecteur d'essayer de faire mieux que moi. Benoit St-Jean a décidé de relever le défi. Il nous tiendra au courant de ses progrès sur son blog L'Endormitoire. A suivre.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 >