Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

samedi 2 juillet 2022

Dans les rues de San Francisco, tout à coup, des voitures autonomes ont cessé de fonctionner

Pendant plusieurs heures dans la soirée du 30 juin, des taxis autonomes de la marque Cruise ont cessé de fonctionner bloquant ainsi le trafic routier.

Lire l'article de Dimitri Charitsis sur 01net.com

vendredi 1 juillet 2022

Comment garantir des robots sans danger ? L’exemple des bus à conduite automatisée

Les robots arrivent petit à petit dans nos vies quotidiennes, des chaînes de production en usine au serveur de café, jusqu’aux bus à conduite automatisée qui sont entrés en phase de test, notamment en région parisienne.
Comment faire en sorte que leur autonomie (relative) s’exerce sans danger pour les humains ?
Alors que les dérives de nos créatures sont amplement explorées dans des œuvres de fiction, de Frankenstein de Mary Shelley à I, Robot d’Isaac Asimov (recueil de nouvelles adapté au cinéma en 2004), il faut aujourd’hui passer de ces réflexions littéraires à des règles mathématiques pour programmer des robots bien réels.

Lire l'article de Pierre-Brice Wieber sur The Conversation

vendredi 21 janvier 2022

Comment le Texas est devenu l'eldorado des poids lourds sans chauffeur

Le transport routier sans chauffeur est en phase de test au Texas. Des spécialistes de la tech, dont Waymo, filiale d'Alphabet, y ont déjà créé des centres logistiques pour accueillir des centaines de semi-remorques autonomes.

Voir le reportage sur BFM Business

dimanche 9 janvier 2022

Course automobile sans chauffeurs : une voiture autonome en a doublé une autre, une première

Sur un circuit automobile de Las Vegas, une voiture autonome a réussi à en doubler une autre à haute vitesse. Une première. L'expérience doit permettre d'améliorer la technologie.


Lire l'article de l'afp sur actu.fr

dimanche 19 décembre 2021

Mercedes a obtenu l’autorisation de commercialiser ses véhicules autonomes de niveau 3 en Allemagne

Mercedes a annoncé le 9 décembre avoir obtenu l’agrément nécessaire pour faire circuler des véhicules équipés de son système de conduite autonome Dive Pilot auprès de l’autorité fédérale allemande en charge des transports motorisés. Le constructeur est l’un des premiers, avec Honda, a commercialisé des véhicules autonomes de niveau 3.

Lire l'article de Benjamin Terrasson sur Siècle digital

lundi 25 octobre 2021

A Indianapolis, des voitures de course sans pilote

Des voitures de course sans pilote sur le mythique circuit d’Indianapolis, et un vainqueur : un algorithme, qui a mené sa voiture autonome à une vitesse moyenne de 218 km/h. Sur la vitesse moyenne de deux tours lancés, c’est l’équipe allemande de l’université technique de Münich (TUM) qui s’est adjugé le million de dollars (860 000 euros) promis aux vainqueurs de ce premier Indianapolis Autonomous Challenge (IAC), réservé aux voitures autonomes.
Sans pilote, la voiture se repose sur des capteurs, des caméras, un radar, mais surtout sur le GPS, sans lequel aucun déplacement maîtrisé n’est possible, au point que certains véhicules en embarquent deux. La Dallara IL-15, monoplace utilisée par toutes les équipes, coûte 230 000 dollars, mais avec la technologie embarquée, les organisateurs estiment que chaque véhicule engagé vaut un million de dollars. Les capteurs fournis par le spécialiste Luminar peuvent, par exemple, décrypter une surface d’un cm2 à 250 mètres de distance.


« Un morceau d’histoire »

« Personne ne savait que ces voitures (autonomes) pouvaient aller aussi vite en compétition », a réagi Stefano dePonti, directeur général de Dallara USA, qui estime avoir pris part à « un morceau d’histoire ». Depuis deux ans, les neuf équipes universitaires en compétition se préparaient à une course classique, avec l’ensemble des voitures sur la piste. Mais au dernier moment, les organisateurs ont réduit la voilure, pour se contenter de faire passer les monoplaces les unes après les autres, avec mission de réaliser le meilleur chrono lancé sur deux tours.
Pourtant, il y a quelques jours sur un autre circuit d’Indianapolis, les voitures de TUM, PoliMOVE et EuroRacing ont bien couru toutes ensemble et il y a eu des dépassements sans intervention humaine. Rendez-vous est déjà pris pour janvier au CES, le grand salon annuel de la tech à Las Vegas, lors duquel une vraie course devrait être organisée, avec les mêmes voitures, même si rien n’est encore officiel.

Source : Le Parisien avec AFP

lundi 6 septembre 2021

Véhicules Autonomes Communicants

Un VAC est un véhicule autonome pouvant émettre et recevoir des messages avec son environnement via un équipement de communication radio conforme aux standards connus sous l’appellation V2X (Vehicle-to-Everything). Les VAC sont donc des véhicules « communicants », appellation moins restrictive que « connectés », car ils peuvent communiquer directement entre eux sans être nécessairement connectés à un réseau extérieur.

Lire l'article de Gérard Le Lann et Nathalie Nevejans sur Binaire

lundi 11 janvier 2021

Baidu, le «Google chinois», s'associe à Geely pour la voiture électriques autonomes

Baidu fournira les technologies pour la conduite sans chauffeur, tandis que Geely, maison-mère de Volvo Cars, apportera son expertise dans la conception et la production des véhicules. Ils espèrent ainsi se distinguer dans ce secteur concurrentiel.
Le géant chinois de l'Internet Baidu a annoncé lundi qu'il s'alliait au groupe automobile Geely, maison-mère de Volvo Cars, pour produire en Chine des voitures électriques sans chauffeur sur le plus grand marché mondial.
A l'image de leurs homologues américains, les principaux acteurs de la tech chinoise ont lancé ces dernières années des projets de véhicules autonomes, dans un contexte de forte rivalité technologique Pékin-Washington. Parmi eux: Baidu (propriétaire du moteur de recherche le plus populaire de Chine), DiDi Chuxing (véhicules de tourisme avec chauffeur, le «Uber chinois») ou encore le géant du commerce en ligne Alibaba via la start-up AutoX.
Dans un communiqué publié lundi, Baidu a annoncé avoir scellé un partenariat stratégique avec son compatriote Geely. Les deux groupes vont créer une coentreprise pour produire des véhicules électriques autonomes.
Baidu, fondé en 2000, fournira les technologies pour la conduite sans chauffeur, tandis que Geely apportera son expertise dans la conception et la production des véhicules. Aucun calendrier n'a été précisé.

La Chine en tête dans la course à la voiture du futur

Baidu dispose depuis 2017 d'Apollo, une plateforme de technologies spécifiques pour la conduite autonome. Et le géant de l'internet a lancé en test en fin d'année dernière des taxis sans chauffeur dans plusieurs villes de Chine, dont Pékin.
Geely, qui a racheté en 2010 la branche automobile de Volvo , est l'un des principaux fabricants chinois de véhicules.
La Chine est en pointe dans la course à la voiture du futur, grâce à une population ultra-connectée et une politique incitative de Pékin. Les constructeurs rivalisent pour profiter de ce débouché, avec leurs véhicules classiques, mais aussi avec des technologies voire des habitacles spécifiques.

Source : AFP

mercredi 14 octobre 2020

Un véhicule autonome teste la livraison de repas à l'EPFL


Depuis lundi, une navette de livraison autonome circule sur le campus de l'EPFL à Lausanne. Le véhicule électrique avance à la vitesse de la marche rapide (6 km/h) sous le contrôle d'un étudiant. Il teste la livraison de repas, mais le projet est appelé à évoluer.
La navette mesure moins de 3 mètres de long sur 1,8 de haut. A son bord, pas de passager, ni de conducteur. Mais elle possède de chaque côté 11 compartiments verrouillés pour le transport de biens.
Ce petit véhicule est équipé de plus de quinze capteurs, de cinq caméras et d'un écran tactile. Il inclut aussi une antenne de réception satellite exploitant une nouvelle technologie capable de déterminer précisément sa position en temps réel, explique lundi l'EPFL.

Dans la pratique

Le véhicule jaune a été construit par l'entreprise chinoise Neolix. Il est mis à disposition par La Poste Suisse, son propriétaire. L'EPFL, pour sa part, teste et tente d'améliorer le dispositif: "nous voulons voir quelles fonctions cette navette peut avoir en situation pratique", a expliqué à Keystone-ATS Luca Fontana, spécialiste de la mobilité durable à l'EPFL.
Ce projet s'intitule ADORE, pour "Autonomously Delivered Orders from Restaurants at EPFL". Il explore la technologie autonome dans toutes ses dimensions: robotique, informatique, télécommunications, mécanique ou encore interactions avec les usagers de la route.

Laboratoire vivant

"Il est important de créer un laboratoire vivant à l'EPFL où on peut tester les technologies de demain", ajoute M. Fontana. Il s'agit de plus d'un projet "qui fait sens", précise-t-il: le véhicule livrera des repas végétariens, confectionnés avec des produits locaux.
Pour commencer, durant deux semaines, l'EPFL va tester la machine. "Nous voulons voir comment elle fonctionne", précise M. Fontana. "Et nous ferons aussi de l'information sur le campus". Le véhicule circulera - entre 11h00 et 14h00 - entre l'Esplanade, le Learning Center, l'hôtel Straling et les logements les Estudiantines.

Deux menus à choix

Un étudiant suit le véhicule et peut l'arrêter en cas de problème. D'ici deux semaines, la navette livrera des repas à un groupe d'usagers, probablement une dizaine pour commencer.
"Il y aura deux menus à choix: il faudra indiquer le lieu de livraison et l'heure", ajoute le spécialiste. A 300 mètres de l'arrêt, la navette enverra un SMS au destinataire, puis un second une fois sur place, avec le code d'accès au compartiment où se trouve son repas.
En cas de succès, le concept sera ensuite élargi à toute la communauté de l'EPFL et à plusieurs restaurants. Et pourquoi pas ensuite livrer aussi des colis ou du matériel de bureau? En fonction des résultats, le projet-test durera entre deux et quatre mois.

Source : Keystone-ATS

lundi 5 octobre 2020

A la frontière franco-suisse, une navette autonome fait son apparition dans un parc d'affaires

Elle a fait son entrée depuis une petite semaine dans le parc d'affaires d'Archamps à la frontière suisse. Elle dessert pour l'instant sept arrêts. La petite navette est autonome et électrique. Sa mission ? Séduire les 1700 personnes qui travaillent chaque jour sur le site.


Source : france info