Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

dimanche 31 mai 2020

L'homme qui voulait mettre la société en équation


L'homme qui voulait mettre la société en équation
Fabian Seunier
Le Pommier (30 octobre 2019)
168 pages

Présentation de l'éditeur
John von Neumann vient de passer de vie à trépas. Juste avant sa mort, ce génie polymathe, concepteur de la théorie des jeux et architecte de l'ordinateur, se demandait si l'être humain n'était pas un automate. Voilà qui ne manque pas d'attirer l'oeil de Kronos, dieu de l'espace-temps et collectionneur de chemises hawaïennes. Grâce à ce guide, et en compagnie d'un précieux mentor, von Neumann découvre un champ d'expérimentation infini. Le voici donc qui rencontre Jules César, Richard Coeur de Lion, Leibniz, Magellan, Mozart, sans oublier Mata Hari, Bourvil et surtout Audrey Hepburn, partenaire autant que muse... À travers ce récit échevelé, à dessein burlesque, Fabian Seunier donne à voir les péripéties d'un homme qui voudrait mettre la société en équation. Décryptés et agrégés les uns aux autres, les événements de l'espace-temps vont fournir à von Neumann la clé de l'énigme... Et la fable de prendre un tour philosophique : comment vivre au temps des algorithmes ?

vendredi 15 mai 2020

Les robots émotionnels


Les robots émotionnels
Laurence Devillers
L'Observatoire (11 mars 2020)
272 pages

Présentation de l'éditeur
Il faut nous y préparer : demain, robots, agents conversationnels (chatbots) et autres poupées humanoïdes vont détecter nos émotions avec de plus en plus d'acuité. Si nous sommes malheureux, ils nous remonteront le moral ; si nous sommes seuls, en difficulté, ils se feront aidants. Ces « amis artificiels » vont prendre une place grandissante dans la société. Or ils n'ont ni émotions ni sentiments, ni hormones de désir et de plaisir, ni intentions propres. À l'instar de l'avion qui ne bat pas des ailes comme un oiseau pour voler, nous construisons des machines capables d'imiter sans ressentir, de parler sans comprendre et de raisonner sans conscience. Si leur rôle peut être extrêmement positif, notamment dans le domaine de la santé, les risques de manipulation sont par ailleurs réels : dépendance affective, isolement, perte de liberté, amplifi­cation des stéréotypes (80 % de ces artefacts ont des voix, des noms - Alexa, Sofia - et des corps de femmes, qui en font des assistantes serviles ou des robots sexuels)... Seront-ils un prolongement de nous-mêmes ? Jusqu'où irons-nous pour programmer une émergence de conscience artificielle ? Et l'éthique dans tout ça ? Mêlant technologie, philosophie et neurosciences, Laurence Devillers pose les questions centrales de responsabilité sur l'application de ces robots « émotionnels » au sein de la société et les enjeux qu'ils représentent pour notre dignité humaine.

Lire aussi l'article de l'auteure sur Pixels