Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

dimanche 14 novembre 2010

YouTube s'enrichit de 35 heures de vidéos chaque minute

YouTube, devenu quasi-incontournable dans le monde d'internet, démontre une nouvelle fois sa notoriété. En effet, la plateforme de streaming de Google a annoncé via son blog officiel, que le service recevait l'équivalent de 35 heures de vidéo supplémentaire toutes les 60 secondes, soit 11 heures de plus qu'en mars dernier. Un calcul rapide permet ainsi de déterminer que YouTube reçoit alors 2100 heures de vidéos par heure, ou encore, 50400 heures par jour. Des chiffres faramineux, puisque pour un internaute, il faudrait alors presque 6 années pour visionner la totalité des vidéos uploadées en une journée.
YouTube explique alors cet accroissement grâce à plusieurs facteurs. Premièrement, la démocratisation du transfert de vidéos à l'aide des téléphones mobiles et smartphones, mais aussi grâce à l'intégration des API du service dans des applications extérieures, tel que le jeu Call of Duty Black Ops permettant l'hébergement d'une vidéo sur YouTube sans même quitter le jeu. La dernière raison évoquée serait alors l'extension de la durée maximale des vidéos qui est passée de 10 à 15 minutes à la fin du mois de juillet dernier.

Source : Sur-la-Toile

jeudi 4 novembre 2010

Lancement du moteur de recherche Blekko

Depuis lundi, la version bêta du moteur de recherche Blekko est ouverte. Le principe de ce moteur de recherche réside dans les résultats affichés, qui sont basés sur la contribution des internautes de la même façon que l'encyclopédie Wikipedia. Le procédé va plus loin qu'un algorithme classant les pages web par ordre de consultation. Chaque utilisateur peut dorénavant impacter le résultat affiché en apportant sa contribution. Cette méthode permet de rendre les résultats plus pertinents, et d'éviter des contournements commerciaux.
Afin de jouer sur la pertinence des résultats, un système de mots clés est utilisé. Ceux-ci sont précédés de "Slashtags", représentés par le symbole /. Il s'agit de saisir sa requête et, pour l'affiner, de la compléter de Slashtags suivi d'un mot clé. Exemple: la pertinence de la requête "Jaguar" sera meilleure après avoir choisi un mot clé: Jaguar /animals ou bien Jaguar /Cars, et le résultat en sera complètement différent. Une liste de Slashtags est déjà prédéfinie, mais les internautes volontaires peuvent en créer d'autres afin d'optimiser les résultats de recherches: il leur suffit d'attribuer un Slashtag à une page web qu'ils jugent informative. Les utilisateurs finaux seront quant à eux assistés dans leur recherche, car les Slashtags créés leurs seront proposés. On peut dès lors imaginer, pour la recherche "argent", la liste de Slashtags suivante: /metal, /bijou, /couleur, /jeux, /travail, /epargne, /monnaie, etc. Ceci pourrait être une aide à la recherche, pour les néophytes ne connaissant pas les règles algorithmiques permettant de donner un résultat à une requête: certains saisissent un mot sans donner plus de mot clés au moteur, le résultat répond rarement à leurs attentes.
Le projet Blekko a démarré en 2007 et a représenté un investissement de 24 millions de dollars. Ce projet s'apparente à la fonctionnalité SearchWiki de Google, abandonnée en début d'année, qui proposait également aux internautes de jouer sur la pertinence des résultats. Blekko n'est disponible qu'en anglais pour le moment, aucune information n'a été communiquée quant à son déploiement en version Française.

Source : Techno-Science

lundi 1 novembre 2010

Des publicités dans le captcha

Vous en avez assez de la publicité sur Internet ? Vous avez même installé des modules à votre navigateur afin de les faire disparaître de votre vue ? Ne criez pas victoire trop tôt... Les spécialistes du Marketing cherchent tous les moyens pour vous forcer à regarder leurs publicités. Ils se sont ainsi rendu compte qu'il y a des éléments que vous êtes obligés de regarder avec grande attention : le test captcha par exemple...
La société NuCaptcha travaille sur le sujet. Les utilisateurs devront bientôt regarder des publicités vidéo qui contiennent un court message texte afin de pouvoir prouver qu'ils sont humains. Les sociétés Electronic Arts ou Disney ont déjà signé des contrats avec NuCaptcha.

Source : Sur-la-Toile

dimanche 3 octobre 2010

WebP, le nouveau format d'image pour Internet, par Google

La firme Google avait présenté au cours du mois de mai dernier, un nouveau format de vidéo, le WebM, spécialement conçu pour Internet. C'est au tour des images de se voir observées attentivement par Google. En effet, la société vient d'annoncer un nouveau format d'image, baptisé « WebP », qui pourrait alors réduire la taille de celles-ci jusqu'à 39% par rapport au célèbre format JPG.
Si la firme de Moutain View arrivait à imposer ce nouveau format, cela se traduirait alors par un chargement plus rapide des pages et une réduction importante du trafic internet. Google explique ainsi avoir amélioré la compression fournie par JPG en s'appuyant sur la technologie de compression de VP8, déjà utilisée dans le format WebM. Malgré qu'au fil du temps, les pertes seraient de qualités seraient identiques au JPG, il en reste plus léger. De plus, ce nouveau format se veut d'être open source.
En attendant la standardisation de ce format, les intéressés pourront consulter la galerie mise en ligne par Google.

Source : Sur-la-Toile

mercredi 29 septembre 2010

Rayons x, les 13 gardiens d'Internet

vendredi 24 septembre 2010

Wikipédia : un million d'articles en français

Née en mars 2001, la version en français de l'encyclopédie en ligne Wikipédia a franchi cette semaine le seuil symbolique du million d'articles[1]. Après la version en anglais (qui compte actuellement 3,4 millions d'articles) et la version en allemand (1,1 million), la version en français est la troisième à franchir cette barre. Les prochaines versions qui compteront un million d'articles pourraient être celles en italien et en polonais.
Le succès de ce projet ambitieux est fondé sur la participation bénévole de tous les internautes, à tout moment. Pour la seule version en français, ce ne sont pas moins de 60 millions de modifications[1] que les internautes ont dû réaliser pour créer ce million d'articles répartis en près de 1 000 portails thématiques[2], le portail « Cinéma » regroupant 45 000 articles[3].
Plus de 300 000 contributeurs[4] francophones enregistrés ont ainsi participé depuis neuf ans à la rédaction de ce million d'articles, sans compter les centaines de milliers d'internautes non enregistrés (c'est-à-dire ne disposant pas d'un compte utilisateur).
En 2010, ce sont chaque mois environ 15 000 contributeurs enregistrés[1] et des dizaines de milliers d'anonymes qui enrichissent l'encyclopédie en effectuant au moins une modification du contenu.
Après l'euphorie des années 2005-2006, marquée par l'ajout d'articles géographiques (36 000 communes françaises), la version en français semble avoir atteint un rythme de « croisière » et s'enrichit de 300 à 400 nouveaux articles par jour. D'autre part, plus de 800 nouveaux contributeurs[5] rejoignent le projet tous les mois.

Source : Wikipédia

dimanche 15 août 2010

Un programme pour effacer les personnes sur les images de Google Street View

Le géant d'Internet est régulièrement critiqué pour son outil Street View que certains jugent comme non respectueux de la vie privée des piétons et habitants. Ce sujet fait polémique actuellement en Allemagne et en Suisse. Mais ceci n'effraie en rien Google, qui a annoncé le 10 août qu'il projetait de numeriser les clichés des vingt plus grandes villes allemandes d'ici la fin de l'année. Il restera la possibilité aux particuliers de faire connaître leur refus à Google dans un délai de quatre semaines.
Mais à ce jour, la seule possibilité qui est proposée est un floutage des plaques d'immatriculations et des visages. Cette solution n'empêche pas de reconnaître des personnes et parfois des situations que l'on peut juger privées.
Une équipe de recherche de l'université de San Diego (Californie), s'est penchée sur le sujet et a développé un logiciel permettant d'effacer les passants sur les clichés. Ce programme, présenté en juin dernier lors du IEEE International Workshop on Mobile Vision, parviendrait à identifier une personne grâce à sa forme, à ses vêtements, et également grâce à l'échelle des bâtiments qui l'entourent.


Après avoir analysé ces informations, le logiciel efface le passant et remplace le vide engendré par une image qui paraît la plus adéquate. Pour combler ce vide, le programme utilise les informations récupérées sur les photos qui précèdent ou qui suivent l'image traitée.
Cet outil paraît prometteur, mais souffre de défauts au niveau de la reconstruction de l'image. Il arrive de constater un parapluie sans propriétaire, ou encore un chien en laisse sans son maître (photo ci-dessus) ! Pour le moment, il ne fonctionne que dans un cadre urbain avec un fond plat (comme un mur) mais pas si l'arrière-plan est un champ par exemple.
A ce jour, aucune information n'a été dévoilée quant à une éventuelle collaboration entre cette équipe de recherche et Google, mais cette technique pourrait fortement intéresser le géant du web.

Auteur de l'article: Cédric DEPOND pour Techno-science

samedi 7 août 2010

Fin de Google Wave

Après l'engouement suscité avant même sa sortie, le succès n'a pas été au rendez-vous, Google Wave ferme son service. Il était censé représenter une révolution dans le monde de la communication électronique, rassemblant en une seule fois la réception d'e-mail, une messagerie instantanée, un module de travail collaboratif et un accès aux réseaux sociaux. Pourtant, le grand public et les professionnels n'ont pas suivi ; le service reste cependant maintenu jusqu'à la fin de l'année, mais Google ne développera plus Wave.
Google Wave avait été lancé en mai 2009, son code ainsi que certaines de ses innovations sont disponibles en Open Source. Certaines technologies utilisées dans Wave se retrouveront dans d'autres services comme Gmail et le glisser/déposer disponible sous le navigateur Chrome.

Source : Sur-la-Toile

samedi 26 juin 2010

Des noms de domaine en .xxx pour les sites pornographiques

L'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), la société gestionnaire des adresses internet, devrait enfin autoriser les extensions de noms de domaine en .xxx pour les sites à caractère pornographique. Cette extension avait été rejetée mainte fois auparavant.
La pornographie en ligne est en plein essor, avec une estimation de 370 millions de sites pornographiques existants sur internet, c'est pourquoi l'ICANN a revu sa position qui permettra, en plus, un filtrage plus aisé pour le jeune public. De surcroit, cette industrie représenterait, d'après l'Internet Pornography Statistics, plus de 3 000 dollars dépensés chaque seconde sur les sites de ce type. Le mot « sexe » (et ses traductions) semblerait occuper 25% des requêtes sur les moteurs de recherches.
ICM Registery, société à l'origine de la demande du .xxx, doit maintenant finaliser le contrat avec l'ICAAN. « Nous espérons que cette étape se déroulera sans heurts et n'empêchera pas le déploiement des domaines en .xxx, que nous espérons lancer début 2011, si ce n'est avant » précise-t-elle. IMC Registery précise aussi que pas moins de 110 000 pré-réservations de noms de domaine en .xxx ont déjà été faites.

Source : Sur-la-Toile

mercredi 16 juin 2010

Temps passé sur internet : les réseaux sociaux représentent 22%

Des statistiques concernant l'utilisation d'internet au cours du mois d'avril dernier ont été publiés par le cabinet Nielsen. L'étude a relevé que les réseaux sociaux sont rentrés dans les habitudes des internautes avec 22% du temps total passé sur le web dans le monde. Les pays étudiés — États-Unis, Royaume-Uni, Italie, Espagne, France, Allemagne, Suisse, Brésil et Australie — ont passé, en avril dernier, pas moins de 6 heures en moyenne sur Facebook, contre approximativement 57 minutes sur YouTube, 1h21 sur le moteur de recherche Google et seulement 13 minutes sur l'encyclopédie Wikipédia.
Les blogs n'ont pas été délaissés, ce mois d'avril, avec en moyenne 4h10 de temps passé pour les Français, 6h35 pour les Américains et un peu plus de 7 heures pour les Australiens. Le cabinet souligne que « Pour la première fois, les réseaux sociaux et les blogs sont visités par les trois quarts des internautes du monde entier » et que « Les visiteurs passent en moyenne 66% de temps en plus sur ces sites qu'il y a un an, soit près de 6 heures en avril 2010 contre 3 heures 31 l'an dernier. »
Les principaux addicts à Facebook seraient donc les Australiens en passant environ 7h45 sur le réseau social, suivi de près des Italiens (7h) et les Américains avec 6h43. En France, les internautes ont consacré 4h33 de leurs temps à ces réseaux. Certains pays, le Brésil par exemple, négligent Facebook en préférant d'autres sites du même type tel que Orkut, le réseau social de Google.
C'est ainsi que 110 milliards de minutes ont été accordé aux différents réseaux sociaux et blogs en avril. Les derniers débats houleux concernant la protection de la vie privée sur internet freineront-ils cette évolution de ces nouvelles plateformes ?

Source : Sur-la-Toile