Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mercredi 29 décembre 2010

L'email serait sur le déclin

Tout a une fin. Sur le plan technologique, la durée de vie peut être assez courte. Tout le monde a par exemple conscience que les cassettes ou les fax ont pratiquement disparu... Dans le cas d'Internet, l'email serait perdrait actuellement de sa popularité. Les Yahoo et autres Gmail voient de moins en moins d'utilisateurs passer sur leur messagerie.
Ainsi, les hébergeurs d'emails ont perdu 1,2 million d'utilisateurs depuis le pic atteint en octobre 2009. Cela ne concerne toutefois que les comptes personnels. Il se trouve que les plus jeunes internautes semblent privilégier l'instantanéité et l'interactivité : messagerie instantanée et réseaux sociaux ont donc leurs faveurs.
On dirait bien que l'email a surtout le gros défaut de ne pas pouvoir savoir si le destinataire a lu ou non le message. Un autre souci est que certaines personnes changent assez régulièrement leurs adresses email, sans compter le mauvais filtrage du SPAM parfois. L'email ne servirait alors pour certains qu'à recevoir des lettres d'information ... ou des factures. Pour Zuckenberg de Facebook, l'email va être victime, comme le courrier, de sa lenteur et de son aspect formel. Facebook donne l'option à ses utilisateurs de choisir entre différents modes de communication et on dirait que l'email est l'option la moins populaire.

Sources : Sur-la-Toile, Daily Mail

mercredi 8 décembre 2010

Avec Internet, nous sommes devenus de vrais rats de laboratoire

D'après Nicholas Carr qui a été éditeur à la Harvard Business Review, la satisfaction de notre obsession à vouloir regarder très périodiquement nos emails et autres informations, surtout de nature sociale, nous fait vraiment ressembler à des rats de laboratoire. Cette surcharge d'information a un inconvénient majeur : elle empêche les gens de se concentrer et … de Penser (en profondeur, d'où la majuscule).
Ce syndrome a un nom : le trouble déficitaire de l'attention. Pour Carr, notre Internet d'aujourd'hui satisfait un de nos instincts de recherche de nouvelles informations. On devient «addict» à nos «Inbox». De nombreuses personnes qui sont au bureau vérifient leur boîte mail (ou messagerie équivalente) près de 30 fois par heure. On est comme le rat qui presse le levier afin d'avoir sa «récompense sociale».
Pour Carr, cette évolution va avoir un impact (négatif) sur notre cerveau. On constate d'ailleurs de plus en plus d'utilisation de médicaments pour traiter les défauts d'attention, comme le Ritalin. Utiliser des moteurs de recherche afin de chercher des faits décroîtrait notre capacité à apprendre. Serait-il peut-être encore temps d'écrire (sur papier) et de relire un livre avant d'oublier comment le faire ?

Source : Sur-la-Toile