Le cyberblog du coyote

 

Extra

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

samedi 10 octobre 2009

Cat typing

En finir avec son chat pitre, par Edouard LAUNET, Libération, lundi 21 juillet 2003

Le passage du chat sur les touches a pour effet de générer un texte parasite, que les anglophones appellent synthétiquement « cat typing ». Pour un passage de droite à gauche, cela donne : « ;; ;yhtc vvvz < w ». Ou de gauche à droite : « azzs vfujil ;/m » ­ tests réalisés avec un vrai chat, moyennement consentant. L'embêtant est que ces entrées de texte se produisent généralement en l'absence de l'esclave du chat, parti boire ou pisser un coup. Aussi les écrivains et autres utilisateurs de PC se réjouiront-ils d'apprendre qu'un inventeur américain a conçu un logiciel capable de détecter et de bloquer quasi instantanément le « cat typing ». Ce programme, baptisé PawSense, vaut 20 dollars. Mais les vaut-il vraiment ? Sauf cas d'extrême confusion mentale, ou de littérature très expérimentale, le « cat typing » se repère assez aisément à la relecture. C'est pourquoi Chris Niswander, auteur de PawSense, avance un argument supplémentaire : les patounes du chat auraient une singulière aptitude à trouver les combinaisons de touches qui plantent l'ordinateur. Au risque de faire perdre tout le texte intelligible tapé depuis la dernière sauvegarde. Et puis le logiciel a aussi une fonction éducative : dès qu'il repère du « cat typing », il active une alarme sonore très désagréable. Cela dégoûte rapidement le chat des claviers, paraît-il. Enfin, en cas d'alerte au chat, l'écran du PC affiche en grosses lettres capitales le message « CAT-LIKE TYPING DETECTED », ce qui donne à l'utilisateur le sentiment gratifiant d'être aux commandes d'une centrale nucléaire dans un film de série B.
PawSense veille en analysant la dynamique des touches et leurs combinaisons. L'humain et le félin ont des façons très différentes d'actionner un clavier. L'informatique est capable de les reconnaître, « dès la première ou la deuxième foulée du chat ». Un cas cependant doit affoler l'ordinateur : comment distinguer le chat vautré sur le clavier de l'écrivain effondré sur son oeuvre ? Ils ont des « signatures » clavières identiques : un gros paquet de touches enfoncées simultanément et durablement. Dans le fond, peu importe : le signal d'alarme fera fuir l'un, ou réveillera l'autre.
L'autre meilleur ennemi de l'écrivain est le bébé, pour des raisons similaires (plus quelques autres). C'est pourquoi Chris Niswander travaille à un BabySense. En attendant, l'inventeur conseille de tester PawSense avec la progéniture. Il se pourrait que ça marche aussi. Le bébé qui tape franchement, avec les mains bien à plat ­ à la manière du regretté Thelonius Monk, pianiste inventif ­ a des chances de passer pour un chat. Les autres, qui tapent avec deux doigts comme papa, sont irrécupérables pour l'instant. Autant les tenir éloignés de l'oeuvre en chantier.
Ainsi débarrassé des chats et des bébés, l'écrivain pourra se remettre au travail, hélas.

vendredi 9 octobre 2009

Computer Science Unplugged en français

[...]
Il est devenu indispensable d'introduire les sciences informatiques de façon généralisée dans l'enseignement primaire et secondaire : c'est une lourde tâche qui devrait commencer par la reconnaissance de l'importance de la discipline, qui ne se résume pas à l'apprentissage de ses épiphénomènes technologiques, passer par la définition d'un programme d'études et se poursuivre par la formation des maîtres, mais cela demandera du temps, alors que le besoin est pressant.
En tant qu'enseignants et/ou chercheurs en informatique, nombre d'entre nous ressentent la nécessité d’y contribuer sans plus attendre : des collègues néozélandais, Tim Bell, Ian H. Witten et Mike Fellows, ont mis en place il y a quelques années un programme d'enseignement des fondements de l'informatique, Computer Science Unplugged, avec le parti pris de transmettre quelques notions de base de façon ludique, et sans aucun recours à l'ordinateur. Ils ont réussi à montrer comment, si on peut passer des heures à cliquer sur une souris sans rien apprendre d'informatique, on peut aussi apprendre beaucoup d'informatique sans toucher une souris.
Grâce aux efforts coordonnés par l'équipe d'Interstices, avec le concours de Anne Berry, Paul Gibson, Isabelle Souveton, et de l’association EPI , ces ressources sont enfin disponibles dans la langue de Molière, pour le plus grand plaisir de tous ceux qui désirent faire partager largement aux jeunes générations leur passion pour cette science magnifique qu’est l'informatique. Jouons à découvrir ensemble la puissance magique de la représentation de l'information, des algorithmes et des langages de programmation.
Mais assez de théorie, c'est le moment de passer à la pratique : téléchargez le document (en PDF, 14 Mo), choisissez votre première activité, et faites-la partager aussi largement que possible !

Source : Interstices

jeudi 8 octobre 2009

Alex Guestbook

@lex Guestbook est un script de livre d'or pour les sites Internet. Ecrit en langage PHP, il est facile à installer en quelques minutes dans la grande majorité des cas, même pour la plupart des débutants.

Principales caractéristiques :

  • Gratuit. La condition principale d'utilisation est de laisser nos références en bas de page.
  • Autonome : ne dépend pas d'un autre site, tout est chez vous.
  • Sauvegarde des messages à volonté.
  • Installation automatique, choix du nom des tables à la création.

vendredi 2 octobre 2009

Zataz.com condamné pour avoir signalé une faille de sécurité

L'interprétation de la loi française entraine de nombreux paradoxes en matière de sécurité informatique. Ainsi, il y a cinq ans on avait parlé de l'affaire Guillermito, condamné après avoir démontré que la publicité d'un antivirus était mensongère. Aujourd'hui c'est au tour de Zataz, le « Voici » de l'underground. Son créateur, Damien Bancal, a été condamné pour avoir publié un article à propos d'une faille (un FTP anonyme permettait à Google d'indexer les fichiers privés des utilisateurs) dans le système d'information de Forever Living Products, un distributeur de produits à l'aloe vera.
Pourtant, Damien a agi dans les règles, en avertissant la compagnie et en attendant que le problème soit corrigé avant de divulguer quoi que ce soit. La compagnie l'a d'abord remercié... puis poursuivi.
Zataz a bien failli fermer, mais les fans ont levé des fonds pour obtenir les 3500 euros à payer. Et finalement, Forever Living Products a décidé de ne pas exiger le paiement. Tout fini bien, donc. Sauf qu'on a une condamnation absurde de plus, qui fera sans doute jurisprudence... Une vidéo de Maître Eolas résume fort bien l'affaire :



Source : Sur-la-Toile

jeudi 1 octobre 2009

Did you know ? (version 4 en français)