Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mardi 18 novembre 2008

Hiéroglyphe

lundi 17 novembre 2008

Examen de lisibilité chez Google

Extrait de l'interview d'un employé chez Google :

[..]
Pour l'anecdote, avez-vous réussi votre examen de code ?
Oui, bien sûr. En effet, chaque nouvel employé qui a envie de participer à l'écriture du code doit passer un examen sur sa lisibilité. Il ne s'agit pas de tester la qualité de code, mais sa capacité à être lu par tous. C'est essentiel pour que 10'000 personnes puissent collaborer sur les mêmes projets.
[..]

Flash No 12 - 4.11.08, p. 9

Il faudra donc ne pas négliger la lisibilité dans l'enseignement de la programmation...

dimanche 16 novembre 2008

Format Factory

Format Factory se présente comme un convertisseur de formats, le plus complet possible. Il ne s'attache donc pas à un seul domaine, comme la vidéo, l'audio ou l'image, les appareils mobiles et les disques, il les traite tous. Il y aura forcément des manques, mais les utilisateurs qui ne souhaitent pas installer un logiciel par spécialité pourraient y trouver leur compte.

OS: Windows 2000 et suivants (32 bits)
Taille : 18,5 Mo
Langue : multilingue (30+ langues) français inclus
Licence : freeware

samedi 15 novembre 2008

Leçon 1.10

Les élèves doivent tous être parvenus à l'exercice 7.7. Ils travailleront à la maison le cas échéant. L'objectif est de finir le chapitre 7 la semaine prochaine.

vendredi 14 novembre 2008

Spam pharmaceutique : l'internaute mord 1 fois sur 12,4 millions

Des chercheurs américains se sont faits spammeurs pour tester l'efficacité commerciale du spam, allant jusqu'à créer de faux sites de ventes de produits pharmaceutiques. Après trois campagnes totalisant près de 500 millions de messages, ils concluent à une rentabilité limitée mais réelle de ce démarchage sauvage. Selon eux, les vendeurs sont aussi les organisateurs des réseaux de spams...
Devant un mail rédigé en anglais promettant des pilules miraculeuses et qui n'aurait pas été éliminé par un anti-spam, la quasi totalité des internautes n'y prête aucune attention particulière et l'expédie directement à la corbeille. Quelques-uns, toutefois, mordent à l'hameçon et se rendent sur le site. Parmi eux, un petit nombre dégainent leur Carte bleue pour acheter des pilules (souvent de la même couleur). Mais combien exactement ? Le spam constituant une activité illégale, les vendeurs peu scrupuleux qui le pratiquent ne publient pas de chiffres officiels...
Pour le savoir, une équipe de l'université de Berkeley et de l'université de Californie (San Diego) ont réalisé une expérience scientifique : utiliser les mêmes outils que les spammeurs, lancer des millions de messages et mettre en place des moyens pour mesurer les taux de réponse. Les chercheurs ont exploité un réseau botnet, c'est-à-dire un ensemble d'ordinateurs exploités à l'insu de leurs propriétaires pour diffuser des spams. On parle de machines zombies. Il s'agissait ici du réseau créé par le ver Storm. Les chercheurs ont lancé trois campagnes différentes, totalisant 469 millions de spams. Deux consistaient à transmettre un – faux – virus de type troyen inclus dans des messages proposant soit des cartes postales soit l'affichage de blagues de premier avril. La troisième campagne, qui a duré 26 jours, promettait différents produits pharmaceutiques, censément disponibles sur des sites commerciaux, en fait créés par les chercheurs eux-mêmes.

Les vendeurs créent leur propre réseau

Les résultats montrent qu'effectivement, le spam est une technique marketing peu efficace mais peut devenir rentable quand elle est pratiquée à très grande échelle. L'étude, qui a pris en compte l'origine géographique des succès de ces démarchages, n'a d'ailleurs pas mis en évidence de spécificités régionales. Il semble que les internautes du monde entier réagissent à peu près de la même manière.
Les fausses cartes postales fonctionnent bien. Sur 83.655.479 envois, 316 ont abouti à l'installation d'un Troyen sur un PC, soit 1 sur 265.000. Les poissons d'avril truqués atteignent un score de 1 réussite pour 178.380 spams (225 sur 40.135.487 dans l'expérience).
Le démarchage de produits pharmaceutiques a donné des résultats plutôt bons. Les chercheurs ont expédié exactement 347.590.389 spams et les faux sites commerciaux créés pour l'occasion ont enregistré 28 commandes fermes. Le taux de réussite serait donc de 12,41 ventes pour 1 million de spams. La moyenne des commandes recueillies était d'environ 100 dollars. Les quelque 350 millions de spams auraient généré exactement 2.731,88 dollars (environ 2.190 euros). Le rendement avoisinerait donc 100 dollars par jour, en fait plutôt 140 car sur les 26 jours de campagne, l'équipe ne retient que 19 journées utiles (« actives » dans la publication), pendant lesquelles les messages ont été diffusés.
L'expérience étant restée limitée, les chercheurs estiment n'avoir utilisé que 1,5% des ordinateurs du réseau botnet Storm. Selon eux, une campagne bien menée aurait plutôt rapporté aux alentours de 7.000 dollars par jour en moyenne. Mais le nombre d'ordinateurs touchés augmente au fil des jours, à mesure que le vers se transmet. La progression serait comprise entre 3.500 et 8.500 par jour... Par extrapolation, l'équipe pense qu'une campagne pour des produits pharmaceutiques sur un réseau Storm devrait générer annuellement 3,5 millions de dollars (2,8 millions d'euros).
Un spam n'est cependant pas gratuit. Il faut du matériel, des noms de domaines enregistrés, etc. Les auteurs tablent sur un prix de revient un peu inférieur à 80 dollars par million de messages. Envoyer 350 millions de spams coûterait environ 25.000 dollars. Les chercheurs en concluent que, pour que cette activité soit rentable, il faudrait que le prix de revient des mails soit vingt fois plus faible. Pourtant, la vente de produits pharmaceutiques via les spams continue. Les chercheurs ne voient qu'une explication : les vendeurs ne paient pas les organisateurs du réseau Storm car ce sont les mêmes personnes...

Source : Futura-Sciences

jeudi 13 novembre 2008

Un robot infiltre une colonie de blattes

Un robot, en mission commandée, infiltre les rangs d’une colonie de blattes. Il s’y glisse incognito en imitant leurs allées et venues. Voilà le subterfuge trouvé par un chercheur afin de leurrer ces insectes dont il compte découvrir le comportement en société. Ce robot miniature doit réussir à se faire accepter de ses congénères, à devenir le chef de file et à intervenir auprès de ces bestioles en leur dictant une nouvelle ligne de conduite, espérant ainsi parvenir à les déloger de leur refuge.
Ce petit robot en forme de cube de trois à quatre centimètres, monté sur des roulettes, muni d’une caméra miniature, ne ressemble aucunement à l’un de ces insectes. Recouvert d’un enduit dont l’odeur évoque celle des blattes, il se ballade en reproduisant les déplacements de ces créatures en leur colonie. Doté de capteurs de lumière et d’un senseur à infrarouges, il évite les obstacles, les autres insectes et distingue l’ombre de la lumière. Si le robot joue le même rôle que l’insecte dont le comportement domine, il parviendra à imposer aux autres ses directives.
On observa les réactions des insectes durant des milliers d’heures durant leur cohabitation avec les robots. La présence de plusieurs de ces automates programmés, et non télécommandés, incita ces blattes à changer leurs habitudes de vie en se réfugiant en des endroits éclairés malgré leur préférence habituelle pour les lieux sombres. On estime que 5 robots suffisent pour contrôler 20 de ces insectes. Ce résultat concluant ouvre la porte à d’autres applications. On peut dès lors envisager cette approche en substituant un robot à l’épouvantail pour chasser les corbeaux qui endommagent les récoltes ou créer un chien de berger automate qui inciterait les bêtes à lui obéir sans toutefois apeurer les troupeaux.
Présentement en cours, des recherches visent à mettre au point une mère poule artificielle. Le concepteur se penche également sur la création de modèles qui influenceraient le comportement de l’homme. Plus d’un s’interrogent quant à cette alternative à l’intervention des forces policières lors de manifestations de groupe. Des questions d’éthique pourraient surgir si toutefois ce chercheur parvenait à finaliser ce projet.

Source : Sur la Toile

mercredi 12 novembre 2008

100 idées pour utiliser RSS

Ce document du blog Vtech est un essai de vulgarisation pour l'usage du RSS dans différents domaines. Il recense différentes possibilités d'utilisation de cette nouvelle forme de diffusion de l'information.

A lire : 100 idées pour utiliser RSS, par Aref JDEY, http://vtech.canalblog.com, Avril 2006

mardi 11 novembre 2008

Un robot qui résout le rubik's cube

JP Brown nous montre sur son site CubeSolver comment programmer un robot en LEGO qui résout le fameux Rubik's Cube.

lundi 10 novembre 2008

Pléo

Les robots "grand public" font décidément des progrès spectaculaires. Voici Pléo, un petit dinosaure.

A voir :

dimanche 9 novembre 2008

Leçon 1.9 + test 1

Premier test sur la programmation Python. Il s'agissait d'un QCM de 10 questions portant sur les 5 premiers chapitres du livre, choisies aléatoirement parmi un stock de 40. Chaque élève répondait aux questions sur son ordinateur et avait des questions différentes de son voisin, puisqu'elles étaient choisies au hasard. Pour éviter des injustices, les élèves pouvaient recharger la page, et donc changer les 10 questions, autant de fois qu'ils le voulaient (en pratique, je crois que personne ne l'a fait). Il y avait 4 réponses possibles pour chaque question. Ils avaient 30 minutes pour répondre. Une fois le test terminé, la note était automatiquement calculée et enregistrée.
Presque tous les élèves ont fini le chapitre 6 (certains devront finir à la maison).