Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mardi 10 juin 2008

Les dangers d'Internet (3)

lundi 9 juin 2008

Les dangers d'Internet (2)

dimanche 8 juin 2008

Les dangers d'Internet (1)

samedi 7 juin 2008

Atlas virtuel de la Lune

Les deux créateurs passionnés de ce qui est aujourd'hui le meilleur atlas lunaire, AVL, viennent de publier des mises à jour de toutes les versions. Cet outil remarquable et gratuit a séduit les astronomes amateurs mais également les professionnels puisque certains l'utilisent pour préparer la mission lunaire indienne Chandraayan !
Les deux auteurs du logiciel Atlas Virtuel de la Lune, alias AVL, sont de vrais mordus d’astronomie. Le premier, Christian Legrand, chroniqueur à Espace Magazine, n’a d’yeux que pour la Lune, au point d’en avoir écrit un guide, Découvrir la Lune, publié dans plusieurs langues. Le second, Patrick Chevalley, est spécialisé en programmation astronomique : il est notamment l’auteur du logiciel de planétarium Cartes du Ciel, lui aussi gratuit et téléchargeable. Depuis six ans, ils ont uni leurs compétences pour réaliser un programme gratuit d’étude et d’observation de la Lune, destiné aux astronomes passionnés de sélénographie, dans le but de promouvoir l’observation et la connaissance de notre satellite. AVL est avant tout une généreuse banque d’images qui regroupe près de six mille photographies lunaires, réalisées par des astronomes depuis la Terre, ou par des sondes en orbite autour de la Lune.

Géologie lunaire
Mais ce qui aurait pu n’être qu’un simple catalogue dispose de nombreuses fonctionnalités. Un gestionnaire d’images permet à chacun non seulement d’admirer les formations lunaires mais également de zoomer dessus et même de les traiter pour en modifier l’aspect. Le disque lunaire peut être visualisé pour toute date et heure et on peut mettre en évidence les mouvements de libration. Un clic de plus et la Lune tourne d'un mouvement de souris pour montrer sa face cachée.
Il est même possible d’étudier les dépôts de cendres volcaniques, de choisir la texture d’images établie à partir des prises de vues réalisées par les sondes Lunar Orbiter, ou encore de découvrir la composition du sol grâce aux données de la sonde Clémentine ! Enfin, cerise sur le gâteau, ce programme offre la possibilité de piloter les télescopes à montures informatisées pour leur faire pointer les formations lunaires que l’on désire observer.

Les géologues apprécieront de découvrir la composition du sol lunaire...
Déjà téléchargé plus de 500.000 fois, AVL, qui fonctionne avec Windows (de 95 à Vista), existe en trois versions, Light (sans pilotage de monture), Expert et Pro (avec des bibliothèques d'images et des fonctions d'intérêt scientifique). Les deux premières sont directement téléchargeables sur le site de l'Atlas Virtuel de la Lune. Le troisième (qui pèse 422 Mo) exige de passer par un logiciel de peer-to-peer de la famille eDonkey (alias ed2k, comme eMule) mais il est également disponible sur CD-Rom. Ces trois versions viennent d'être mises à jour ces dernières semaines.


Une bonne occasion de découvrir ou de redécouvrir cet excellent logiciel pour des observations de la Lune (voir nos éphémérides), à l'œil nu ou avec un instrument. AVL permet d'ailleurs de visualiser le disque lunaire en l'inversant ou non, dans le sens droite-gauche ou haut-bas, pour restituer la vue que l'on en a dans des jumelles, une lunette ou un télescope.

Source : Futura-Science

vendredi 6 juin 2008

01net

01net : toute l'informatique avec 01informatique, l'Ordinateur Individuel et Micro H.

jeudi 5 juin 2008

20Q.net

20Q.net est une expérience en intelligence artificielle. Le programme est très simple mais son comportement est complexe. Tout ce qu'il sait et tout ce qu'il demande a été introduit par les personnes qui ont joué à ce jeu. 20Q est un système d'apprentissage; plus on y joue, plus il devient bon.

mercredi 4 juin 2008

Le premier surfeur du web

mardi 3 juin 2008

Firefox 3.0

Le navigateur Firefox de la fondation Mozilla, qui a réussi à se faire une place à coté d'Internet Explorer sur les systèmes Windows, devrait être disponible dans sa version 3 vers le milieu de ce mois. Très attendue, cette nouvelle version apportera son lot de nouveautés, et tentera d'établir une référence en termes de record mondial de téléchargements d'un logiciel en une seule journée.
Lorsque le navigateur Firefox 1.0 est sorti en novembre 2004, le monde des navigateurs Internet était dominé de manière écrasante par Internet Explorer de Microsoft, ce dernier possédant une part de marché d'environ 95%, contre 3% pour la suite Mozilla de l'époque et 1.5% pour Opéra, Safari de l'univers Macintosh venant ensuite. Actuellement dans sa version 2, Firefox possède une part de marché d'environ 20%, allant jusqu'à 30% voire 35% dans certains pays comme la Pologne.
En quelques années, le nouveau navigateur de la fondation Mozilla a donc su s'imposer comme la véritable alternative à Internet Explorer, entraînant dans le même temps une reprise significative du développement du navigateur de Microsoft, qui paraissait alors fonctionnellement bien en retard avec sa version 6 datant de 2001. Ainsi, la version 7 d'Internet Explorer est parue fin 2006, la version 8 est quant à elle actuellement en cours de développement.
Encore en version de test, la version stable et officielle de Firefox 3.0 est prévue pour les toutes prochaines semaines. Parmi les nouveautés, une barre d'adresse "intelligente" plus claire et possédant une fonctionnalité étendue de recherche par mots-clés, ainsi que de nouveaux gestionnaires pour les téléchargements et les favoris. En ce qui concerne les performances, Firefox 3.0 devrait pouvoir résoudre le test Acid2 (tout comme devrait le faire Internet Explorer 8), signifiant un excellent respect du rendu graphique des pages web. L'occupation mémoire du navigateur sera également optimisée, et la vitesse de traitement des pages accrue.
Pour l'occasion de la sortie de Firefox 3.0, la fondation Mozilla tentera d'établir une référence en termes de téléchargements d'un logiciel en 24h. Il n'existe pas vraiment de classement officiel pour ce type de record, ce sera pour la fondation libre l'occasion d'en établir un, et dans le même temps de créer un évènement qu'on imagine bénéfique en termes de notoriété. Le record visé est modestement d'environ 2 millions de téléchargements durant les premières 24h, on peut imaginer qu'il sera bien supérieur puisque la version 2.0 du navigateur avait déjà été téléchargée à environ 2 millions d'exemplaires la première journée, et que le nombre d'utilisateurs de Firefox est en constante augmentation.

Source : techno-science.net

lundi 2 juin 2008

L'industrie suisse, en pénurie d'informaticiens, se tourne vers les femmes

Les étudiants boudent les métiers de l'informatique. Alors que les entreprises cherchent à engager. Les aspirantes informaticiennes sont vivement encouragées.
Cette fois-ci personne ne donnera de chiffres. Car tout le monde a en mémoire le dernier avertissement, qui prédisait en 2000 une pénurie de 10'000 informaticiens en Suisse. Deux ans et demi et l'éclatement de la bulle internet plus tard, la tendance s'était méchamment inversée. Impossible de s'aventurer à prédire précisément l'évolution du marché. Mais le besoin d'informaticiens est réel, et augmentera encore à l'avenir affirme Christophe Andreae, président du Groupement Romand de l'Informatique et spécialisé dans le recrutement d'ingénieurs et de spécialistes en informatique.
D'autant plus que les filières de formation ont connu une baisse importante de fréquentation : entre 2001 et 2006, le nombre d'étudiants choisissant les filières informatiques dans les hautes écoles (EPF, HES et universités) suisses a diminué de moitié. « Aujourd'hui déjà, il y a une pénurie de personnel qualifié ». Pourquoi ? L'informaticien souffre d'un problème d'image, répond Christophe Andreae, celle « du boutonneux à lunettes qui mange des pizzas froides derrière son écran d'ordinateur, évidemment complètement fausse ». Il y a aussi les mauvaises expériences de tout un chacun peut avoir vécue ou entendus : « Trop d'informaticiens font encore des usines à gaz, ou n'intègrent pas encore assez l'utilisateur ». Et peut-être trop peu d'efforts de la branche elle-même pour corriger les préjugés, avance M. Andreae.
Côté études, l'informatique reste une des branches les plus faiblement fréquentées par les filles (13% en informatique et communication à l'EPFL contre 26% en moyenne dans l'école). « Ici, comme dans la plupart des pays européens, l'image de ce domaine est encore très masculine. Mais ce n'est pas le cas partout. En Asie, par exemple, les femmes représentent parfois plus de la moitié des étudiants et des employés dans la branche », commente Farnaz Moser-Boroumand, déléguée à l'égalité de l'EPFL.
Autre phénomène encore marqué: dès le plus jeune âge, les garçons sont plus habitués que les filles aux jeux avec écrans en tous genres et osent plus facilement partir à la découverte des logiciels. Ce que cherche à corriger l'EPFL avec ses cours « Internet pour les filles ». Farnaz Moser-Boroumand répète « il n'y a absolument aucune raison pour que les femmes ne choisissent pas cette branche. »
Au-delà des questions d'égalité des chances, se pose désormais la question de la compétitivité de la branche. « Pour garder ces emplois à haute valeur ajoutée en Suisse, nous avons besoin de tous les talents, et ceux des femmes manquent cruellement, affirme Christophe Andreae. La femme pourrait bien être l'avenir de l'informatique suisse ! »
L'opération séduction vise à montrer que l'informatique comprend de nombreux métiers très divers, permettant de travailler dans presque tous les secteurs économiques. Que ce soit dans les réseaux et l'infrastructure, le développement de logiciels ou tout ce qui touche à la mobilité, les défis sont énormes. «Les métiers de l'informatique demandent de plus en plus de relations interpersonnelles, permettent de travailler en projets et d'aboutir à un résultat concret. Sans oublier le fait qu'ils permettent un travail à temps partiel ou à la maison, ou au contraire de voyager ! », ajoute Christophe Andreae. Lui-même a été pendant dix ans dans le domaine et dit avoir surtout aimé les défis intellectuels que représentait l'informatisation d'une tâche.
L'association Informatica 08, avec le soutien de la fondation Hasler et de nombreuses entreprises, lance ainsi une campagne d'information dans les écoles suisses lance. Fribourg inaugure le « roadshow » (« Fit in IT ») en présence de la conseillère d'Etat Isabelle Chassot, mercredi 9 avril à l'université. Démonstrations, ateliers et témoignages de jeunes informaticiens seront utilisés pour informer et séduire. Le Salon de l'étudiant à Genève accueillera aussi l'exposition itinérante fin avril.
L'ancienne conseillère aux Etats Christiane Langenberger, membre du comité de patronage d'Informatica 08, regrette le peu d'ouverture de certains gymnases à la démarche, et leur repli face à ce qui est parfois considéré comme une irruption non désirée de l'économie dans le monde de l'enseignement. Mais les efforts de communication à l'égard des jeunes filles et garçons ne font que commencer : ils seront poursuivis toute l'année puis en 2009.

Source : Les quotidiennes

dimanche 1 juin 2008

Le journal du web

Il est possible de consulter les archives de l'émission Le journal du web sur le site de LCI. Dommage qu'il faille se farcir une page de pub avant le reportage...