Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.

dimanche 29 novembre 2020

TimeLapse - Il n'y a pas de Hasard !

Chaque premier lundi du mois, Olivier Bonneton, enseignant de mathématiques et d’informatique, réalise une chronique de vulgarisation scientifique sur une radio lyonnaise. On peut réécouter les anciens épisodes sur sa chaîne Youtube.

  • Episode 1 : La cryptographie
  • Episode 2 : Daniel Tamett et autisme Asperger
  • Episode 3 : Dans l’ombre de la Lune (The Right Stuff et Hidden Figures)
  • Episode 4 : Le hasard
  • Episode 5 : Pleine lune (une vision non exhaustive de la course à la Lune)
  • Episode 6 : Le sfemmes dans l’histoire des Sciences
  • Episode 7 : Les nombres étranges
  • Episode 8 : Vers d’autres dimensions
Voici la chronique sur le hasard (une très bonne introduction aux probabilités).

samedi 7 novembre 2020

Voyage dans le temps : les paradoxes sont évitables

Selon une étude parue dans Classical and Quantum Gravity, un voyage dans le temps sans paradoxe est mathématiquement possible. La question du voyage dans le temps fait encore débat chez les physiciens. Certes, le voyage dans le temps n’existe pas dans la physique que l’on connait mais dans les équations de la relativité formulées par Einstein, on s’est vite aperçu que ces formules d’un point de vue mathématique autorisent de voyager aussi bien vers le futur que vers le passé. En 1937, Willem Jacob Van Stockum est le premier à avoir formulé l’idée de boucles temporelles. Mais problème, ces boucles temporelles peuvent rompre le principe de causalité, l’un des grands fondements de la physique. On l’illustre le plus souvent par « le paradoxe du grand-père ». Si on peut partir dans le passé, on pourrait tuer son grand-père, et donc ne plus exister, ce qui serait un paradoxe. Pour ces deux mathématiciens australiens, il est possible - d’un point de vue mathématique - de voyager dans le temps, et ce, sans paradoxe.

Ecouter le podcast sur France Culture