Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



dimanche 19 mai 2019

Robot pour les pauvres, contact humain pour les riches

C'est l'histoire d'un vieux monsieur de 78 ans qui est à l'hôpital aux États-Unis. Il a un problème pulmonaire, il sait que ça ne va pas fort. Le matin, il a vu un médecin qui lui a dit que le pronostic n'était pas bon. Là, il est avec sa petite-fille et un autre médecin vient lui parler. Scène classique à un détail près: le médecin n'est pas physiquement là. Il lui parle via un écran porté par un robot. Et le médecin-écran-robot lui annonce qu'il ne lui reste plus que quelques heures à vivre. Le patient ne comprend pas bien, il n'est pas sûr d'avoir entendu et c'est sa petite-fille qui doit lui répéter ce que la transmission vidéo vient de lui dire.

Lire l'article de Titiou Lecoq sur Slate.fr

samedi 18 mai 2019

The valley - Une histoire politique de la Silicon Valley



The Valley
Une histoire politique de la Silicon Valley

Fabien Benoit
Les Arènes (2 mai 2019)


Présentation de l'éditeur
The Valley est une enquête sur l'idéologie politique de la Silicon Valley qui, depuis près d'un siècle, transforme le monde avec ses innovations technologiques.
Après les utopies hippies et contre-culturelles des années 1960 et 1970, la Silicon Valley a enfanté un capitalisme radical, hyper-individualiste et spéculatif, défiant lois et règles collectives.
Le regard politique de la Valley est façonné par quelques visionnaires et chefs d'entreprise.
Ils ont un ennemi : l'État. Ils se heurtent à un obstacle : la condition humaine, imparfaite.
Les dirigeants de ces entreprises à la croissance exponentielle rêvent d'un nouvel ordre du monde et veulent repousser nos limites humaines.
Réalisons-nous à quel point ce projet d'essence libertarienne fragilise nos sociétés?

Voir aussi La Silicon Valley était un rêve, elle est devenue cauchemar sur Slate.fr

vendredi 17 mai 2019

Les personnages en mouvement dans cette vidéo n’existent pas

Une intelligence artificielle a créé de toutes pièces une galerie vidéo de personnes en mouvement au réalisme époustouflant.

jeudi 16 mai 2019

Quatre conseils pour échapper à la surveillance des GAFAM

Changez d'outils pour protéger votre vie privée sur internet: vous verrez, c'est très simple.

Lire l'article de Thomas Burgel sur Korii

mercredi 15 mai 2019

La construction d'un ordinateur quantique : au-delà des coups de pub, un joli casse-tête

Non, les ordinateurs quantiques ne débarqueront pas demain. Si les géants du Web se font la course et comptent bien créer le plus vite possible une technologie capable de résoudre des problèmes inaccessibles à nos superordinateurs actuels, force est de constater que le chemin sera probablement long avant de les voir fonctionner réellement.

Lire l'article de Fabien Soyez sur Cnet

mardi 14 mai 2019

Intelligence Artificielle : 5 tendances qui vont révolutionner 2019

Alors que les géants de l’industrie technologique, dont Google, Facebook et Amazon, investissent des milliards d’euros dans la recherche sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, cinq tendances se profilent déjà sur ce front en 2019.

Lire l'article de Forbes France sur weforum.org

lundi 13 mai 2019

La réalité augmentée et ses applications

Avec la réalité augmentée, le monde réel et le monde virtuel s’entremêlent. Ces données viennent compléter les informations que l’Homme perçoit habituellement de son environnement. Tour d'horizon des différentes possibilités.

Lire le dossier de Marc Zaffagni sur Futura Sciences

dimanche 12 mai 2019

«Magic: The Gathering» est le jeu le plus dur au monde

Longtemps considéré comme le jeu le plus compliqué au monde, le go vient d'être détrôné par un outsider étonnant: Magic: The Gathering.
Ce jeu de cartes, dans lequel des mages jettent des sorts et invoquent des créatures pour vaincre leurs adversaires, comporte plus de 20.000 cartes et compte d'innombrables règles, évolutives au fil de la partie et bien plus complexes que dans d'autres jeux de société, wargames ou jeux de rôle.
Alex Churchill, chercheur indépendant et concepteur de jeux de société à Cambridge en Angleterre, Stella Biderman, mathématicienne à l'université de Géorgie aux États-Unis et Austin Herrick, analyste de données et codeur à l'université de Pennsylvanie, ont pour la première fois mesuré la complexité informatique de ce jeu inventé en 1993.

Bien plus difficile que les échecs

La complexité informatique d'un jeu dépend de nombreux facteurs, comme la prévisibilité du résultat de la partie ou le nombre de coups à jouer.
Pour une partie d'échecs, l'ordinateur doit calculer s'il existe une stratégie gagnante pour le camp des blancs. Le processus consiste à tester toutes les séquences possibles de coups, afin de déterminer s'il peut remporter une victoire.
Pour Magic, les scientifiques ont commencé par traduire les pouvoirs et les propriétés de chaque carte en un ensemble de données pouvant être codées. L'équipe a ensuite joué une partie à deux, analysée par l'ordinateur. Le verdict est sans appel: Magic a le plus grand quotient de complexité informatique connu.
L'ordinateur, pensé pour calculer les pièges, les stratégies à adopter et les probabilités de victoire, a été incapable de déterminer qui remporterait la partie. «C'est la première fois que le résultat d'un test montre qu'il existe un jeu réel [un jeu auquel nous jouons réellement, en opposition aux jeux hypothétiques qu'imaginent parfois les scientifiques] pour lequel il est impossible de déterminer la stratégie qui va gagner. Ce n'est pas calculable», assure Alex Churchill, pour qui le nombre pharaonique de cartes et l'évolution permanente des règles pourraient expliquer la complexité du jeu.
Contrairement à Magic, la plupart des jeux de société ont des limites définies, comme la taille d'un plateau de jeu, ou une durée fixe de partie, ce qui affaiblit considérablement leur degré de difficulté. Leur complexité est alors jugée «triviale», terme qui en mathématiques désigne un problème dont la solution apparaît si évidente que son étude n'a pas d'intérêt.
Selon les scientifiques, seuls quelques jeux sont connus pour avoir une complexité non-triviale, à l'image du Jenga ou de Tetris, dont le retour il y a quelques semaines en version en ligne fait un véritable carton.

Sources : Slate.fr, MIT Technology Review

samedi 11 mai 2019

Swiss Game Academy

La Swiss Game Academy est le camp pour vous initier aux métiers pluridisciplinaires de la création de jeux vidéo, à travers des cours, ateliers et conférences dispensés par des experts suisses et internationaux.

  • La Swiss Game Academy s’adresse principalement aux étudiants de collège et haute école, ainsi qu’aux professionnels et aux personnes à la recherche d’une nouvelle expérience professionnelle.
  • Le programme offre des cours, des ateliers, des conférences, des séances de coaching et tous les participant vont s’impliquer dans le développement de leur jeu vidéo en équipe.
  • Du 22 au 27 juillet 2019, d’environ 08h30 jusqu’à 18h00.
  • À la Haute Ecole d’Ingénierie et d’Architecture de Fribourg (Suisse).

vendredi 10 mai 2019

WhySoSlow

WhySoSlow analyse et surveille votre système pour tenter de déterminer pourquoi son fonctionnement est lent. Il vérifie par exemple, le processeur et la mémoire et fournit également des informations sur la température, la charge sur le système ou la vitesse des composants intégrés, les pilotes, etc. Lorsqu'il a terminé, un rapport complet peut vous être présenté. WhySoSlow comprend également des outils pour résoudre les problèmes rencontrés ainsi qu'une application AntiFreeze vous permettant d'accéder à un gestionnaire de tâches d'urgence lorsque le gestionnaire de tâches standard ne peut pas être exécuté.

Voir le test sur le site libellules.ch