Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

dimanche 26 juin 2011

Guerre des hackers : le lexique pour s'y retrouver

LulzSec, Anonymous, The Jester, attaque DDoS... Pour s'y retrouver, 20 minutes propose un petit lexique.

mercredi 15 juin 2011

Un pirate sur quatre travaille pour le FBI

On peut raisonnablement estimer qu'un « hacker » sur quatre travaille secrètement pour les États-Unis (par le biais du FBI). Cela permet de suivre ce que font les vrais pirates, ni vu, ni connu. Lorsque le FBI débusque un pirate, il commence par faire des menaces de longs moments passés en prison... Ainsi, des pirates se convertissent en informateurs. Ces informateurs sont déjà bien engagés dans la communauté des spécialistes du piratage et dénoncent les tentatives de fraudes à grande échelle afin d'espérer d'écoper de moins lourdes sentences. Certains informateurs sont les mêmes qui tiennent des forums illégaux avec des informations volées concernant des cartes de crédit.
Ce genre de travail en coulisse aurait mis au moins une douzaine de criminels de poids derrière les barreaux. Les pirates vivent maintenant dans la paranoïa. Un exemple célèbre est Lamo, le « judas » des pirates, qui a « donné » au FBI Bradley Manning qui avait fourni des informations à Wikileaks. Il y a maintenant des groupes d' « Anonymous » qui se battent contre d'autres groupes d' « Anonymous » (Dieu reconnaîtra les siens) afin de trouver leurs adresses IP.

Source : Sur-la-Toile

mardi 14 juin 2011

26 000 utilisateurs d'un site X se retrouvent "tout nus"

Un groupe de pirates nommé LulzSec vient de publier les login / emails et mots de passe d'environ 26 000 utilisateurs d'un site pornographique, Pron.com. Le groupe a mis en exergue que certains emails sont manifestement issus de personnels du gouvernement (dont des militaires) en raison des extensions (.mil et .gov).
Le groupe a demandé aux abonnés de Twitter de s'amuser avec ces données pour voir si les mêmes codes ne permettraient pas, par hasard, d'avoir accès aux comptes Facebook, puis de dire aux amis et personnes de la famille que le membre de Facebook a aussi un compte sur Pron (important : visiter le compte de quelqu'un sans son autorisation est comme rentrer dans l'appartement de quelqu'un parce qu'on a trouvé la clé, c'est puni par la loi et non-éthique...).
Heureusement, l'équipe de sécurité de Facebook a vite réagi en faisant elle-même la correspondance : les mots de passe ne fonctionnent plus. Cela ne concerne que Facebook toutefois. Cela doit rappeler à tous qu'il est nécessaire de varier autant que possible les mots de passe (et qu'ils soient assez compliqués).

Source : Sur-la-Toile

vendredi 3 juin 2011

Des hackers disent avoir - encore - piraté les serveurs de Sony

Des membres du groupe LulzSec affirment avoir fracturé les serveurs de Sony Pictures et de Sony BMG. Une fois entrés, ils ont eu « accès à tout » et ont pu faire le plein de musique et de bons de réduction… mis en ligne sur les réseaux BitTorrent.
« C’est pour la bonne cause » expliquent en substance les hackers du groupe LulzSec dans un communiqué pour détailler leur exploit (au sens informatique du terme), réalisé le jeudi 2 juin, et qui vient donc quelques semaines après le piratage du réseau PSN.
L’histoire qu’ils racontent est celle d’un piratage simple à base « d’injection SQL » dans les bases de données de Sony Pictures et Sony BMG Pays-Bas et Belgique. « We accessed EVERYTHING » (« nous avons eu accès à TOUT ») s’extasient les informaticiens pirates. Le mot « tout » ne semble pas trop fort : un million de comptes personnels ont été ouverts, avec identifiants et mots de passe, 75.000 codes permettant de télécharger de la musique et 3,5 millions de bons de réduction.

Le butin offert à la planète

Les pirates disent-ils vrai ? Pour le prouver, les membres du groupe ont déposé sur les réseaux BitTorrent une partie de ce trésor, qui devient donc accessible à tout le monde. D’après ces cambrioleurs virtuels, cet acte n’a pas d’autre objectif que de montrer combien les données enregistrées chez Sony sont mal protégées. « Parmi ce que nous avons récolté, aucun bit n’était crypté, assène le communiqué. Sony stocke un million de mots de passe comme du simple texte. » Sony n’a pas encore répondu. Au moment où ce piratage était révélé, l’entreprise japonaise était en train de plancher sur la réponse à donner à la lettre que lui a adressée le Congrès des États-Unis, le 29 avril, pour exiger des explications sur l’affaire PSN.

Source : Futura-Sciences