Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mercredi 22 juillet 2020

Deepfake : quand Nixon annonce le décès des membres de la mission Apollo 11



Lire l'article d'Edward Back sur Futura

dimanche 5 juillet 2020

Disney fait une démonstration bluffante de deepfake en haute définition

Et si Disney comptait profiter du deepfake pour réutiliser les visages des acteurs décédés ? Les méthodes actuellement utilisées au cinéma pour remplacer les visages sont très longues et chères à réaliser. Une nouvelle technique, basée sur l'intelligence artificielle, vient d'être dévoilée par des chercheurs de Disney Research Studios et de l'École polytechnique fédérale de Zurich.
La particularité de cette méthode de deepfake est de travailler en haute définition avec des images d'un mégapixel. Les chercheurs commencent par analyser des visages, en enregistrant le mouvement de certains points de repère. Chaque visage est ensuite normalisé dans un carré de 1.024 x 1.024 pixels, puis ajouté à une banque d'identités. La même méthode est ensuite appliquée sur la vidéo source. Le décodeur permet ensuite de placer l'un des visages préenregistrés par-dessus celui d'un acteur.


Une méthode beaucoup plus rapide pour le cinéma

Les chercheurs utilisent l’apprentissage profond (deep learning) avec un entraînement progressif, combiné à un système de stabilisation et un algorithme pour conserver la luminosité et le contraste. Les résultats de cette nouvelle technique sont beaucoup plus réalistes qu'avec les précédentes méthodes, notamment sur grand écran.
Bien que les chercheurs ne se prononcent pas sur les éventuelles utilisations, ces deepfakes haute définition permettraient à un studio comme Disney de faire revivre des acteurs morts dans leurs films. Un acteur anonyme jouerait le rôle, et le studio pourrait alors remplacer son visage par celui de n'importe quelle célébrité.

Source : Edward Back sur Futura