Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mercredi 21 octobre 2020

Google : il suffit désormais de fredonner une chanson pour la retrouver

Sur Google Search ou Google Assistant, il est désormais possible de fredonner une chanson sur un smartphone pour le retrouver. Il est possible d’effectuer ce type de recherche au travers des applications Google ou Google Search, en cliquant sur le bouton « Quelle est cette chanson ? » ou « Chercher une chanson ». Sur Google Assistant, il suffira de dire « OK Google quelle est cette chanson ? ». Ensuite, il faudra fredonner la mélodie de la chanson pendant 10 à 15 secondes. Google proposera ensuite une sélection de choix probables.
Cette nouvelle fonctionnalité est disponible en anglais sur iOS et dans une vingtaine de langues sur Android. Elle s’appuie sur un modèle d’apprentissage automatique qui dispose d’une bibliothèque d’empreintes de chanson et qui est capable de les comparer à un simple fredonnement, même si celui-ci n’est pas très juste.

Source : Google

vendredi 5 juin 2020

C'est quoi l'hyperconnectivité ?

samedi 4 avril 2020

Scanner en 3D un visage ou un objet avec son smartphone est possible

Grâce à un simple smartphone, des chercheurs de l'université Carnegie-Mellon ont modélisé un visage en 3D avec une précision d'une fraction de millimètre. Cette technique pourrait être utilisée pour créer des avatars virtuels, ou être adaptée aux objets pour créer des copies imprimées en 3D.
Les méthodes actuelles pour créer une représentation en trois dimensions du visage d'une personne nécessitent généralement de nombreuses caméras et lumières. Des chercheurs de l’université Carnegie-Mellon aux États-Unis sont parvenus à réaliser une modélisation 3D avec un simple smartphone. Ils ont ainsi obtenu un résultat plus précis qu'avec les techniques classiques.
Pour créer une copie virtuelle du visage, l'équipe a filmé 15 à 20 secondes de vidéo du visage en utilisant le mode ralenti de l'iPhone X. Le visage est alors transformé en un nuage de points en 3D avec la technique de localisation et cartographie simultanées (SLAM). Le nombre d'images par seconde très élevé du mode ralenti leur a permis d'obtenir un nuage de points très dense.


Une méthode entièrement réalisable avec un smartphone

La seconde étape du processus consiste à utiliser l’apprentissage profond (deep learning) de manière limitée pour déterminer les marqueurs du visage, comme les yeux, le nez et les oreilles. Ils ont pu ensuite appliquer les méthodes classiques de vision numérique pour compléter la représentation 3D. Le modèle ainsi obtenu est précis à moins d'un millimètre.
Le processus entier peut être effectué sur un smartphone mais nécessite de l'ordre de 30 à 40 minutes. Les chercheurs imaginent utiliser cette technique pour créer des avatars virtuels pour les jeux ou la réalité augmentée, mais également pour l'identification biométrique ou des procédures médicales. Appliquée à des objets, elle permettrait par exemple d'en créer une copie avec une imprimante 3D.

Source : Edward Back sur Futura

vendredi 28 février 2020

Idriss, expert en sécurité informatique pirate le téléphone portable des chroniqueurs en direct

Une démonstration intéressante qui montre que les smartphones sont de véritables espions. Vu hier sur Touche pas à mon poste sur C8.

dimanche 15 décembre 2019

Pourquoi les appareils photos de nos smartphones sont en train de vivre une révolution

Les appareils photos de nos smartphones sont dopés à l'intelligence artificielle. Et ça change beaucoup de choses. Parlons un peu de Computational Photography.

Lire l'article de Benjamin Bruel sur Konbini

jeudi 24 octobre 2019

Comment les smartphones ont tué les appareils photo

Si les photos des téléphones sont aussi réussies, c'est grâce à l'intelligence artificielle. Déjà utilisée dans les appareils photo (comme dans le mode automatique qui adapte les réglages en fonction de la scène qui se trouve face à vous), elle est disponible à un niveau plus poussé dans les téléphones, dotés d'une puissance incomparable.

Lire l'article d'Ophélie Surcouf sur Korii

vendredi 20 septembre 2019

Téléphonie : les opérateurs veulent prévenir les arnaques par SIM swap

Sim swap? Quèsaco? C'est une nouvelle arnaque sur téléphone mobile qui arrive en France, stimulée par le fait qu'elle a fait qu'elle compte dans les rangs de ses victimes un certain Jack Dorsey, patron de Twitter… Une vraie plaie pour les abonnés au téléphone mobile, mais aussi pour les e-commerçants, services en ligne et même réseaux sociaux, car elle permet de contourner le dispositif d'authentification et de validation des achats par un SMS. Ces « SMS-OTP » ( NDLR : one time password ou code unique d'authentification ), sont utilisés notamment pour valider 40 % des achats sur Internet.
Imaginez : un hacker (qui a collecté à votre insu des informations personnelles par fishing ou malwares… ) se fait passer pour vous auprès de votre opérateur. Prétextant avoir perdu sa carte SIM il s'en fait envoyer une nouvelle qu'il va insérer dans son propre mobile et activer. À ce moment-là, la SIM de votre téléphone est automatiquement désactivée; vous venez de perdre le contrôle de votre ligne téléphonique. Le SIM swap, littéralement échange de SIM, ou SIM splitting ( NDLR : partage de SIM ), c'est ça.

La parade s'organise

Mais pour quoi faire, vous demandez-vous ? Tout simplement pour se faire envoyer sur son smartphone (votre ligne !) et par SMS les fameux codes d'authentification à usage unique qui sécurisent les achats sur Internet, mais aussi les changements de mot de passe sur vos comptes en ligne.
Le hacker peut alors faire ses achats tranquillement à partir de votre compte Amazon, Cdiscount… dont il aura changé le mot de passe, faire des virements bancaires en ajoutant des bénéficiaires, vous faire chanter en menaçant de diffuser de fausses informations…
Pour prévenir ces arnaques qui commencent à se développer au Brésil et aux Etats-Unis, Orange, Bouygues, SFR et l'AFMM (Association française pour le développement de services et usages multimédias multi-opérateurs) ont développé une réponse qui va être testée par une grande banque dès la semaine prochaine.
Ensuite, ce dispositif sera proposé à partir de la mi-octobre aux agrégateurs télécoms, des sociétés qui proposent des services spéciaux aux e-commerçants, sites Internet, réseaux sociaux qui pourront, ou pas, l'utiliser.
« Pour l'usager, ce sera totalement transparent, explique Pierre Trocmé, directeur des programmes à l'AFMM. Il recevra toujours un SMS avec code unique d'authentification mais en arrière-plan, un certain nombre d'éléments seront vérifiés et en particulier la date d'activation de la carte SIM utilisée. Si elle est très récente et que l'utilisateur veut, par exemple, faire un gros achat en ligne, ajouter un bénéficiaire de virements à un compte bancaire, le commerçant en ligne ou la banque en seront aussitôt informés. À eux de mettre en place les réponses appropriées ».

Source : Daniel Rosenweg, Le Parisien

mercredi 18 septembre 2019

Fairphone

Fairphone est une entreprise néerlandaise, créatrice de smartphones, dont la conception et la production ont été pensées pour intégrer des contraintes environnementales et de commerce équitable. C'est également le nom des téléphones, créés par la société, dont les éléments matériels et logiciels ont été pensés pour être facilement réparés ou mis à jour (changement des modules "appareil photo" ou camera).

lundi 5 août 2019

Moby & The Void Pacific Choir - Are You Lost In The World Like Me?

dimanche 31 mars 2019

Avec la 5G, nous sommes tous des rats de laboratoire

La France s’apprête à déployer la 5G, qui repose en partie sur l’utilisation d’ondes à très haute fréquence. Aucune étude épidémiologique n’ayant été faite, scientifiques, médecins, et jusqu’aux services de l’État s’alarment.

Lire l'article de Louise Delamotte sur Reporterre