Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



mercredi 9 janvier 2019

Algorithme de prédiction des suicides de Facebook: voici comment l'entreprise utilise l'IA pour évaluer votre santé mentale à partir de vos messages

En mars 2017, Facebook a lancé un projet ambitieux de prévention des suicides grâce à l'intelligence artificielle.
Après une série de suicides qui ont été diffusés en direct sur la plateforme, l'effort visant à utiliser un algorithme pour détecter de potentiels signes d'automutilation était censé résoudre de manière proactive un problème grave.
Mais plus d'un an après, suite à une série de scandales sur la protection de la vie privée mettant en cause l'utilisation des données, Facebook a décidé de créer et de stocker des données sur la santé mentale de ses utilisateurs pouvant faire l'objet d'une action sans le consentement de ces derniers. Cette décision a incité de nombreux experts en protection de la vie privée à se demander si l'on pouvait faire confiance à Facebook pour enregistrer des conclusions sur les détails les plus intimes de sa vie.

Lire l'article de Benjamin Goggin sur Business Insider France

jeudi 3 janvier 2019

Les «gilets jaunes» révèlent aussi une crise majeure de l'information

Une des spécificités les plus notables du mouvement des «gilets jaunes» est le rôle et l’influence des différents systèmes de communication d’aujourd’hui, chaînes d’information et réseaux sociaux. Leur responsabilité majeure dans le déroulement de la crise mérite une sérieuse réflexion sur le devenir de notre démocratie et devrait nourrir le débat sur la mise en place de nouvelles formes de régulation adaptées à de nouvelles manières de communiquer.

Lire l'article d'Antoine de Tarlé sur Slate.fr.

mercredi 26 décembre 2018

Propagande russe pro-Trump : 126 millions d'Américains touchés sur Facebook

Un rapport du Sénat américain détaille l’ampleur et la complexité de la campagne d'ingérence menée par la Russie pour soutenir Donald Trump durant l’élection présidentielle de 2016. Les réseaux sociaux auraient aussi été utilisés pour de gigantesques opérations de ciblage afin de décourager l'électorat noir, majoritairement pro-Clinton, d'aller voter.

Lire l'article d'Estelle Nguyen sur La Tribune.

mardi 25 décembre 2018

2018, l'année noire de Facebook

La dernière affaire liée aux données personnelles de ses utilisateurs met davantage l'entreprise de Mark Zuckerberg en difficulté, après une année déjà catastrophique. Retour sur les différents scandales qui ont ébranlé Facebook en 2018.

Lire l'article d'Estelle Nguyen sur La Tribune.

vendredi 23 novembre 2018

Sur Twitter, les êtres humains ressemblent de plus en plus à des bots

À bien des égards, le comportement en ligne du suspect américain de l'affaire des colis piégés ressemblait davantage à celui d'un robot qu'à celui d'une véritable personne.
Nous savons de source sûre que Cesar Sayoc, suspecté d’avoir envoyé des colis piégés à des personnalités politiques démocrates fin octobre aux États-Unis, n’est pas un robot russe. Sa photo d’identité judiciaire prouve qu’il s’agit d’un être humain, fait de chair et d’os, et non d’un programme informatique.
Mais si l’on se contentait de lire les messages qu’il a postés sur son compte Twitter, aujourd’hui fermé, il n’aurait pas été si évident d’en arriver à cette conclusion: on aurait très bien pu en déduire que Sayoc était en réalité un robot. Et cela pose problème.

Lire l'article de Charles Seife, traduit par Florence Delahoche, sur Slate.fr

jeudi 4 octobre 2018

Facebook, le géant à bout d'arguments

Une faille massive a laissé des hackers prendre le contrôle d'au moins cinquante millions de comptes. Et Mark Zuckerberg n'a aucune réponse.

Lire l'article Will Oremus, traduit par Jean-Clément Nau, sur Slate.fr.

mardi 14 août 2018

Pendant deux ans, il a nettoyé Facebook

Nicola, jeune Berlinois originaire d'Amérique du Sud et modérateur pour un sous-traitant du réseau social, a été confronté chaque jour à la pornographie, la haine et la violence, mais aussi à des choix cornéliens.

Lire l'article d'Adrienne Rey sur Slate.fr

mercredi 27 juin 2018

Facebook en sait plus sur vous que vous ne l’imaginez

Malgré les promesses du réseau social, les utilisateurs et utilisatrices n’ont toujours aucun contrôle sur leurs données. Et cela les expose à de multiples formes de surveillance.

Lire l'article de Siva Vaidhyanathan (traduit par Yann Champion) sur Slate.fr.

Si, après la lecture de cet article, vous voulez supprimer votre compte Facebook, voici comment faire :

jeudi 29 mars 2018

Pourquoi vos données survivront à la suppression de votre compte Facebook et quels en sont les risques ?

Au lendemain de la violation de données à caractère personnel du Facebookgate, le mot dièse #DeleteFacebook (effacer Facebook) a commencé à circuler incitant les utilisateurs à couper l’herbe sous le pied du premier réseau social mondial en fermant leur page. Vos données seront-elles réellement supprimées ou seront-elles encore exploitables par le secteur privé ou par les États ? Est-il possible de continuer à utiliser le site tout en préservant ses opinions politiques ou religieuses ?
Les partenaires commerciaux de Facebook et les développeurs ou éditeurs d’applications et de sites Internet conserveront vos données et continueront à vous cibler.

Lire l'article de Nathalie Devillier sur The Conversation.

dimanche 25 mars 2018

J'ai fouillé dans les données que j'ai envoyées à Facebook depuis onze ans (et le résultat m'a donné le vertige)

Alors que le réseau social créé par Mark Zuckerberg traverse une crise sans précédent, j'ai téléchargé mes archives personnelles pour évaluer la somme d'informations recueillies par Facebook à mon sujet.

Lire l'article de Vincent Matalon sur francetvinfo.fr

Pour ma part j'ai désactivé mon compte aujourd'hui... J'ai dû m'y prendre à quatre reprises. Les trois premières fois, la session a expirée juste au moment fatidique. Un hasard malheureux sans doute ;-)