Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

mercredi 9 janvier 2019

Algorithme de prédiction des suicides de Facebook: voici comment l'entreprise utilise l'IA pour évaluer votre santé mentale à partir de vos messages

En mars 2017, Facebook a lancé un projet ambitieux de prévention des suicides grâce à l'intelligence artificielle.
Après une série de suicides qui ont été diffusés en direct sur la plateforme, l'effort visant à utiliser un algorithme pour détecter de potentiels signes d'automutilation était censé résoudre de manière proactive un problème grave.
Mais plus d'un an après, suite à une série de scandales sur la protection de la vie privée mettant en cause l'utilisation des données, Facebook a décidé de créer et de stocker des données sur la santé mentale de ses utilisateurs pouvant faire l'objet d'une action sans le consentement de ces derniers. Cette décision a incité de nombreux experts en protection de la vie privée à se demander si l'on pouvait faire confiance à Facebook pour enregistrer des conclusions sur les détails les plus intimes de sa vie.

Lire l'article de Benjamin Goggin sur Business Insider France

mercredi 2 janvier 2019

De nombreuses applis Android envoient vos données personnelles à Facebook

Même si l’utilisateur d’un smartphone doté d’Android ne dispose pas de compte Facebook, ses données privées sont envoyées au réseau social par de nombreuses applications installées.
Sur le Play Store, 42,55 % des applications disponibles pour les téléphones mobiles Android envoient des données personnelles à Facebook, même si l’utilisateur ne dispose pas d’un compte sur le réseau social. Cette affirmation provient d’une récente étude de l’ONG Privacy International qui a décortiqué ce phénomène, pour tenter de comprendre la manière dont ces informations sont envoyées.
Les applications utilisent le kit de développement logiciel (SDK) de Facebook pour envoyer les données, et 61 % des applications testées en transmettent dès leur ouverture. Facebook reçoit des informations comme l’installation, le lancement ou la désinstallation des applis. Ces données sont associées à l’identifiant de publicité Google (AAID). Le géant du web peut ensuite recouper ces données pour apprendre beaucoup sur l’activité et les préférences des utilisateurs. D’autres applications envoient des informations très détaillées comme, par exemple, Kayak qui envoie toutes les données des recherches de vol (lieux de départ et d’arrivée, dates, nombre de personnes, etc.).

D’autres entreprises pourraient recevoir les données

Cette fuite de données ne concerne pas uniquement le réseau social. Dernièrement, un autre scandale a éclaté, dévoilant au grand jour les pratiques douteuses de Facebook, déjà largement critiqué après le scandale Cambridge Analytica. Les données envoyées à Facebook pourraient donc ensuite être partagées avec de nombreuses autres entreprises comme Microsoft, Amazon ou encore Netflix.
L’étude de Privacy International s’appuie également sur un article publié en octobre 2018, qui s’intéresse aux entreprises pistant les utilisateurs via les applications Android. Selon cet article, 90,4 % des applis du Play Store américain transmettent des données vers des tiers. Sans grande surprise, 88,44 % communiquent avec Google et 42,55 % avec Facebook, tandis que 33,88 % envoient également des données vers Twitter. Viennent ensuite l’opérateur américain Verizon, Microsoft et enfin Amazon. Il n’existe aucune option pour arrêter ces espions, hormis ne pas installer ces applications.

Source : Louis Neveu, Futura-Sciences