Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

jeudi 21 mai 2020

Une esquisse d’anatomie des réseaux sociaux

Les sites de réseaux sociaux tels Facebook, Twitter, Youtube, LinkediIn, etc., reposent sur une panoplie de techniques mises au point par la science et l'ingénierie informatique. Pour les découvrir, commençons par une balade de l'utilisateur jusqu'aux data centers, ou centres de données.

Lire l'article de Serge Abiteboul et Pierre Senellart sur Binaire.

mercredi 20 mai 2020

Sciences numériques versus Covid-19

Évolution de l’épidémie, stratégie de déconfinement, aide à la décision politique… sur tous ces sujets, et d’autres, les outils des sciences du numérique complètent notre arsenal contre la pandémie.

Lire l'article de Mathieu Grousson sur le Journal du CNRS

mardi 19 mai 2020

Un StopCovid nommé Désiré

Le consortium piloté par Inria vient de rendre public une partie du code de StopCovid basé sur le protocole Robert. Un vote par le parlement et un déploiement éventuel sont prévus.
Un nouveau protocole vient d’Inria, Désiré : « Une troisième voix pour un système européen de notification d’exposition » selon ses auteurs. Tout le monde a compris que les fuites de données dépendent du protocole choisi, c’est-à-dire d’un algorithme. Le but n’est pas ici de comparer les mérites de ces différents protocoles ou de dire si celui-ci en particulier est utilisable en pratique.

lundi 18 mai 2020

Des superordinateurs de l'EPFZ ont été attaqués

Les superordinateurs Leonhard et Euler de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), sis respectivement à Zurich et Lugano, sont inaccessibles aux chercheurs pour une durée indéterminée suite à des attaques de pirates informatiques. Plusieurs tentatives similaires ont été signalées sur de telles infrastructures en Europe.
Les ordinateurs continuent à fonctionner mais leur accès a été fermé jusqu'à ce que les choses soient clarifiées et qu'une protection adéquate soit mise en place. Cela pourrait durer des jours, voire des semaines.

Des attaques multiples

Selon le Tages-Anzeiger, qui signalait cette attaque samedi, la haute école a été informée vendredi de tentatives de hacking sur des superordinateurs européens. Les vérifications entreprises ont permis de confirmer que des parties des systèmes de l'EPFZ ont aussi été en danger. L'EPFL a également coupé les accès à ses ordinateurs par mesure de précaution, indique une porte-parole, citée par la RTS.

Un lien avec le coronavirus?

Selon diverses sources, ces attaques pourraient être liées à la pandémie de Covid-19. Les Etats-Unis ont accusé jeudi la Chine de tenter de voler, via des pirates informatiques, des données sur les recherches en cours sur un vaccin, des traitements ou de nouveaux tests de dépistage.
Avant que Washington ne porte publiquement ces attaques, différents médias s'en étaient fait l'écho. Pékin avait dénoncé par avance des «rumeurs et des calomnies».

Source : ATS/Le Temps

dimanche 17 mai 2020

Covid-19 : le pire des technologies pour faire respecter la distanciation sociale

Chien-robot, drones, caméras de détection, bracelets vibrants... Prévisible, la réponse technologique au déconfinement ne s’est pas fait attendre, et certains dispositifs sont pour le moins anxiogènes.

Lire l'article d'Annabelle Laurent sur Usbek & Rica

samedi 16 mai 2020

Covid-19 : quand l'IA propose un nouvel outil de modélisation pour aider les politiques sanitaires

Quelques mois après l'émergence d'un nouveau coronavirus du côté de la Chine, le monde entier espère un traitement ou un vaccin qui permettra de lutter contre la pandémie de Covid-19. En attendant, seules les politiques sanitaires semblent à même de limiter la propagation du SARS-CoV-2. Encore faut-il être capable d'en évaluer l'efficacité. C'est l'objectif d'un partenariat entre l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et la R&D d'EDF : modéliser l'impact de telles politiques à l'échelle locale.

Lire l'article de Nathalie Mayer sur Futura

vendredi 15 mai 2020

Les robots émotionnels


Les robots émotionnels
Laurence Devillers
L'Observatoire (11 mars 2020)
272 pages

Présentation de l'éditeur
Il faut nous y préparer : demain, robots, agents conversationnels (chatbots) et autres poupées humanoïdes vont détecter nos émotions avec de plus en plus d'acuité. Si nous sommes malheureux, ils nous remonteront le moral ; si nous sommes seuls, en difficulté, ils se feront aidants. Ces « amis artificiels » vont prendre une place grandissante dans la société. Or ils n'ont ni émotions ni sentiments, ni hormones de désir et de plaisir, ni intentions propres. À l'instar de l'avion qui ne bat pas des ailes comme un oiseau pour voler, nous construisons des machines capables d'imiter sans ressentir, de parler sans comprendre et de raisonner sans conscience. Si leur rôle peut être extrêmement positif, notamment dans le domaine de la santé, les risques de manipulation sont par ailleurs réels : dépendance affective, isolement, perte de liberté, amplifi­cation des stéréotypes (80 % de ces artefacts ont des voix, des noms - Alexa, Sofia - et des corps de femmes, qui en font des assistantes serviles ou des robots sexuels)... Seront-ils un prolongement de nous-mêmes ? Jusqu'où irons-nous pour programmer une émergence de conscience artificielle ? Et l'éthique dans tout ça ? Mêlant technologie, philosophie et neurosciences, Laurence Devillers pose les questions centrales de responsabilité sur l'application de ces robots « émotionnels » au sein de la société et les enjeux qu'ils représentent pour notre dignité humaine.

Lire aussi l'article de l'auteure sur Pixels

jeudi 14 mai 2020

SpaceX : essayez de vous amarrer à la Station spatiale avec le simulateur du Crew Dragon

Le 27 mai prochain, la Nasa et SpaceX devraient réaliser le premier vol habité lancé à partir des Etats-Unis avec un vaisseau américain, une première depuis la fin du programme des navettes spatiales en 2011. Les astronautes de la Nasa Robert Behnken et Douglas Hurley rejoindront l'ISS à bord du Crew Dragon de SpaceX pour une mission de démonstration dont la durée reste à déterminer. Si la procédure d'amarrage à l'ISS sera entièrement automatisée, les deux astronautes se sont évidemment entraînés à un pilotage manuel sur simulateur pour pouvoir prendre la main en cas de besoin.


Et justement, SpaceX vous propose de vous glisser dans leur siège en prenant les commandes du simulateur Crew Dragon pour tenter de vous amarrer à la Station spatiale. « Ce simulateur vous familiarisera avec les commandes de l'interface réelle utilisée par les astronautes de la Nasa pour piloter manuellement les véhicules SpaceX Dragon 2 vers la Station spatiale internationale », explique SpaceX.
Vous constaterez rapidement que s'aligner au module d'amarrage de l'ISS tout en corrigeant la trajectoire et l'orientation du Crew Dragon requiert patience et beaucoup de doigté ! Le simulateur est d'un réalisme exceptionnel et l'expérience vraiment bluffante. Ferez-vous aussi bien que Jim Bridenstine, l'administrateur de la Nasa, qui a déclaré avoir réussi l'amarrage à l'ISS dès son premier essai sur le simulateur de SpaceX ?

Source : Marc Zaffagni sur Futura

mercredi 13 mai 2020

Voici le robot mou le plus rapide du monde

En s'inspirant du guépard, des chercheurs ont conçu un robot capable de courir trois fois plus vite que ne l'a établi le record précédent. Son secret : une colonne vertébrale flexible qui lui permet d'alterner rapidement entre deux états stables. Le robot peut également gravir une pente raide et même nager dans l'eau.


Lire l'article de Céline Deluzarche sur Futura

mardi 12 mai 2020

Imprimer un vrai microscope chez soi, c'est possible !

Des chercheurs ont développé un microscope de laboratoire en open source et imprimable en 3D pour moins de 17 euros. Objectif : rendre la science accessible pour le grand public et auprès d'institutions disposant de peu de moyens. L'impression 3D prend une place grandissante dans le système de soins, en fournissant des équipements d'urgence rapidement et à bas coût.

Lire l'article de Céline Deluzarche sur Futura