Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



jeudi 28 février 2019

Un monde meilleur : et si l'intelligence artificielle humanisait notre avenir ?

Un monde meilleur : et si l'intelligence artificielle humanisait notre avenir ?
Herve Cuillandré
Maxima Laurent du Mesnil (5 avril 2018)
178 pages

Présentation de l'éditeur
Enfin un livre positif sur l'évolution future du monde. Et si en définitive, le développement de l'intelligence artificielle et la société digitale humanisaient notre univers ?
L'auteur dans ce livre défend l'idée que l'humain, loin d'être exclu de la société future, y jouera un rôle prépondérant à côté des machines.
Son analyse s'appuie sur une expertise opérationnelle acquise dans un grand groupe énergétique qui investit massivement dans l'innovation digitale pour préparer le monde de demain.
Cet avis contraste avec la vision apocalyptique dominante qui développe une crainte généralisée de l'Intelligence Artificielle (AI), de la robotisation et de toutes les techniques d'automatisation qui menaceraient nos vies privées et professionnelles.
L'auteur explique clairement les enjeux et les dangers des nouvelles technologies digitales (Big Data, blockchain, machine learning, analyse prédictive, cyber sécurité...). Militant de la complémentarité inéluctable de l'homme et de la machine, il décrit comment l'intelligence artificielle et la robotisation peuvent conduire à une humanité moins conflictuelle, débarrassée de ses travaux les plus pénibles, recentrée sur l'humain et plus intégrante.
La machine, loin d'être l'ennemie de l'homme, sera notre partenaire pour optimiser les activités, les carrières et l'engagement de chacun en apportant une plus-value à la gestion des enjeux auxquels sont confrontés les hommes et les entreprises.
A cet égard, la révolution digitale est déjà l'occasion de pratiquer une politique volontariste d'engagement des salariés sur des tâches redistribuées, d'intégration des travailleurs handicapés et des seniors, d'action pour la mixité ou la diversité.
Enfin, l'auteur défend que l'homme est indispensable à l'intelligence artificielle, par son imprévisibilité et son humanité. L'homme avenir de la machine ?

mercredi 27 février 2019

Manuel de survie sur Internet


Manuel de survie sur Internet
Edouard Fillias, Alexandre Villeneuve
Ellipses Marketing (8 janvier 2019)
256 pages

Présentation de l'éditeur
Internet nous a donné de formidables possibilités et c’est désormais notre quotidien. Mais sommes-nous réellement en sécurité dans le confort de notre canapé, sur notre fauteuil de bureau ou le portable blotti au creux de la paume ? Le succès éclair du monde digital a attiré des bataillons de prédateurs professionnels qui en veulent à notre argent, à nos données, à notre opinion et parfois à notre vie. Les failles informatiques, devenues de véritables ogres à données, nous rendent vulnérables. Et pour la très grande majorité, nous n’en sommes pas conscients, éblouis par le vertige des possibles.
La plupart d’entre nous ont appris Internet sur le tas, sans formation ni guide autre que le bouche-à-oreille. Pourtant, comme pour une randonnée en montagne, il convient de se préparer. Ce Manuel propose des informations et des outils simples pour notre sécurité digitale, pour se protéger et conseiller utilement ses proches, sa famille et ses enfants, afin de jouir sereinement de ce qu’Internet a de meilleur.
Dans ce manuel, vous trouverez 100 réponses simples à des questions quotidiennes et un Kit de survie sur Internet complet, pour bien gérer son mobile, ses mots de passe et protéger sa vie privée.

mardi 26 février 2019

Vous êtes fous d'aller sur Internet !


Vous êtes fous d'aller sur Internet !
Sébastien Dupont
Flammarion (6 février 2019)
240 pages

Présentation de l'éditeur
Ordinateurs, tablettes et Smartphones ont radicalement changé nos modes de vie. Ultra connectés, nous sommes devenus, sans nous en apercevoir, dépendants et fragiles. Nous ignorons tout de la réalité des risques numériques. Personne ne nous a prévenus de la nature du danger. Nous ne savons pas que nous sommes menacés quand on effectue un achat sur Internet, quand on consulte une banque en ligne ou même quand on cherche l'âme soeur sur un site de rencontres. Vous êtes fous d'aller sur Internet ! tire la sonnette d'alarme et passe en revue tout ce qu'il faut savoir en matière de sécurité numérique (piratage de données, divulgation de la vie privée, harcèlement, vol d'identité, etc.), à travers près de cent pièges recensés, et autant de solutions pour se prémunir et réagir efficacement. Pour ne pas devenir une cyber-victime malgré nous et rester sans défense contre les intrusions, voici le premier kit de survie numérique.

lundi 25 février 2019

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

En 2015, des agents infiltrés travaillant avec le bureau du shérif de Jacksonville photographièrent un homme en train de vendre pour cinquante dollars de cocaïne. Les enquêteurs étant incapables de l’identifier, ils décidèrent de se tourner vers un système de reconnaissance faciale baptisé FACES (Face Analysis Comparison Examination System), qui s’appuie sur une base de données constituée par plus de trente-trois millions de photos de permis de conduire et de photographies judiciaires. Conçu pour renvoyer plusieurs correspondances potentielles pour une image donnée, il désigna Willie Allen Lynch et quatre autres suspects. Après enquête, les inspecteurs arrêtèrent Lynch pour le crime en question et il fut finalement condamné à huit ans de prison.

Lire l'article d'Aaron Mak traduit par Yann Champion sur Slate.fr

dimanche 24 février 2019

Des hackers vont pirater le prochain système de vote électronique en Suisse

La Poste suisse s'apprête à mettre en place un scrutin virtuel et invite les spécialistes du monde entier à tenter d'influencer les résultats en piratant son outil de vote électronique. Toute intrusion réussie remportera une prime.

Lire l'article de Louis Neveu sur Futura Sciences

samedi 23 février 2019

L'intelligence artificielle s'invite dans les courses de drones

Devenue imbattable au jeu de go, aux échecs et même à Starcraft, l'IA va prochainement s'embarquer sur les drones de course pour affronter de façon totalement autonome un champion humain lors d'une compétition baptisée Artificial intelligence robotic racing. La date de clôture des inscriptions des équipes de développement de drone autonome se rapproche, la tension monte...

Lire l'article de Louis Neveu sur Futura-Sciences

vendredi 22 février 2019

OpenAI développe un générateur de faux texte tellement bon qu'il en est dangereux !

Le programme d'intelligence artificielle GPT-2 est capable d'écrire de faux articles de presse. À l'heure des infox (fake news), il représente un danger, et ses concepteurs ont décidé de ne pas le rendre public.

Lire l'article de Fabrice Auclert sur Futura Sciences

jeudi 21 février 2019

Conduite autonome : Google fait beaucoup mieux qu'Apple

Les dernières statistiques officielles du Department of Motor Vehicles sur les flottes de voitures autonomes autorisées à circuler en Californie (États-Unis) suggèrent que le système Apple serait le moins performant de tous en ce qui concerne le désengagement du mode autonome, c'est-à-dire lorsque le chauffeur humain doit reprendre le contrôle.

Lire l'article de Marc Zaffagni sur Futura Sciences

mardi 19 février 2019

Intelligence artificielle : pourquoi le Pictionnary est bien meilleur que le jeu de Go pour l'entraîner

Les superordinateurs ont beau piler les meilleurs champions de Go ou de jeux vidéos, ils n'en restent pas moins dépourvus de tout sens commun. L'Institut Paul Allen milite depuis des années pour une approche complètement différente, où l'IA serait capable de manier des concepts auxquels elle n'a encore jamais été confrontée. Pour cela, il a développé un petit jeu de dessin entraîné uniquement par l'humain. Futura l'a testé et vous en dit plus.

Lire l'article de Céline Deluzarche sur Futura Sciences.

lundi 18 février 2019

Ces personnes n’existent pas : bienvenue dans l’ère des « fake faces »

Le site ThisPersonDoesNotExist, littéralement « cette personne n’existe pas », génère automatiquement de faux visages aussi vrais que nature.
Philip Wang, un ingénieur qui travaille pour Uber, est à l’origine de cette expérience un brin déroutante. Son site utilise un logiciel libre baptisé StyleGAN, un outil créé par Nvidia, une société américaine spécialisée dans les cartes graphiques pour jeux vidéo. L’entreprise, dont le chiffre d’affaires a plus que doublé en trois ans, participe désormais à l’entraînement des algorithmes d’intelligence artificielle (IA). Car c’est bien de ça dont il s’agit : tous ces visages ont été générés par une intelligence artificielle. Plus techniquement, il s’agit ici de « réseaux adverses génératifs » (generative adversarial networks en anglais, ou GAN), une classe d’algorithmes qui fonctionnent par apprentissage automatique (on parle aussi de machine learning).

Un réalisme bluffant

Dans le cas présent, un premier programme tente de créer des images de visages à partir de données brutes. Ensuite, un deuxième programme apprécie ces images et décide si elles sont réalistes ou non. Si le résultat n’est pas satisfaisant, le premier algorithme recommence son travail. Si le résultat est satisfaisant, il est informé qu’il est sur la bonne voie. C’est ce jeu de ping-pong entre les deux programmes qui permet d’améliorer le résultat, et d’obtenir, in fine, des photos crédibles.


De prime abord, les portraits semblent plus vrais que nature. Mais quand on y regarde de plus près, l’œil perçoit de petits défauts : une branche de lunettes qui manque, ou une incisive mal placée, comme dans l'image ci-dessus. Le réalisme des photos demeure malgré tout bluffant.
Reste à savoir à quelles fins sera utilisé cet outil. On peut imaginer autant d’usages inoffensifs que de dérives. Cette technologie pourrait par exemple être employée dans le secteur de l’animation et des effets spéciaux pour modéliser des personnages uniques. Mais elle pourrait aussi servir pour créer et multiplier de faux profils, par exemple pour lancer des campagnes de cyberharcèlement. C’est précisément ce type de risques que Philip Wang a cherché à pointer en créant ce site.

Source : Marie Slavicek sur lemonde.fr