Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.

vendredi 4 janvier 2019

Shanghaï photographiée avec une résolution de 195 gigapixels

Un panorama impressionnant de la ville de Shanghai à 195 milliards de pixels affole en ce moment la toile. Réalisé par la société chinoise Big Pixel à partir d'une série de photos prises depuis la Perle de l'Orient, une tour de 468 m de haut, le panorama montre une vue à 360° du quartier des affaires de la ville, appelé Lujiazui.
La résolution inédite offre la possibilité de zoomer jusqu'aux plus petits détails, tels les visages des passants et les plaques d'immatriculation des véhicules (et de dire au revoir à la vie privée au passage). Entre jouer à Où est Charlie ? à l'échelle de Shanghaï ou s'amuser à dénicher des fantômes (des objets ou personnes en mouvement qui semblent s'effacer sur les photos), il y a de quoi faire.
Big Pixel, qui s'est fait un nom dans la photographie de très haute résolution, n'en est pas à son coup d'essai, même s'il s'agit là de sa première réalisation de plus de cent gigapixels. Des panoramas de Macao et de Hong Kong à 43 milliards de pixels sont également disponibles sur leur site.

Source : Futura Tech

jeudi 3 janvier 2019

Les «gilets jaunes» révèlent aussi une crise majeure de l'information

Une des spécificités les plus notables du mouvement des «gilets jaunes» est le rôle et l’influence des différents systèmes de communication d’aujourd’hui, chaînes d’information et réseaux sociaux. Leur responsabilité majeure dans le déroulement de la crise mérite une sérieuse réflexion sur le devenir de notre démocratie et devrait nourrir le débat sur la mise en place de nouvelles formes de régulation adaptées à de nouvelles manières de communiquer.

Lire l'article d'Antoine de Tarlé sur Slate.fr.

mercredi 2 janvier 2019

De nombreuses applis Android envoient vos données personnelles à Facebook

Même si l’utilisateur d’un smartphone doté d’Android ne dispose pas de compte Facebook, ses données privées sont envoyées au réseau social par de nombreuses applications installées.
Sur le Play Store, 42,55 % des applications disponibles pour les téléphones mobiles Android envoient des données personnelles à Facebook, même si l’utilisateur ne dispose pas d’un compte sur le réseau social. Cette affirmation provient d’une récente étude de l’ONG Privacy International qui a décortiqué ce phénomène, pour tenter de comprendre la manière dont ces informations sont envoyées.
Les applications utilisent le kit de développement logiciel (SDK) de Facebook pour envoyer les données, et 61 % des applications testées en transmettent dès leur ouverture. Facebook reçoit des informations comme l’installation, le lancement ou la désinstallation des applis. Ces données sont associées à l’identifiant de publicité Google (AAID). Le géant du web peut ensuite recouper ces données pour apprendre beaucoup sur l’activité et les préférences des utilisateurs. D’autres applications envoient des informations très détaillées comme, par exemple, Kayak qui envoie toutes les données des recherches de vol (lieux de départ et d’arrivée, dates, nombre de personnes, etc.).

D’autres entreprises pourraient recevoir les données

Cette fuite de données ne concerne pas uniquement le réseau social. Dernièrement, un autre scandale a éclaté, dévoilant au grand jour les pratiques douteuses de Facebook, déjà largement critiqué après le scandale Cambridge Analytica. Les données envoyées à Facebook pourraient donc ensuite être partagées avec de nombreuses autres entreprises comme Microsoft, Amazon ou encore Netflix.
L’étude de Privacy International s’appuie également sur un article publié en octobre 2018, qui s’intéresse aux entreprises pistant les utilisateurs via les applications Android. Selon cet article, 90,4 % des applis du Play Store américain transmettent des données vers des tiers. Sans grande surprise, 88,44 % communiquent avec Google et 42,55 % avec Facebook, tandis que 33,88 % envoient également des données vers Twitter. Viennent ensuite l’opérateur américain Verizon, Microsoft et enfin Amazon. Il n’existe aucune option pour arrêter ces espions, hormis ne pas installer ces applications.

Source : Louis Neveu, Futura-Sciences

mardi 1 janvier 2019

The Yoda of Silicon Valley

Donald Knuth, master of algorithms, reflects on 50 years of his opus-in-progress, “The Art of Computer Programming.”

Lire l'article (en anglais) du New York Times.