Selon les statistiques publiées par l'éditeur Kaspersky, c'est Windows 7 et non pas Windows XP qui a été le plus touché par la propagation du rançongiciel WannaCry. On en sait également plus sur la méthode de propagation du logiciel malveillant : il ne s'agissait pas de courriels piégés.

Lire l'article de Marc Zaffagni sur Futura-Sciences.