Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



mercredi 16 novembre 2011

Community manager

Le gestionnaire de communauté, ou le Community Manager, est un nouveau métier qui a pour but d'animer et de fédérer pour une société ou une marque les échanges entre internautes utilisant les service web tel que les réseaux sociaux et de faire respecter les règles de bonne conduite au sein de cette communauté.

En savoir plus sur Wikipédia

samedi 12 novembre 2011

Créer un jeu par navigateur en HTML/JS

Créer un jeu complexe est un travail de longue haleine, réservé aux professionnels, ce n'est pas de cela que nous parleront ici. Mais faire de petits jeux par navigateur est de plus en plus simple, grâce à l’apparition de bibliothèques de fonctions de haut niveau.

Lire la suite sur Sur-la-Toile.com

jeudi 10 novembre 2011

Un ordinateur historique découvert à l'EPFL

Un ordinateur entièrement conçu en Suisse dans les années 60 a été découvert dans les caves de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Appelé CORA 1, il s'agit probablement du prototype de l'un des premiers ordinateurs dont s'est servie l'armée suisse.


L'appareil de la taille d'un réfrigérateur a été produit à quelques exemplaires seulement, a indiqué l'EPFL mercredi. Il a été développé en Suisse par un ingénieur d'origine hongroise vivant à Zurich, Peter Toth, embauché par la société Contraves.

Défense aérienne

L'armée a vraisemblablement utilisé la CORA 1 dans les années 60 pour dépasser les limites imposées par les appareils analogiques dans la défense contre l'aviation.
Baptisée Contraves d'après les deux mots latins "contra aves" (contre les oiseaux), cette société était spécialisée, depuis sa fondation en 1936, dans la fabrication de systèmes de tir pour la défense aérienne.
Dans un premier temps, la société a utilisé des calculateurs analogiques pour contrôler ces systèmes. Mais ils se sont révélés rapidement ni assez rapides ni assez fiables. Le directeur technique de l'époque a alors eu l'intuition que la technologie numérique, encore à ses balbutiements, pourrait donner de meilleurs résultats.
Peter Toth s'est mis à l'ouvrage dès 1957. Comme il s'agissait d'une application militaire, il n'était pas question d'être lié à des constructeurs étrangers.

Sur le terrain

L'ingénieur a conçu lui-même les circuits spécifiques de la machine, car il devait les adapter à des conditions météorologiques et des variations de températures extrêmes: la CORA était en effet destinée à être utilisée sur le terrain et non dans des grandes salles climatisées comme les ordinateurs géants de l'époque.
L'exemplaire retrouvé à l'EPFL avait été acheté par la haute école pour des travaux de cartographie. Ses capacités graphiques avaient été montrées à quelques intéressés lors de l'Exposition nationale de 1964 à Lausanne.
Pour ne pas effrayer le public, médusé par une main invisible traçant les courbes des toits et des clochetons du château de Thoune sur une grande table graphique, la machine était cachée derrière un mur.

ATS - 9.11.2011

mercredi 9 novembre 2011

Des robots qui imitent les plantes carnivores

Pour information, les plantes carnivores ne « mangent » pas comme nous des créatures animales pour les protéines … mais pour l'azote. Des chercheurs pensent toutefois que des robots pourraient s'alimenter en énergie en se nourrissant d'insectes à la manière de certaines plantes carnivores. Ainsi, pour cette plante carnivore, lorsqu'un insecte a la malheureuse idée de se poser sur une surface possédant de petits filaments détecteurs de présence, un mécanisme de capture se déclenche. La plante referme son piège en moins de 100 millisecondes. Ensuite, la digestion opère lentement.
Ces chercheurs ont recréé ce type de mécanisme avec des muscles artificiels en polymères et un revêtement d'électrodes en or. Un courant traverse la membrane pour la faire se pencher dans une direction. Si la polarité est inversée, la torsion se fait dans l'autre sens.
Lorsqu'un insecte se pose sur la membrane, cela créé une tension électrique qui va déclencher une plus grande source d'énergie pour fermer le piège. Des collègues ont développé aussi Ecobot : un robot capable de digérer des insectes et des déchets pour s'alimenter. Ce robot utilise comme nous des bactéries à cet effet. Il fallait jusqu'à présent alimenter le robot manuellement. Il va maintenant pouvoir devenir autonome.

Source : Sur-la-Toile

mardi 8 novembre 2011

Google rafraîchit ses résultats!

Il y a un peu plus d'un an maintenant, Google Search a entièrement migré sa plateforme vers Caffeine, une nouvelle architecture permettant d'indexer beaucoup plus rapidement les nouvelles pages web. Bien que la plateforme soit pleinement active depuis plusieurs mois, l'algorithme de recherche de Google, basé sur le PageRank, ne se servait pas jusqu'à présent de ces fonctionnalités.
L'ingénieur Amit Singhal explique ainsi « si j'effectue une recherche pour le terme "olympics", je souhaite probablement obtenir des informations sur les prochains jeux olympiques de cet été plutôt que ceux de l'été 1900 ». Ainsi des résultats plus récents ou plus "frais" sont synonymes de pertinence. C'est donc pour ça que le géant du web va déployer dans les jours à venir son nouvel algorithme afin de mettre en avant ces résultats.
D'après la firme californienne, les résultats devraient ainsi être affectés de 35%, bien plus que les 12% de la dernière mise à jour, Panda. Google donne d'ailleurs plus d'informations quant aux résultats qui vont principalement être impactés :

  • Les récents évènements ou les sujets d'actualité. Pour les récents évènements ou les sujets d'actualités qui commencent à être en vogue sur le web, vous voulez trouver les dernières informations immédiatement. Maintenant quand vous cherchez quelque chose en cours comme "occupy oakland protest" vous verrez en priorité les pages de qualités vieilles de quelques minutes seulement.
  • Les évènements réguliers. Certains éléments se déroulent régulièrement au fil du temps, tels que les conférences annuelles ou les élections présidentielles. Sans spécifier de mot clé, il est implicite que vous souhaitez voir l'évènement le plus récent, et non pas celui d'il y a 50 ans.
  • Sujets régulièrement mis à jour. Il y a aussi les recherches qui changent souvent, mais qui ne sont pas vraiment des sujets d'actualité. Par exemple, si vous cherchez le meilleur appareil photo, ou la meilleure voiture, vous voulez probablement l'information la plus à jour.

Source : Sur-la-Toile

lundi 7 novembre 2011

Le virus informatique Duqu est en France (et en Suisse)

Repéré il y a quelques semaines, Duqu, un cheval de Troie qui se glisse dans un fichier Word, est comparé à Stuxnet et pourrait préfigurer une attaque très ciblée contre des sites industriels. Microsoft estime le risque faible et vient seulement de publier un patch.
Le 9 octobre dernier, l’éditeur Symantec publiait sa découverte d’un virus nommé Duqu (car il génère deux fichiers dont le nom commence par DQ), « qui semble le précurseur d’une attaque de type Stuxnet ». Il partage en effet une partie de son code avec ce virus qui, en 2010, avait ciblé des équipements industriels, du type de ceux utilisés en Iran dans des installations industrielles.
Duqu exploite une faille de Windows jusque-là inconnue et se glisse dans les routines du système d’exploitation chargées de l’affichage des polices de caractères TrueType. Cet intrus peut alors « exécuter du code en mode kernel », vient d’expliquer Microsoft dans un communiqué. Autrement dit, obtenir les droits les plus élevés et pouvoir tout faire dans l’ordinateur et par exemple installer de nouveaux programmes ou ouvrir les comptes utilisateurs. Ce serait là le travail de Duqu : explorer le poste de travail, collecter des données, les envoyer sur des serveurs distants et télécharger des logiciels. Deux de ces serveurs ont été repérés et débranchés, en Inde puis en Belgique. De son côté, Microsoft, qui juge le risque faible, dit travailler à un correctif et, en attendant qu'il soit publié, propose une méthode pour éviter l'intrusion : désactiver la reconnaissance des polices TrueType.

Un robot espion spécialisé dans le renseignement
Ce cheval de Troie, cependant, ne se réplique pas. Il a été volontairement envoyé par courrier électronique dans des documents Word « à six organisations » et ce dans huit pays selon le dernier communiqué de Symantec : France, Hollande, Inde, Iran, Soudan, Suisse, Ukraine et Vietnam. D’autres distributeurs l’ont signalé également en Autriche, en Hongrie, en Indonésie, au Royaume-Uni ainsi que dans d’autres entités en Iran. Il ne s’agit donc pas d’un virus se propageant aveuglément au hasard des ordinateurs rencontrés. Duqu serait bien un agent en mission très spéciale chargé de s’infiltrer dans certaines « organisations » et semble-t-il de préparer une attaque plus massive.

Source : Futura-Sciences

dimanche 6 novembre 2011

L'ordinateur le plus puissant au monde est japonais

Construit par l'entreprise japonaise Fujitsu, le « K » est un supercalculateur donc l'assemblage est toujours en cours et qui devrait être achevé d'ici novembre 2012. Depuis juin dernier il occupe la première place du Top 500, le classement des 500 supercalculateurs les plus puissants au monde. Il avait alors détrôné le « Tianhe-1A » avec une puissance de 8.1 pétaflops.
Ce nouveau supercalculateur japonais vient ainsi d'établir un nouveau record en dépassant il y a quelques jours la barre des 10 pétaflops, et devenant ainsi le premier supercalculateur à atteindre cette puissance. Pour atteindre ce score, ce n'est pas moins de 88 128 processeurs à 8 coeurs qui ont été assemblés ensemble, soit un total de 705 024 coeurs. Installé dans le laboratoire Rikagaku Kenkyujo à Kobe, il servira aux scientifiques à mener des projets sur le climat, la médecine ou encore la prévention des catastrophes.
Cependant sa place sur la première marche devrait être de courte durée puisqu'IBM travaille actuellement sur un supercalculateur, baptisé « Sequoia », et qui devrait atteindre les 20 petaflops. Rappelons que le FLOPS est l'acronyme de « Floating-Point Operations Per Second », soit le nombre d'opérations à virgule flottante par seconde. Ce nombre permet de mesurer la vitesse d'un système informatique en dénombrant le nombre d'opérations sur des réels qu'il peut effectuer en une seconde. Ainsi, 1 petaflops = flops, soit un million de milliards de flops.

Source : Sur-la-Toile

vendredi 4 novembre 2011

Facebook garde tout en mémoire

Un jeune étudiant autrichien a découvert que les données qu'il avait effacées de son profil Facebook étaient conservées sur les serveurs du géant américain. Il a déposé 22 plaintes contre Facebook. Vous avez dit David et Goliath?

Voir le reportage sur nouvo.ch

jeudi 3 novembre 2011

Les CAPTCHAs pas aussi sécurisés qu'on ne le pense

L'efficacité des CAPTCHAs est remise en question par des chercheurs de Stanford, en effet, ceux-ci ont conçu un logiciel permettant de décoder beaucoup de CAPTCHAs, ces codes censés protéger les sites web contre l'utilisation de robots. Les CAPTCHAs sont en général considérés comme une barrière protectrice sûre, ce logiciel remet en cause cette barrière. Trois chercheurs de Stanford sont parvenus à décoder différents types de CAPTCHAs utilisés fréquemment sur Internet en développant des algorithmes inspirés de ceux utilisés par les robots pour s'orienter dans différents environnements.
Ce qui ressort est plutôt bluffant, le programme baptisé « Decaptcha » s'est montré plutôt efficace une fois lancé sur le Net en décodant 66% des CAPTCHAs proposés par le site Authorize.net, 70% de ceux utilisés par Blizzard Entertainment ou encore 73% de ceux de captcha.com. Mais ne s'arrêtant pas à ces sites, l'expérience a été moins concluante avec eBay (43%) ou encore Reddit (24%).

Pour aller plus loin: Elie Bursztein, Matthieu Martin, John C. Mitchell, Text-based CAPTCHA Strengths and Weaknesses, ACM Computer and Communication security 2011 (CSS’2011)

Sources : Sur-la-Toile, Clubic.com

mercredi 2 novembre 2011

Après le robot Big Dog, voici PETMAN

Big Dog avait fait sensation sur le net ; cela avait même donné lieu à des parodies. Il s'agissait d'un robot quadrupède capable de surmonter toutes sortes d'obstacles et même de prendre des coups de pieds dans les flancs sans broncher (ni demander son reste, enfin, pour l'instant...).


Cette fois, un autre robot fabriqué par la même firme fait son apparition : PETMAN. La grosse différence est qu'il est plus proche de l'humain que du « chien ». Il est bipède et, lui aussi, garde son équilibre s'il est poussé sur le côté. Il devrait servir bientôt pour des tests d'armes chimiques. Cela va aller jusqu'à imiter la physiologie humaine. Imaginez : il est comme vous en ce moment lorsque vous regardez cette vidéo car il va même transpirer...


Source : Sur-la-Toile