Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



vendredi 29 avril 2011

Piratage PSN : 2 millions de numéros de cartes bancaires sur le marché ?

Vous en cauchemardiez ? Sony l'a fait. Des informaticiens affirment que des pirates se disent en possession de 2,2 millions de numéros de cartes bancaires volés chez Sony grâce au piratage du réseau PSN et du service Qriocity.
C’est en se promenant dans des forums confidentiels fréquentés par des hackers que des spécialistes de sécurité informatique ont repéré des discussions concernant 2,2 millions de numéros de cartes bancaires, avec les noms et adresses de leurs propriétaires. Ce magot ne serait autre que le trésor de guerre récupéré par le ou les pirates du réseau PlayStation Network (PSN) et du service Qriocity, de Sony.
L’information est diffusée par le New York Times, qui rapporte notamment les propos de Kevin Stevens, l’un de ces experts, travaillant chez Trend Micro. D’après lui, des forumeurs mystérieux évoquent une mise sur le marché de ces précieuses données, avec un tarif global de 100.000 dollars. Les voleurs auraient même tenté de revendre le tout à Sony, qui aurait refusé.

Reprise du service la semaine prochaine

Non confirmées, ces rumeurs pourraient n’être que des vantardises de hackers. Sony a répondu que les numéros de cartes et les données personnelles étaient cryptés, ce qui n’a pas vraiment rassuré les populations. D'une part, Sony elle-même a évoqué un tel piratage de numéros : « Bien qu’il n’y ait aucune preuve que des données de cartes bancaires aient été volées, nous ne pouvons écarter cette possibilité », et a conseillé à tous les utilisateurs de PSP qui auraient effectué des achats sur ces réseaux à l’aide d’une carte de crédit de surveiller leur compte bancaire…
D’autre part, les hackers semblent avoir ouvert les bases de données internes du réseau de Sony, « ce qui leur aurait donné accès à tout, y compris les numéros de cartes bancaires », souligne, cité par le New York Times, Mathew Solnik, informaticien spécialisé dans la sécurité et qui a lui aussi suivi les discussions des pirates sur les forums.
Sur son blog en anglais, Sony disait espérer remettre en route ses services PSN et Qriocity aux environs de mercredi prochain. Sur une autre liste FAQ, publiée ce matin, Sony affirme que les données personnelles (listes d’amis, historique des téléchargements, trophées gagnés hors connexion…) seront restaurées une fois le service repris. Par ailleurs, sur la FAQ en français, l’entreprise évoque – vaguement – un dédommagement.

Source : Futura-Sciences

jeudi 28 avril 2011

Cloud computing

Pourquoi le « cloud computing » a-t-il autant la cote auprès des géants de l’informatique ? Patrick Valduriez nous en parle sur Interstices.

mercredi 27 avril 2011

Apple va faire le ménage dans le stockage des données de localisation des iPhone

La firme de Cupertino tente d'éteindre l'incendie stockage de données de localisation sur les iPhone et iPad. Le constructeur a indiqué qu'il travaillait sur une correction d'un bug via la mise à jour d'iOS pour réduire la durée de conservation, la possibilité de la désactiver et surtout de chiffrer ces données.
Après les dénégations de Steve Jobs « Apple ne piste personne », la firme de Cupertino est revenue sur la polémique qui a fait surface la semaine dernière juste après l'annonce des résultats trimestriels de la société. Deux chercheurs ont indiqué avoir trouvé un fichier au sein des iPhone et iPad qui stocke les données géolocalisées des utilisateurs. Ces informations sont conservées pendant 1 an et ne sont pas sécurisées. D'autres chercheurs avaient trouvé dans une moindre mesure le même comportement sur les smartphones sous Android.
Apple vient d'annoncer que la découverte des chercheurs était liée à un bug sur son OS. En conséquence, le constructeur a expliqué sur son site que dans quelques semaines, il mettra à disposition une mise à jour d'iOS. Cette évolution réduira le volume de données géolocalisées stockées, donnera la possibilité de désactiver cette sauvegarde et de supprimer cette mémoire cache quand le service de localisation est éteint. Enfin, Apple indique que dans une autre version d'iOS, ces données seront chiffrées pour garantir leur intégrité.

Source : Le Monde Informatique

vendredi 22 avril 2011

Quand iPhone et iPad vous espionnent

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe : les iPad et iPhone de dernière génération stockeraient en mémoire tous les déplacements de leurs utilisateurs... Décryptage.
Deux chercheurs en informatique, Alasdair Allan and Pete Warden, ont fait une découverte plutôt surprenante et problématique pour les possesseurs d’iPhone et d'iPad : un fichier caché, nommé consolidated.db, stocke en mémoire une série de données sous forme de coordonnées géographiques (latitudes, longitudes) et de dates.
Autrement dit, lors de vos déplacements, votre gadget high-tech préféré répertorie consciencieusement le moindre de vos mouvements. Ce stockage aurait été mis en place avec la version 4 du système d'exploitation iOS, soit il y a un an environ.

Données personnelles géolocalisées et éparpillées

Qu'Apple récolte des informations géolocalisées n'est pas nouveau, puisqu'en juin 2010, la firme de Cupertino a changé sa politique de confidentialité, permettant à ses partenaires, avec l'accord de l'utilisateur, de collecter anonymement et en temps réels ces précieuses données (la célèbre application Foursquare en est un exemple). Le point délicat de cette affaire est que ces éléments seraient archivés de manière régulière et non cryptée (donc accessibles librement) à la fois sur l'iPhone ou l'iPad, mais aussi au travers d'iTunes sur les ordinateurs utilisés pour synchroniser les appareils électroniques. À chaque sauvegarde, l'historique de vos déplacements est dupliqué.
Pour comprendre l'importance et la précision de ces données, il suffit de télécharger une simple application qui les retranscrit sur une carte.

Washington DC to New York from Alasdair Allan on Vimeo.

Voici en image les données de géolocalisation d'un utilisateur d'iPhone du 24 juillet au 29 juillet 2010 soit à peine quelques jours de données ! © Alasdair Allan, Vimeo

Pourquoi ces données sont-elles stockées intentionnellement et que compte en faire Apple ? Deux questions essentielles qui méritent d'être soulevées et qui n'ont pas de réponses à cette heure.
Une chose est sûre, l'équipement croissant en technologies doit aller de pair avec une information régulière du grand public quant à l'exploitation de ses données personnelles.

Source : Futura-Sciences

jeudi 14 avril 2011

Pirat@ge demain sur France 4

Vendredi 15 avril 2011 à 22h20 sur France4.

Le documentaire Pirat@ge retrace l’histoire d’Internet grâce aux témoignages de ceux qui l’ont construit, les hackers. Il se place au cœur des préoccupations de cette génération Y, dont il analyse les modes de communication en réseau, de consommation de biens culturels et de leur partage.

Pour ceux qui veulent ouvrir le flux avec un lecteur genre totem ou VLC, sans passer par un navigateur, c'est le flux suivant :

mms://a988.v101995.c10199.e.vm.akamaistream.net/7/988/10199/3f97c7e6/ftvigrp.download.akamai.com/ 10199/cappuccino/production/publication/Autre/Autre/2011/S13/J4/243145_piratage_pgm_ftvi_mbr.wmv

Consommation électrique des data centers

Deux chiffres nous interpellent :

  • dans un data center, les serveurs coûtent désormais moins cher que la salle qui les abrite,
  • dans les pays développés, la consommation énergétique des data centers dépasse largement 1% de la consommation globale. Or, la tendance n'est pas franchement à la baisse du coût de l'énergie.
Petit tour d'horizon dans un article de guideinformatique.com.

lundi 11 avril 2011

Nos étudiants littéralement drogués à la technologie

Les symptômes que ressentent les jeunes gens qui sont privés de leur gadgets et de la technologie ont été comparés à ceux qu'éprouvent les drogués et les fumeurs : il s'agit de la même chose ! Tous les étudiants de par le monde (12 campus dans 10 pays comme le Royaume-Uni, l'Amérique ou la Chine lors de l'étude) admettent se sentir « dépendants » aux technologies modernes comme les ordinateurs portables, la télévision ou les sites sociaux comme Facebook et Twitter.
L'étude de l'université du Maryland a poussé le bouchon plus loin : demander les pensées des étudiants en détail. On y voit des étudiants qui « craquent » pour la « techno-drogue », des attaques d'anxiété et carrément de la dépression lorsqu'on les force à se détacher des média. Les étudiants donnent les même termes lorsqu'ils décrivent leurs réactions à l'abstinence forcée à la technologie : fou, jaloux, colérique, seul, dépendant, déprimé … paranoïaque.
Les étudiants envoyaient carrément un signal de détresse face à leur dépendance. Les chercheurs s'attendaient à un ressenti de frustration mais sûrement pas une dépendance type « drogue ». Les jeunes d'aujourd'hui sont définitivement « connectés » (pour le meilleur comme pour le pire). Lors de l'étude, on demandait aux étudiants volontaires (17-23 ans) d'arrêter téléphone portable, internet, sites sociaux et télévision ; livres et téléphone filaire étaient autorisées (mais utilisés ??).
On leur demandait de tenir un journal de leurs pensées : un sur cinq exprimaient une détresse caractéristique d'un manque de drogue. Il y a de l'espoir : 21 % ont admis que ce retrait forcé leur avait été bénéfique.

Source : Sur-la-Toile, The Telegraph

mercredi 6 avril 2011

La Suisse toujours plus sûre face aux cyberattaques

La Suisse devient toujours plus sûre en matière de sécurité sur Internet, malgré une année 2010 record en cyberattaques.

Malgré la forte croissance des cyberattaques dans le monde, la Suisse devient toujours plus sûre en la matière. Elle s’est classée au 43e rang au niveau des activités malveillantes sur Internet l’an dernier, alors qu’elle était 35e en 2010, selon le rapport annuel de Symantec.
La firme américaine de sécurité informatique, qui analyse chaque jour des millions d’informations grâce notamment à des leurres installés sur Internet, a indiqué mardi une augmentation de 93% des attaques en ligne en 2010 dans le monde. Elle a répertorié 286 millions de logiciels malveillants pour quelque 3 milliards d’attaques.
L’amélioration de la situation en Suisse pourrait venir de la hausse des activités cybercriminelles dans d’autres pays comme les Pays-Bas et la Corée du sud. Ces Etats ont ainsi rattrapé la Suisse au classement mondial. Les prestataires de services Internet helvétiques s’engagent aussi activement contre les attaques.

Attaques ciblées

Actuellement, les cyberattaques sont de plus en plus ciblées et furtives. Elles abandonnent progressivement le vecteur du spam pour se tourner vers les réseaux sociaux et les téléphones mobiles. «On vise des populations précises avec l’objectif de voler tout type d’information ayant une valeur», résume Laurent Heslault, directeur européen des technologies de sécurité chez Symantec.
Exemple typique de cette régression des «attaques en masse» au profit d’actions ciblées, la diminution des spams qui «ont connu une année noire en 2010: alors qu’on recensait en août dernier 250 milliards de spams envoyés par jour, on en est actuellement à quelque 20 à 30 milliards quotidiens», a indiqué M. Heslaut.
«Avant, on envoyait un virus à la terre entière. Maintenant, des sortes d’usines multiplient les variantes et vont délivrer un logiciel malveillant unique pour chaque ordinateur», détaille-t-il.

Attaques contre les mobiles

Les activités qui tournaient autour du spam se reportent aussi désormais clairement vers les réseaux sociaux, nouveaux vecteurs de propagation. «On va bombarder les murs d’utilisateurs de liens qui vont envoyer l’internaute peu méfiant vers des sites infectés», explique Laurent Heslault.
Le rapport cible également la recrudescence (+42%) des attaques en direction des téléphones mobiles. «Dans de nombreux cas, les cybercriminels ont infesté des utilisateurs de portables en introduisant un programme malveillant dans des applications existantes légitimes», souligne Symantec.

Source : 24 heures

dimanche 3 avril 2011

Créer une galaxie en 2 minutes

Vous ne vous êtes jamais dit qu'il était curieux de contempler des images spectaculaires et en couleurs de l'espace alors qu'Hubble envoie des images exclusivement en noir et blanc du fond de l'espace ? Eh bien ne vous étonnez plus et regardez plutôt comment faire vous-même votre galaxie.

vendredi 1 avril 2011

Twitter a 5 ans

Twitter fête cette semaine son cinquième anniversaire. Le service de micro-blogging enregistre en moyenne 500.000 nouveaux inscrits par jour. Mais si les utilisateurs répondent présent, la question de la rentabilité reste néanmoins posée.
Twitter vient de souffler ses cinq bougies d'anniversaire. Lancé le 21 mars 2006, ce service de micro-blogging a vu son nombre d'utilisateurs exploser ces trois dernières années. Pour fêter l'événement, une page intitulée discover.twitter.com, où des célébrités font l'éloge du réseau social, a été ouverte.
"Les gens qui utilisent Twitter en ont fait ce qu'il est aujourd'hui, et pour notre cinquième anniversaire c'est les gens qui rendent Twitter spécial que nous fêtons", a déclaré Biz Stone, l'un des fondateurs de Twitter.

Quelques chiffres

Des tonnes de tweets parcourent désormais la toile chaque jour. De l'ordre d'un milliard de messages par semaine, les données collectées depuis la création du site approcheraient aujourd'hui les 20,9 To.
En cinq ans, Twitter s'est imposé comme étant l'outil de communication où témoignent en temps réel les individus du monde entier, et ce parfois bien plus rapidement que les médias. Pour un chiffre d'affaires de l'ordre de 45 millions de dollars, le site affiche une valorisation - fictive... - de l'ordre de 7 milliards de dollars (contre 3,7 milliards en 2010).

Source : ZDNet.fr