Le cyberblog du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves. Il a aussi pour ambition de refléter l'actualité technologique dans ce domaine.



mardi 20 mai 2008

Informatica 08

La Suisse a connu jusqu’ici de grands succès dans le développement et l’application des technologies de la communication et de l’information. Elle occupe depuis des décennies une position internationale de pointe. L’informatique suisse joue un rôle clé dans l’industrie (industrie des machines, la chimie, etc.) et dans le domaine des prestations de service (les banques, les assurances, le commerce, les transports, l’administration, etc.). La formation nationale et les institutions de recherches ont acquis une réputation mondiale remarquable, particulièrement dans l’informatique. Plusieurs entreprises informatiques leader mondiales entretiennent des centres de recherches et de développement en Suisse ou sont en train de les implanter. La Suisse est un pays fort de l’informatique.
Une position forte nécessite aussi d’être à jour et de se développer. Deux points faibles se manifestent dans l’informatique en Suisse. La formation scolaire générale, y compris gymnasiale, dispense bien des connaissances utilisateur mais non les bases de la science de l’informatique. De plus, chez les spécialistes de l’informatique, la relève est en danger : après un bon développement jusqu’en 2001, le nombre de places d’apprentissage de la formation professionnelle de base à diminué, particulièrement chez les femmes, et le nombre d’étudiants débutants dans les hautes écoles s’est dramatiquement réduit. Ici, la qualité et la quantité de la relève en informaticiens en Suisse constituent une question d’avenir, particulièrement si l’on considère les activités « offshoring » et « outsourcing ». C’est pourquoi il y a l’année de l’informatique 2008, Informatica08 !
Le patronage, l’organisation et les mécènes d’informatica08 veulent assurer à moyen et à long termes la position forte de l’informatique suisse. Nous coopérons à cette initiative commune pour mieux faire prendre conscience de l’importance décisive de l’informatique pour le développement de l’économie et de la société et, plus particulièrement, d’éveiller l’intérêt de la jeunesse pour l’informatique comme science attractive et comme champ professionnel à long terme. Notre campagne s’adresse à la population suisse tout-entière. Nous promouvons avec des projets spéciaux la formation de base en informatique dans les écoles publiques et du secondaire, l’attraction d’une bonne relève pour l’étude et l’apprentissage de l’informatique comme aussi l’intérêt à la recherche. Nos soucis particuliers vont à la promotion de la femme en informatique. De plus, nous nous engageons pour l’accès aux moyens informatiques des handicapés sans aucune barrière.

lundi 19 mai 2008

SSIE

SSIE est l'acronyme de Société Suisse pour l'Infomatique dans l'Enseignement. Elle a pour but de développer l'enseignement de l'informatique au double point de vue de la science et de la recherche méthodologique et pédagogique et d'offrir à ses membres l'occasion d'échanger des idées, des expériences et des informations. Elle se préoccupe également de l'utilisation didactique de l'ordinateur dans toutes les disciplines.

dimanche 18 mai 2008

Quel langage pour apprendre à programmer ?

La première question que je me suis posée à propos de l'OC informatique est : quel est le meilleur langage pour apprendre à programmer ? Ce langage devait selon moi satisfaire plusieurs critères :

  1. il devait avoir une syntaxe simple ;
  2. il devait être très lisible, afin de pouvoir débugger facilement les programmes des élèves ;
  3. il devait être multi-plateforme et gratuit, afin que les élèves puissent l'installer et l'utiliser chez eux ;
  4. il devait avoir les fonctionnalités des langages orientés objets.
Après quelques heures de recherche sur Internet, le langage qui m'a paru le meilleur et qui satisfait toutes mes conditions est Python. Cerise sur le gâteau, on trouve sur le web un livre téléchargeable gratuitement et extrêmement bien fait.
Vous trouverez tout mon cours Python sur mon site www.apprendre-en-ligne.net/python/. Je suis en train d'écrire les corrigés manquants du livre.

Je suis tout à fait conscient qu'au poly ou à l'uni, les élèves programmeront plutôt en C++ ou en Java, mais à mon avis, ces langages ne sont pas adaptés à l'apprentissage. D'autre part, les langages de programmation, c'est comme les langues : plus on en connaît, plus c'est facile d'en apprendre d'autres.

samedi 17 mai 2008

Worldwide telescope

Le service Worldwide telescope de Microsoft, annoncé par la firme de Redmond comme une révolution dans l'approche de l'astronomie, sera probablement disponible en version finale avant la fin du mois selon Bill Gates en personne. A l'instar de Google Sky, désormais intégré à Google Earth, le service de Microsoft permettra à l'internaute de naviguer virtuellement au milieu des étoiles et des galaxies, grâce à l'agrégation et à la mise en forme de milliers d'images en provenance des plus grands télescopes, qu'ils soient sur Terre ou spatiaux, comme c'est le cas de Hubble. Cette cartographie de l'espace sera accessible à tous et de façon totalement gratuite, promet Microsoft.
« Le Wordwide Telescope prend les meilleures images des meilleurs télescopes, sur Terre et dans l'espace et les assemble en une vue holistique de l'univers. Ce nouveau service changera la façon dont on pratique l'astronomie, dont on enseigne l'astronomie... et surtout, je pense qu'il changera la façon dont nous concevons l'univers » promet Roy Gould, du centre d'astrophysique de Harvard, qui a collaboré à l'élaboration de cette application.
Disponible en version bêta, l'application de Microsoft n'est pour l'instant pas complètement achevée, ce qui peut expliquer les relatives lenteurs ressenties au chargement de certains clichés, la navigation étant en revanche assez fluide et agréable et les menus plutôt complets.