Le cyberblog du coyote

 

Extra

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves.



samedi 24 juin 2017

Google va arrêter d'analyser vos e-mails à des fins publicitaires

Le géant américain du web l'a annoncé ce vendredi 23 juin, dans un post de blog. Si vous n'étiez pas encore au courant, explique The Verge, cette pratique, «que Google effectue depuis quasiment le début de Gmail, permet à l'entreprise d'analyser le contenu des e-mails et de l'utiliser pour fournir des pubs personnalisées à l'intérieur de Gmail lui-même».
Forcément, cela n'était pas très apprécié par tous, rappelle le Financial Times, mais «Google a longtemps rejeté ces inquiétudes par rapport à la lecture des e-mails, et a refusé d'estimer qu'elles étaient légitimes. Le co-fondateur de Google, Sergey Brin, par exemple, les a qualifiées d'"irrationnelles", peu après le lancement de Gmail, et expliquait que le procédé était similaire à ce que font les logiciels anti-virus qui lisent les messages à la recherche de malwares».
Il est cependant probable que vous continuiez à voir des pubs dans Gmail, rappelle de son côté CNN. Mais désormais, «elles seront personnalisées à partir d'informations recueillies via d'autres sources. Par exemple, Google collecte des données sur vous à partir des vidéos que vous regardez sur YouTube, ou des recherches que vous faites». Business Insider indique néanmoins que vous pouvez choisir de refuser ces pubs personnalisées (mais pas collecte de données de Google), en désactivant cette option de vos réglages Google.
Par ailleurs, cela ne veut pas dire que Google va arrêter de «lire» vos e-mails, note justement Variety, qui rappelle que l'entreprise américaine utilise cette «lecture» pour toutes sortes de choses:
«L'application Google sur votre téléphone, par exemple, sait quand votre prochain vol va partir, et s'il est en retard ou non, selon des e-mails que vous recevez de compagnies aériennes et de sites de réservation de voyages. De même, Google Calendar a commencé à automatiquement ajouter des réservations au restaurant et des évènements similaires à votre calendrier en fonction des e-mails que vous recevez. Google scanne également vos e-mails depuis un moment à la recherche de liens vers des sites potentiellement frauduleux, et pour filtrer les spams.»
Depuis quelques temps, Google propose à certains de ses utilisateurs des réponses rapides et automatiques à des e-mails, en fonction de ce que lit l'intelligence artificielle développée par l'entreprise américaine. Alors non, Google ne va pas arrêter de lire vos e-mails, il va simplement arrêter d'en profiter pour vous fournir de la pub ciblée en retour. Et le grand gagnant dans cette histoire, c'est aussi Google, conclut Variety.
«Les consommateurs vont devoir décider s'ils veulent échanger leur vie privée contre des aspects pratiques et donner accès à Google à leurs données pour alimenter ce genre de fonctionnalités —et supprimer de l'équation quelque chose comme les pubs personnalisées pourrait bien aider Google à obtenir plus d'assentiment de la part des consommateurs.»

Source : Slate.fr

jeudi 8 juin 2017

L'intelligence artificielle pour apprendre aux robots

"Il y a à peu près autant de définitions de l'intelligence artificielle que de chercheurs dans le domaine" nous lance Amélie Cordier. Après avoir rappelé les concepts de base de cette discipline, cette spécialiste de l'intelligence artificielle pour l'apprentissage des robots nous apporte quelques éclairages sur ses travaux dans cet épisode du podcast audio.

Ecouter le podcast sur Interstices.

mercredi 7 juin 2017

Monter un ordinateur


Votre ordinateur est souffreteux ? Il rame, est à bout de souffle, charger la moindre page web vous prend plus de temps que la lire ? Une seule solution : changer votre ordinateur ! Oui, mais l'écran est encore bon, le clavier est comme neuf et la souris toujours aussi véloce. Cette vidéo vous montre comment faire un ordinateur pour seulement 50 €. Une manière simple et peu onéreuse de maintenir à jour un parc d'ordinateurs dans une salle d'informatique. Car le Raspberry Pi est sûrement plus efficace que votre PC qui date de 5 ans...

mardi 6 juin 2017

Échecs et Maths

D'où viennent les échecs ? Quels rapports les mathématiques et les échecs ont-ils entretenu ? Peut-on résoudre le jeu d'échecs (au sens mathématique) ? Comment construire un programme informatique qui joue aux échecs ? Comment fonctionnait Deep Blue? Quel est le secret de sa victoire contre Kasparov ?

Ecouter le podcast "Programmer un jeu d'échecs" de La Méthode scientifique sur France Culture (1.6.2017)

dimanche 4 juin 2017

Le cyberarsenal de la NSA... à louer ?

Les hackers qui ont dérobé plusieurs cyberarmes top secret à l'agence de renseignements américaine affirment vouloir les mettre à disposition sur le Net.

Lire l'article de Baudouin Eschapasse sur le point.fr

mardi 30 mai 2017

Qui est Lazarus, le groupe de pirates dont l’ombre plane sur le rançongiciel WannaCry ?

L’implication du groupe dans la cyberattaque sans précédent qui a touché des dizaines de pays mi-mai semble de plus en plus probable.

Lire l'article sur lemonde.fr

dimanche 28 mai 2017

Doc Seven : 7 bugs informatiques catastrophiques

samedi 27 mai 2017

AlphaGo, l'ordinateur prodige au jeu de go, prend sa retraite

Le superordinateur AlphaGo de Google a battu samedi pour la troisième fois d'affilée le petit génie chinois du go, un jeu de stratégie asiatique, et va maintenant cesser de se mesurer aux humains, a indiqué son développeur.
AlphaGo l'a de nouveau emporté face au Chinois Ke Jie, 19 ans, dans la dernière partie d'une série de trois matchs disputés cette semaine à Wuzhen, dans l'est de la Chine.
Mais selon son développeur DeepMind Technologies, une filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle et située à Londres, ces trois parties sont les dernières qu'AlphaGo jouera contre un humain.
Désormais, les informaticiens à l'origine du logiciel vont s'attaquer "à relever de nouveaux défis et développer des algorithmes qui pourront un jour aider les chercheurs à résoudre certains des problèmes les plus complexes auxquels nous faisons face" dans le domaine médical notamment, a expliqué Demis Hassabis, le fondateur de DeepMind.
AlphaGo avait déjà fait sensation l'an dernier en battant le grand du jeu de go maître sud-coréen Lee Se-Dol par quatre parties à une. C'était la première fois qu'un logiciel écrasait un joueur chevronné lors d'un match entier.
La victoire d'AlphaGo avait été saluée comme une percée technologique pour les ordinateurs, désormais capables non seulement de conduire des voitures mais aussi d'aider l'humanité à résoudre quelques-uns des problèmes scientifiques, techniques ou médicaux les plus ardus. AlphaGo est ainsi doté d'algorithmes qui lui permettent d'apprendre de ses expériences.
Déjà en 1997, le champion du monde d'échecs Garry Kasparov avait été vaincu par l'ordinateur Deep Blue d'IBM.
Mais le défi pour la machine semblait bien plus relevé au jeu de go, dans lequel deux adversaires tentent d'occuper le plus d'espace sur un plateau quadrillé en plaçant alternativement des pierres noires et blanches.
La taille du tablier (19 lignes sur 19) offre un nombre incalculable de configurations possibles - davantage qu'il y a d'atomes dans l'univers - et le déroulement du jeu obéit à des concepts stratégiques qui vont au-delà du simple calcul mathématique, aussi puissant soit-il.
Ce qui signifie que l'intuition et la créativité sont essentielles pour gagner à très haut niveau. Deux domaines dans lesquels l'humain, croyait-on, était nécessairement supérieur à la machine.

Source : Sciences et Avenir.fr

jeudi 25 mai 2017

Jeu de go : AlphaGo remporte son premier duel contre le N° 1 mondial

À l'occasion du Sommet sur l'avenir du go qui se tient en Chine, l'IA AlphaGo de Google DeepMind s'est lancé dans une série de matchs qui le voit notamment affronter l'actuel numéro un mondial, le Chinois Ke Jie. Le premier duel a tourné à l'avantage de la machine, mais le combat fut serré.

Lire l'article sur Futura-Sciences

lundi 22 mai 2017

Cyberattaque WannaCry : 98 % des PC touchés par le ransomware étaient sous Windows 7

Selon les statistiques publiées par l'éditeur Kaspersky, c'est Windows 7 et non pas Windows XP qui a été le plus touché par la propagation du rançongiciel WannaCry. On en sait également plus sur la méthode de propagation du logiciel malveillant : il ne s'agissait pas de courriels piégés.

Lire l'article de Marc Zaffagni sur Futura-Sciences.