Le cyberblog du coyote

 

Extra

Editorial

Ce blog a pour objectif principal d'augmenter la culture informatique de mes élèves.



jeudi 17 août 2017

Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les mots de passe

Le NIST est une agence américaine dépendant du département du commerce et elle a ainsi pour but de promouvoir l’économie et l’industrie à travers les technologies et les standards. Elle a différentes missions et elle s’intéresse notamment au chiffrement ou encore à la sécurité des données.
En 2003, un de ses chercheurs a établi des règles précises régissant la création et la gestion des mots de passe.

Le NIST a longtemps conseillé des mots de passe complexes

Le rapport écrit par Bill Burr faisait environ huit pages et il dispensait de nombreux conseils afin de faciliter la vie des utilisateurs. Il préconisait notamment d’utiliser des chaînes de caractères aléatoires mêlant minuscules, majuscules, chiffres et caractères spéciaux au lieu de mots faciles à mémoriser.
L’expert ne s’arrêtait pas là cependant et il conseillait également de changer de mot de passe tous les trois mois pour augmenter la sécurité.
Toutefois, ces conseils n’ont pas porté leurs fruits et les contraintes imposées par cette méthode se seraient même révélées contre-productive. C’est en tout cas ce qui ressort de l’entretien de Bill Burr avec le Wall Street Journal.
Il a en effet profité de l’entrevue pour revenir sur ce fameux rapport et exprimer ses regrets.
Les hackers cherchant à trouver un mot de passe par brute force s’appuient systématiquement sur des dictionnaires de mots de passe couplés à des algorithmes développés par leur soin. Ces dictionnaires se composent de mots ou d’expressions courantes et Bill Burr pensait à l’époque qu’une chaîne de caractères complexes suffisait à les contrer.

Il est finalement préférable d’opter pour des suites de mots

Mais voilà, les règles imposées étaient beaucoup trop contraignantes.
En conséquence, de nombreuses personnes ont choisi de partir d’un mot ou d’un nom facile à mémoriser et de le complexifier ensuite avec quelques caractères spéciaux de leur cru. Seul problème, les hackers ont adapté leurs algorithmes en conséquence et ces mots de passe « complexes » sont donc devenus très faciles à cracker.
D’après Bill Burr, un mot de passe comme 1$!Th0m4s!$1 n’aurait donc besoin que de quelques heures pour être cracké et il se révélerait ainsi du même coup totalement inefficace. L’expert recommande donc à présent d’opter pour une suite de mots faciles à retenir, mais n’ayant aucun lien particulier entre eux. Des suites comme thomasmyrtillecamionpoisson ou même mamanchampignonoignondringdring.
Bien sûr, cela ne vous dispense pas d’activer la double authentification sur vos différents comptes… C’est d’ailleurs ce que recommande la CNIL.

Source : fredzone

dimanche 13 août 2017

DeepMind, l'IA de Google, déclare la guerre sur StarCraft II

DeepMind et l'éditeur Blizzard viennent de publier de précieux outils. Ceux-ci permettront aux chercheurs en intelligence artificielle (IA) de créer des agents virtuels capables d'affronter les humains à armes égales au jeu de stratégie StarCraft II.

Lire l'article de Marc Zaffagni sur Futura-Sciences.

samedi 29 juillet 2017

Son robot en Lego lui vaut les éloges

Un article aujourd'hui dans le Quotidien jurassien sur un des meilleurs travaux de maturité que j'ai expertisé.

jeudi 27 juillet 2017

Elon Musk et Mark Zuckerberg s’écharpent au sujet de l’intelligence artificielle

Certains mots peuvent entrainer des clash et dans l'univers des milliardaires aussi, il y a des sujets qui fâchent ! Elon Musk le patron de Tesla et SpaceX n'est pas d'accord avec la position de Mark Zuckerberg (Facebook), au sujet de l'intelligence artificielle.

Lire l'article sur BeGeek,fr

dimanche 16 juillet 2017

Les hommes bientôt remplacés par les robots ?

lundi 3 juillet 2017

Les conséquences du développement de l'IA sur l'emploi: interview de Michael Watkins

Le développement de l’intelligence artificielle pose des défis majeurs à nos sociétés. On le voit notamment dans le monde du travail, qui va expérimenter des transformations sans précédent. Interview de Michael Watkins, professeur de leadership et d’organizational change à l’IMD.

Ecouter le podcast sur RTS La première

dimanche 2 juillet 2017

Youtube : le problème n’est pas l’algorithme, c’est l’argent

David Louapre, un de mes youtubeur préféré (science étonnante), a écrit un long article sur la difficulté de vivre de sa passion de vidéaste.

Lire son article sur son blog.

samedi 24 juin 2017

Google va arrêter d'analyser vos e-mails à des fins publicitaires

Le géant américain du web l'a annoncé ce vendredi 23 juin, dans un post de blog. Si vous n'étiez pas encore au courant, explique The Verge, cette pratique, «que Google effectue depuis quasiment le début de Gmail, permet à l'entreprise d'analyser le contenu des e-mails et de l'utiliser pour fournir des pubs personnalisées à l'intérieur de Gmail lui-même».
Forcément, cela n'était pas très apprécié par tous, rappelle le Financial Times, mais «Google a longtemps rejeté ces inquiétudes par rapport à la lecture des e-mails, et a refusé d'estimer qu'elles étaient légitimes. Le co-fondateur de Google, Sergey Brin, par exemple, les a qualifiées d'"irrationnelles", peu après le lancement de Gmail, et expliquait que le procédé était similaire à ce que font les logiciels anti-virus qui lisent les messages à la recherche de malwares».
Il est cependant probable que vous continuiez à voir des pubs dans Gmail, rappelle de son côté CNN. Mais désormais, «elles seront personnalisées à partir d'informations recueillies via d'autres sources. Par exemple, Google collecte des données sur vous à partir des vidéos que vous regardez sur YouTube, ou des recherches que vous faites». Business Insider indique néanmoins que vous pouvez choisir de refuser ces pubs personnalisées (mais pas collecte de données de Google), en désactivant cette option de vos réglages Google.
Par ailleurs, cela ne veut pas dire que Google va arrêter de «lire» vos e-mails, note justement Variety, qui rappelle que l'entreprise américaine utilise cette «lecture» pour toutes sortes de choses:
«L'application Google sur votre téléphone, par exemple, sait quand votre prochain vol va partir, et s'il est en retard ou non, selon des e-mails que vous recevez de compagnies aériennes et de sites de réservation de voyages. De même, Google Calendar a commencé à automatiquement ajouter des réservations au restaurant et des évènements similaires à votre calendrier en fonction des e-mails que vous recevez. Google scanne également vos e-mails depuis un moment à la recherche de liens vers des sites potentiellement frauduleux, et pour filtrer les spams.»
Depuis quelques temps, Google propose à certains de ses utilisateurs des réponses rapides et automatiques à des e-mails, en fonction de ce que lit l'intelligence artificielle développée par l'entreprise américaine. Alors non, Google ne va pas arrêter de lire vos e-mails, il va simplement arrêter d'en profiter pour vous fournir de la pub ciblée en retour. Et le grand gagnant dans cette histoire, c'est aussi Google, conclut Variety.
«Les consommateurs vont devoir décider s'ils veulent échanger leur vie privée contre des aspects pratiques et donner accès à Google à leurs données pour alimenter ce genre de fonctionnalités —et supprimer de l'équation quelque chose comme les pubs personnalisées pourrait bien aider Google à obtenir plus d'assentiment de la part des consommateurs.»

Source : Slate.fr

jeudi 8 juin 2017

L'intelligence artificielle pour apprendre aux robots

"Il y a à peu près autant de définitions de l'intelligence artificielle que de chercheurs dans le domaine" nous lance Amélie Cordier. Après avoir rappelé les concepts de base de cette discipline, cette spécialiste de l'intelligence artificielle pour l'apprentissage des robots nous apporte quelques éclairages sur ses travaux dans cet épisode du podcast audio.

Ecouter le podcast sur Interstices.

mercredi 7 juin 2017

Monter un ordinateur


Votre ordinateur est souffreteux ? Il rame, est à bout de souffle, charger la moindre page web vous prend plus de temps que la lire ? Une seule solution : changer votre ordinateur ! Oui, mais l'écran est encore bon, le clavier est comme neuf et la souris toujours aussi véloce. Cette vidéo vous montre comment faire un ordinateur pour seulement 50 €. Une manière simple et peu onéreuse de maintenir à jour un parc d'ordinateurs dans une salle d'informatique. Car le Raspberry Pi est sûrement plus efficace que votre PC qui date de 5 ans...