Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus ou, pourquoi pas, de créer leur propre blog...
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


mardi 21 février 2006

La sciences des hits

Vous souvenez-vous de l'histoire des moutons de Panurge ? Un seul mouton saute à l'eau et c'est l'ensemble du troupeau qui se noie. Il se pourrait bien que les amateurs de musiques choisissent leurs idoles de la même façon. La Star Academy nous l'avait déjà montré, mais aujourd'hui l'Université de Columbia nous le prouve.
Les chercheurs de Columbia ont créé un test grandeur nature, plus de 14.000 auditeurs. Ils ont créé un catalogue de chansons pop. Les titres et interprètes des ces morceaux étaient complètement inconnus.
Ce catalogue a été soumis à plusieurs groupes de personnes. Le premier groupe devait noter les morceaux sans pour autant communiquer leurs impressions. Cette référence a permis de se donner une idée de la qualité des morceaux sans "effet de groupe".
Puis, l'expérience a consisté à créer 8 groupes. Dans chacun d'entre eux, les auditeurs avaient la possibilité de connaître le nombre de téléchargement du morceau. Le morceau le plus populaire est différent dans chaque groupe. Mais le plus probant est que les chansons élues sont celles qui faisaient partie des plus téléchargées.
En effet, plus une chanson était écoutée, plus les testeurs suivants pensaient qu'elle en valait la peine. Une espèce d'effet boule de neige, qui peut propulser une chanson au devant de la scène sans référence à sa qualité.
En fait, l'offre de musique est trop importante pour que le public en écoute l'intégralité. C'est donc tout simplement le filtre de la popularité qui attire les auditeurs.

Participer au MusicLab : MusicLab à Columbia
Sources : LiveScience.com, Sur la Toile

lundi 20 février 2006

Edugraphe

Edugraphe est un éditeur de graphes écrit en java, convivial et simple d’utilisation. Il est particulièrement adapté aux programmes de mathématiques du secondaire et permet de créer des applets java directement exploitables en cours.

Les principales caractéristiques d’Edugraphe sont :

  • Création de courbes définies par y=f(x) ;
  • Création de courbes par la méthode d’Euler (programmes de première et terminale S) ;
  • Possibilités d’ajouter des points et des droites quelconques sur le graphique ;
  • Création automatique d’une tangente à une courbe (il suffit de préciser le point) ;
  • Représentation des suites définies par un+1=f(un), un=f(n) ou un+1=f(un,n) ;
  • Représentation graphique et calcul de la valeur approchée de l’aire d’un domaine défini par une courbe (méthodes disponibles : rectangles, trapèzes, point médian et Simpson) ;
  • Illustration graphique et calcul de la valeur approchée d’une solution d’une équation de la forme f(x)=y ;
  • Chaque élément graphique peut-être rédéfini par un simple clic ;
  • Possibilité de zoomer et d’ajouter un quadrillage ;
  • Un texte (avec ou sans formules mathématiques) peut-être associé à chaque élément graphique ;
  • Le graphique peut être exporté sous la forme d’une image (format png ou eps pour LaTeX) et imprimé ;
  • Le graphique peut aussi être enregistré sous la forme d’une applet java incluse dans une page web : un simple navigateur suffit alors à réafficher le graphique avec uniquement les éléments désirés.

dimanche 19 février 2006

JavaSlide

JavaSlide est une applet java qui simule une antique règle à calcul.

samedi 18 février 2006

S'initier au boulier en 10 leçons

Le boulier est un instrument de calcul très ancien qui a été utilisé dans toutes les régions du monde. Actuellement, on le rencontre encore en Asie (Chine et Japon principalement) et même en Europe de l'est, où il constitue toujours une méthode de calcul très courante, notamment sur les marchés.
L'objectif de ce wikibook n'est pas de présenter l'histoire du boulier mais son utilisation : vous y trouverez une initiation au boulier en 10 leçons. Ce cours est dans sa première partie inspiré du livre Le Boulier - Initiation de Jean Cumin et Jean Hossenlopp.
Il existe plusieurs méthodes pour utiliser un boulier. Les méthodes présentées sont un mélange de méthodes personnelles et de méthodes très classiques et souvent japonaises (les méthodes japonaises sont réputées plus efficaces).

vendredi 17 février 2006

Dmaths

Dmaths est destiné à tous ceux qui utilisent régulièrement l'éditeur d'équation de OpenOffice.org ou StarOffice, en particulier les professeurs de mathématiques.
Ce logiciel libre (sous licence GPL) fonctionne sous Linux et Windows. Il est en cours de développement. Il est disponible en français, anglais et allemand (guide d'installation et mode d'emploi compris).

jeudi 16 février 2006

BBgraf

BBgraf : un environnement pour le dessin mathématique. On trouve sur ce site des outils et des données libres (GNU General Public License) pour la production et l'édition d'images à tendance mathématique ou chimique (formats PostScript, jpeg et pdf). On y trouve aussi des papiers quadrillés, millimétrés, semi-logarithmiques, etc., directement imprimables pour des feuilles format A4. Et il y a encore d'autres surprises à découvrir d'urgence sur ce site très riche de Jean-Paul Vignault.

mercredi 15 février 2006

MusiNum - The Music in the Numbers

MusiNum est un programme gratuit de sonorisation écrit par Lars Kindermann qui transforme les nombres en musique fractale. Tout le monde peut créer une musique en quelques minutes. Intéressant pour les mathématiciens et les amateurs de musique. Les concepts des fractales, l'auto-similarité et de nouvelles sortes de symétries sont maintenant audibles.

mardi 14 février 2006

La courbe d'un coeur

Y a-t-il une courbe mathématique qui ressemble à un coeur? La réponse est oui. Il y en a même plusieurs:



Sources: Heart Curves - MathWorld

Et si vous voulez en savoir plus sur les différentes techniques pour dessiner un coeur (ça peut être utile aujourd'hui ;-) ), la page Heart Curve du site Mathematische Basteleien vous comblera.

lundi 13 février 2006

Blogs et ados

Adolescents dévorés par la passion du blog
Par Sophie Balbo
Une version de cet article est parue dans le magazine L'Hebdo du jeudi 4 août 2005.

Des millions de jeunes se racontent sur internet. Parmi eux, de nombreux Romands y consacrent parfois tout leur temps libre. Témoignages.
«J'ai créé un blog pour que mes amis puissent découvrir tous les aspects de ma personnalité.»
Alex, collégien genevois de 16 ans, est un des 2,5 millions de jeunes francophones à avoir créé un skyblog. Ces journaux intimes, à la fois publics et interactifs, ont pris une place considérable dans la vie quotidienne des adolescents: ils n'hésitent pas à y passer plusieurs heures par jour, que ce soit pour les actualiser ou pour répondre aux commentaires qu'ils reçoivent.
Ils ont pour la plupart entre 13 et 16 ans, ils sont en pleine période de remise en question et ont besoin de partager leurs expériences, souvent en image. Dans ce but, ils créent des blogs (abréviation de weblog), autrement dit des pages personnelles sur internet, faciles à mettre à jour.
Les jeunes francophones utilisent le plus souvent la plate-forme de la radio française Skyrock, l'une des premières à avoir offert l'opportunité à tout un chacun de créer ce qu'elle appelle des skyblogs. Le site accueille plusieurs milliers de nouveaux blogueurs par jour, dont de nombreux Romands.
Poésie, sport, chagrins d'amour ou dernière paire de baskets achetée: les blogueurs parlent de tout. Sarah, Genevoise de 10 ans, a créé son skyblog en février, après avoir reçu un appareil photo numérique pour son anniversaire: «Je voulais pouvoir faire comme mes copines, confie-t-elle. Il y a des photos de moi, de mes amies, de ma famille, de ma chambre, de mon école, et je viens de mettre l'image de mon nouveau sac.»
S'il parle beaucoup de sa petite personne, il arrive tout de même que l'internaute dédie son blog à un individu qu'il admire, ou à une passion. On en trouve ainsi qui sont dédiés aux «plu bo mecs de la ter». L'un des plus populaires, «Lavachette33», contient uniquement des photos de vaches et de pis, qui invitent à poster des remarques inspirées.
Les blogueurs sont essentiellement motivés par les commentaires, qu'ils peuvent recevoir à tout moment et qui s'affichent à l'écran du plus récent au plus ancien. Karin Collaud, de Lausanne, se connecte une ou deux fois par jour sur son blog pour lire les nouveaux messages qui lui sont arrivés. «J'aime recevoir l'avis des personnes qui lisent mes poèmes», explique également Julie Matthey, collégienne genevoise de 16 ans.
Le blog est donc symptomatique du besoin qu'ont les jeunes de partager leur monde et de se libérer. Alex utilise le sien pour parler de son homosexualité. «C'est bien plus facile de l'exprimer ainsi, plutôt que de hurler dans la rue: "Je suis gay!", confie-t-il. Mes amis, à qui je donne mon adresse, le savent, et cela nous permet d'aborder le sujet librement.»
«Ces confidences publiques sont liées au besoin des jeunes de quitter le cercle familial et d'étendre le cercle d'intimité aux copains», explique Christophe Ginisty, directeur de PointBlog à Paris, un magazine en ligne dédié à la blogosphère. Dans ce sens, les blogs sont souvent compris comme une extension du journal intime.
Pour preuve, une étude menée en janvier 2004 par le Massachusetts Institute of Technology. Elle indique que 18% des blogueurs jugent que ce qu'ils publient est «très» ou «extrêmement privé», au sens personnel et confidentiel.
La Genevoise Emily Turrettini, pionnière des blogs et co-auteure de Blog Story*, y voit le signe d'une disparition progressive de l'intimité: «Les blogs contribuent à faire sauter les derniers verrous qui séparaient encore privé et public, personnel et collectif, intime et publiable.»
Cette nouvelle forme de sociabilité et d'exhibitionnisme s'accompagne pourtant d'un paradoxe: les blogueurs prennent des pseudonymes et tiennent à cacher leur identité. «Ils veulent exclure des blogs leurs parents et autres adultes», précise Christophe Ginisty. Ainsi, ils ne se dévoilent qu'à leurs amis - à qui ils donnent leur adresse - et aux inconnus.
«Pour les jeunes qui sont en pleine période de questionnements identitaires, ces pages deviennent une plate-forme d'expression qui leur permet de prendre racine dans un environnement, de s'affirmer et de se lâcher», explique Christophe Ginisty. Il s'agit, selon l'expert, d'un phénomène sain, qui permet aux adolescents de s'ouvrir aux autres, de dire ce qu'ils ont sur le coeur, de se sentir compris, sans pourtant être coupés d'une vie sociale, puisqu'ils s'en servent justement pour alimenter leur blog.
Sur lequel ils passent un temps considérable. La jeune Sarah y consacre deux heures par jour en période scolaire. Ce qui, d'après Christophe Ginisty, la situe dans la moyenne. Inquiétant? Pas pour sa mère, qui estime qu'il s'agit d'un «passe-temps comme un autre».
Ce n'est pas l'avis de la plupart des adultes. Sans parler de la pauvreté de l'orthographe, Emily Turrettini - qui édite des blogs sur la téléphonie mobile et qui est mère d'un jeune blogueur - y voit un danger dans la mesure où les adolescents s'exposent sans protection aucune à la critique, parfois virulente.
Les insultes fusent dans la blogosphère: «Il est nul ton blog», ou «T'as vu ta gueule, t'es trop moche» sont récurrents. «Il s'agit d'un nouveau média pour les ados, explique Emily Turrettini. Ils ne se rendent pas encore compte de l'impact de leurs remarques destructrices; ils n'oseraient d'ailleurs jamais les faire en face.»
Les proches qui figurent dans un blog à leur insu n'apprécient pas toujours la plaisanterie. Il arrive que des photos de profs avec commentaires dénigrants soient publiées, ce qui a contraint des établissements français à interdire les blogueurs.
'intimité de l'entourage peut aussi être violée. Aux Etats-Unis, une baby-sitter a été renvoyée suite aux propos qu'elle a tenus dans son blog sur les enfants de ses employeurs et sur ses déboires.
On a également reproché à Karin Collaud, de Lausanne, de «trop s'exhiber». Pourtant, son blog est dans la «norme»: il contient 145 pages illustrées de photos prises en famille ou en soirée. Alors que cette jeune femme de 25 ans a la maturité suffisante pour ne pas faire cas de ce genre de remarques, d'autres blogueurs craquent: «J'arèt ce blog, peut-on lire sur la page d'une internaute. J'en ai eu mar car la plupart des comenter sont des critique envers moi!!! comen pouvé vous me jujé alor ke vou ne me conécé méme pa???»
Emily Turrettini constate pourtant que le désir de notoriété est souvent le plus fort: «Cela fait cool de dire qu'on a un blog. On vit dans une société de spectacle, de confessions publiques, qui peut influencer les jeunes.» Et les tabous tombent, comme pour Julien Zehnder, 23 ans, auteur genevois de trois skyblogs: «Je n'ai pas de limites, c'est une manière de faire savoir ce que je ressens à mes proches.»
Les premiers blogs accessibles sont nés en 1999. «Ils ont pris de l'ampleur après les attentats du 11 Septembre, explique Emily Turrettini. Le public a commencé à chercher un autre outil pour s'informer.» Depuis, ils sont devenus de véritables vecteurs médiatiques et politiques. Simples à créer, ils ont commencé à s'immiscer dans la vie des ados et particulièrement des filles (60%) depuis 2003, notamment grâce à Skyrock.
Mais si l'on en croit Christophe Ginistry, la durée de vie des blogs d'ado ne dépasse que rarement une année. Car le besoin de partager son intimité est passager. «Une fois que le blog a permis au jeune de donner davantage d'importance à sa vie, il tend à passer à autre chose», remarque l'expert. Le nombre de blogueurs devrait donc se stabiliser à 3 millions d'ici à une année.

dimanche 12 février 2006

Cercles de culture

J'ai vu cette semaine sur "Planète" un reportage intéressant sur les "Crop Circles" (les "cercles du culture", ou d'agroglyphes en français). La beauté toute mathématique de ces dessins dans les champs m'a impressionné, surtout quand on sait qu'ils peuvent mesurer plus de cent mètres de long.


Stonehenge, Juillet 1996

Les illuminés pensent qu'ils ont été créés par les extra-terrestres. En fait, ils sont évidemment faits par des artistes bien de ce monde, traqués à la fois par les paysans dont ils saccagent les cultures et les illuminés qui les accusent de saboter les messages envoyés par les extra-terrestres. On voyait d'ailleurs dans le reportage une équipe en action, qui a créé un dessin en moins de cinq heures.


Ce reportage, "Cercles dans les blés", de Kirk Kirkland (2004) sera rediffusé sur Planète jeudi 16 février à 17h10.

A voir un site où on ne parle pas d'extra-terrestres: Crop Circles

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 >