Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.

lundi 16 juin 2014

Tapis vert

Le jeu du Tapis vert était un jeu de la Française des jeux apparu à la fin des années 80 qui consistait à cocher pour chaque couleur une carte allant du 7 à l'as. Si le joueur avait coché les 4 cartes tirées quotidiennement sur TF1, il gagnait 1 000 fois sa mise. Un "problème" survint le 29 mars 1988 : c'est le carré d'as qui fut tiré, combinaison jouée par de nombreux joueurs. Il y eut 22 000 gagnants, ce qui coûta très cher et força la FDJ à modifier les règles pour limiter les gains distribués par la suite.


tirage du tapis vert exceptionnel ! par bureaupeda

Source : Se coucher moins bête

lundi 9 juin 2014

Deux stratégies révolutionnaires en théorie des jeux

Un article en deux parties qui explique deux stratégies étonnantes :

  1. Première partie
  2. Seconde partie
Source : Science étonnante

dimanche 1 juin 2014

Comment gagner à pierre-papier-ciseaux (presque) chaque fois


On aurait pu prendre le célèbre jeu pierre-feuille-ciseaux pour une affaire de chance et de hasard. On aurait pu croire, ainsi, que chaque joueur choisissait de manière aléatoire l'un de ces trois signes, ou même qu'ils apparaissaient à intervalles réguliers au cours d'une partie, en suivant un logique équilibre statistique. D'après le Washington Post, qui relaie une vaste étude réalisée sur ce jeu par les scientifiques de l'université chinoise de Zhejiang, il n'en est rien.
En réalité, notre choix reposerait la plupart du temps sur deux schémas. Lorsqu'on gagne, on conserve le même signe. Et lorsqu'on perd, on en change, en optant pour le signe suivant en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre : pierre, puis feuille, puis ciseaux, puis pierre, etc. Pour être plus clair, la journaliste du Washington Post donne un exemple :

1er round : Emilie joue feuille, je joue pierre. Elle gagne.
2e round : Emilie joue de nouveau feuille, je change pour feuille. Ex-æquo.
3e round : Emilie change pour ciseaux, je change pour ciseaux. Ex-æquo, je perds le tour.

Reste à parvenir, pour les joueurs les plus habiles, à anticiper les choix de son adversaire en suivant ces réactions prédictibles, et avec la rapidité requise. L'étude, conclut l'article, livre plus généralement des enseignements sur la manière dont nos prises de décision les plus basiques peuvent être conditionnées par certains mécanismes mentaux.

Source : Big Browser