Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.

jeudi 26 mars 2020

Les figures sonores de Chladni

Au tout début du dix-neuvième siècle, Ernst Florens Friedrich Chladni était célèbre pour donner des représentations au cours desquelles il présentait l’expérience suivante. Prenant une plaque de cuivre, il la saupoudrait de sable fin, puis la faisait vibrer en y frottant un archet et transformait ainsi la plaque en instrument de musique. Le sable dessinait alors des figures géométriques qui dépendaient des vibrations imposées à la plaque.

Lire l'article de Serge Cantat et Luc Hillairet sur Images des mathématiques

mercredi 25 mars 2020

Un éclairage mathématique sur l’ingénierie du photovoltaïque

La consommation mondiale en énergie connaît une augmentation considérable depuis des décennies, augmentation qui n’est pas près de s’arrêter selon les rapports de l’US Energy Information Administration. La majorité de la production énergétique mondiale est issue de sources limitées et polluantes avec des conséquences dramatiques sur la santé de notre planète comme l’indique l’International Energy Agency. Il devient donc plus que nécessaire de développer d’autres sources propres et durables. L’énergie solaire photovoltaïque fait partie des candidats favoris à cette transition énergétique. Aussi, de nombreuses équipes de recherche œuvrent à développer de nouvelles technologies de cellules solaires dans l’objectif d’améliorer leurs rendements, de diminuer leur coût et de limiter l’empreinte carbone de leur fabrication.
À travers cet article, nous verrons comment les mathématiques peuvent participer à cette aventure technologique dont l’enjeu dépasse le simple loisir scientifique. Nous expliquerons comment les outils de simulation numérique peuvent apporter un éclairage nouveau sur la question du rendement photovoltaïque, appuyant ainsi les méthodes usuelles en ingénierie des matériaux. L’objectif de l’article n’est pas de donner les détails techniques ou les résultats de notre étude, mais vise surtout à exposer les étapes clés d’une démarche de recherche en mathématiques appliquées.

Lire l'article d'Athmane Bakhta sur The Conversation

vendredi 20 mars 2020

Pourquoi l'équinoxe du printemps arrive plus tôt cette année ?

Bonne nouvelle : cette année, le printemps débute plus tôt qu'il l'a fait depuis 1896 ! Très exactement ce vendredi 20 mars 2020 à 4 heures 49 minutes 28 secondes du matin, heure de Paris. Au moment précis où le Soleil traversera le plan équatorial terrestre. Aucun des deux hémisphères de notre Terre ne sera alors plus éloigné ou plus proche du Soleil.
Rappelons que ce moment que les astronomes appellent l'équinoxe tire son nom du latin aequus signifiant égal et nox signifiant nuit. Car alors, le jour et la nuit sont supposés durer exactement 12 heures.
Mais pourquoi le printemps 2020 arrive-t-il si tôt ? D'abord parce qu'une année solaire ne dure pas exactement 365 jours et un quart. Ainsi, tous les quatre ans, la date du solstice fait un saut de 45 minutes en arrière. Et ce même si les autres années, elle avance plutôt d'environ 6 heures.
C'est ensuite le jeu des années bissextiles qui intervient. En règle générale, les années divisibles par 100 - comme 1700, 1800 ou 1900 - ne doivent pas être bissextiles. Mais l'an 2000 ayant en plus été divisible par 4 a bien été bissextil. Et l'ajout d'un 29 février cette année-là a fait avancer la date de l'équinoxe.
C'est la combinaison de ces deux phénomènes qui nous offre, en cette année 2020, une fin d'hiver astronomique exceptionnellement précoce.

Source : Nathalie Mayer sur Futura