Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts et ces vidéos, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus.
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.

mercredi 31 juillet 2019

La suite de Skolem



La suite de Skolem (2 tomes)
Jean-François Kierzhowski, Marek
Pirate(s) Editions (2016, 2017)
104 pages

Présentation de l'éditeur
Une entité surnaturelle apparaît dans les endroits les plus incongrus du globe avant de disparaître. Ratmir et Roldek cherchent à élucider ce mystère. Seule certitude : le lieu et l'heure semblent obéir à une logique mathématique, une suite de Skolem... Avec ce roman graphique, les auteurs reprennent les codes du récit d'aventures à l'ancienne (entre Tintin et Jules Verne).

mardi 30 juillet 2019

L'appel des maths : Tome 1, Nombres

L'appel des maths : Tome 1, Nombres
Jean-Pierre Boudine
Cassini (21 mai 2019)
256 pages

Présentation de l'éditeur
Cet ouvrage est la première incursion de notre maison dans le monde de l'enseignement secondaire, si l'on excepte les ouvrages destinés aux concurrents aux Olympiades et le livre de Nicolas Bacaër, Histoires de mathématiques et de populations, qui a été utilisé dans d'innombrables TPE. Depuis les années 90, les clubs de maths se multiplient dans les lycées, regroupés dans des associations comme Math en Jeans et Animath, soutenues par les pouvoirs publics. A la question "Comment motiver les élèves pour l'étude des mathématiques ?", on peut apporter la réponse : "En montrant son utilité, aussi bien dans la vie quotidienne que comme clef de la haute technologie". C'est une voie didactique puissante qui a été considérablement enrichie par de nombreux travaux, en particulier ceux du consortium international COMAP (Consortium for Mathematics and its Applications), dont nous publions en 2018 l'ouvrage Ca sert à tout (en 7 volumes). L'autre voie est celle qui est suivie dans cet ouvrage. Elle consiste à tenter de faire sentir la séduction des mathématiques, en dépit ou à cause de leur exigence, séduction qui n'est que faiblement liée à leur utilité. Les mathématiques peuvent séduire parce qu'elles sont un monde dont les objets et les relations montrent une extraordinaire variété, où s'effectuent des démarches, des mouvements de l'intelligence eux-mêmes d'une étonnante diversité. Il s'agit d'un monde culturel, aussi riche que celui des autres arts. Ce premier volume est consacré aux nombres, un second tome est en préparation, consacré à la géométrie.

lundi 29 juillet 2019

Sue Finley, une surdouée des mathématiques pour le programme Apollo

Embauchée par le Jet Propulsion Laboratory dans les années 1950, Sue Finley a intégré un service 100 % féminin et contribué aux grands programmes spatiaux des États-Unis. Cette femme un rien espiègle, qui a toujours préféré les chiffres aux lettres, est aujourd'hui encore, à 82 ans, au service de la Nasa.

Lire l'article de Futura

dimanche 28 juillet 2019

La Loterie Nationale est sans limites (est-ce grave ?) - Chat Sceptique #8

samedi 27 juillet 2019

Langages des maths, langages de l’informatique

Un nouvel « entretien autour de l’informatique » : Serge Abiteboul et Gilles Dowek interviewent Thierry Coquand, informaticien et mathématicien français, professeur à l’Université de Göteborg en Suède. Thierry Coquand est l’auteur de nombreux travaux en théorie de la démonstration et sur les mathématiques constructives. Il est, en particulier, à l’origine, avec Gérard Huet, du Calcul des constructions, qui est la théorie implémentée dans le système Coq.

Lire l'article de Serge Abiteboul et Gilles Dowek sur The Conversation

vendredi 26 juillet 2019

Les statistiques en CRISE !! Bayes 13

jeudi 25 juillet 2019

Êtes-vous vraiment à six degrés de séparation de n'importe qui sur Terre?

Seulement cinq intermédiaires entre vous et la reine d'Angleterre. Peut-être même moins avec Donald Trump, cela peut en laisser certains rêveurs. Mais en théorie seulement.

Lire l'article de Céline Hussonnois-Alaya sur BFMTV

mercredi 24 juillet 2019

Les tresses: de la topologie à la cryptographie

La notion de tresse, vue comme objet « tressé, natté ou entrelacé » remonte à plusieurs siècles et a été universellement utilisée à des fins décoratives ou même pratiques, par exemple dans la confection de cordes ou de câbles. Une tresse peut être un entrelacement de trois cordelettes ou brins, le brin gauche passant par dessus le brin central, puis le brin droit, puis le gauche, puis le droit, cette opération étant répétée autant de fois que nécessaire. Mais une tresse désigne aussi tout entrelacement de plusieurs cordes ou brins à condition que celles-ci suivent une direction précise.

Lire l'article de Luis Paris sur Images des mathématiques

mardi 23 juillet 2019

Alan Turing bientôt sur les billets de 50 livres

Le mathématicien anglais Alan Turing (mon idole), célèbre pour avoir participé au décryptage des messages codés de la machine Enigma, a été choisi pour illustrer le verso des futurs billets de 50 livres à partir de la fin de l'année 2021, a annoncé le gouverneur de la Banque d'Angleterre.


Comme on peut le voir sur l'image ci-dessus, le dessin du billet comportera:
  • Une photo de Turing prise en 1951
  • Un tableau et des formules mathématiques tirés de l'article phare de Turing On Computable Numbers, with an application to the Entscheidungsproblem
  • La machine pilote du moteur de calcul automatique (ACE)
  • Dessins techniques pour la bombe de Turing
  • Une citation de Turing: «This is only a foretaste of what is to come, and only the shadow of what is going to be». («Ce n’est qu’un avant-goût de ce qui va arriver et seulement l’ombre de ce qui va se passer.»)
  • La signature de Turing
  • Un ruban avec un message en code binaire.

jeudi 11 juillet 2019

La parapsychologie est TROP scientifique | Bayes 12

mercredi 10 juillet 2019

Jean-Jacques Rousseau, un homme de lettres et de sciences

Philosophe emblématique de la période des Lumières, Jean-Jacques Rousseau, à travers la publication du Contrat Social, a réinventé la façon de comprendre et de pratiquer la politique. Pour illustrer ses propos, il recourt fréquemment à l’usage des mathématiques. Parmi ses détracteurs, nombreux sont ceux à avoir remis en cause les connaissances scientifiques du philosophe. Alors, à tort ou à raison ?

Lire l'article de Jonathan Rotge sur Images des mathématiques

mardi 9 juillet 2019

Dérivée et dérivée seconde

jeudi 4 juillet 2019

La foule peut-elle battre Kasparov aux échecs ? - Fouloscopie

mardi 2 juillet 2019

Le hasard et ses lois

En kiosque actuellement:

lundi 1 juillet 2019

Une IA créée par Google prouve plus de 1200 théorèmes mathématiques

Un groupe de chercheurs de Google a développé un programme d'Intelligence Artificielle chargé de prouver des théorèmes mathématiques. Certains mathématiciens y voient déjà l'avenir de la recherche.

« Vous obtenez une précision et une justesse maximales, sans avoir à rentrer dans le détail. (...) Peut-être que se décharger ainsi de tout ce travail, que l'on devait faire à la main, nous libérerait du temps pour chercher de nouveaux concepts et poser de nouvelles questions » explique Jeremy Avigad, de la Carnegie Mellon University.

L'Intelligence Artificielle au service des mathématiques

Si l'Intelligence Artificielle peut sans doute rendre service dans des domaines comme la livraison de colis ou la conduite de véhicules autonomes, peut-elle égaler l'esprit humain dans des champs aussi précis que la découverte ou la résolution de théorèmes mathématiques ? À vrai dire, les chercheurs en mathématiques expérimentales se sont déjà penchés sur la question, et certaines découvertes récentes sont bien l'œuvre de machines, bien qu'elles aient été ensuite vérifiées à la main par des humains. Parmi elles, on peut mentionner une nouvelle formule pour calculer Pi, une expression simplifiée de la formule sommatoire d'Euler, ou encore de nouveaux résultats au problème de la somme des cubes de Mordell.

De l'apprentissage à l'application

L'équipe de Google s'est basée sur HOL Light Theorem Prover, un logiciel destiné à aider les mathématiciens à formaliser et vérifier leurs raisonnements. L'IA a d'abord été entraînée à résoudre 10 200 théorèmes, dont la plupart relevaient de l'algèbre linéaire, l'analyse réelle ou l'analyse complexe. Les chercheurs de Google soulignent néanmoins que leur approche permettrait des applications très diverses.
Lors de cette première phase d'entraînement, l'intelligence artificielle a été capable de prouver 5919 des théorèmes qui lui avaient été proposés, soit 58% de bonnes réponses. Pour la phase d'application, les chercheurs ont ensuite proposé une série de 3217 nouveaux théorèmes, dont la machine n'avait jamais eu connaissance. Cette fois, elle a pu en prouver 1251, atteignant un taux de réussite de 38,9%.
Ces résultats satisferont alors sans doute les futurologues adeptes de Ray Kurzweill, qui prédit l'arrivée de la Singularité - ce moment où l'intelligence des machines dépasserait l'intelligence humaine - autour de 2045.

Source : article de Sylvain Nawrocki sur Clubic