Le blog-notes mathématique du coyote

 

Extra
Langues :

Editorial

Ce blog a pour sujet les mathématiques et leur enseignement au Lycée. Son but est triple.
Premièrement, ce blog est pour moi une manière idéale de classer les informations que je glâne au cours de mes voyages en Cybérie.
Deuxièmement, ces billets me semblent bien adaptés à la génération zapping de nos élèves. Ces textes courts, privilégiant le côté ludique des maths, pourront, je l'espère, les intéresser et leur donner l'envie d'en savoir plus ou, pourquoi pas, de créer leur propre blog...
Enfin, c'est un bon moyen de communiquer avec des collègues de toute la francophonie.


vendredi 22 juillet 2016

Et mes fesses, elles sont roses, mes fesses ?

C’est très compliqué, d’expliquer pourquoi dépister un cancer ne sauve pas forcément de vies, et pourquoi ne pas dépister peut parfois le faire.
D’abord parce que c’est tout à fait contre intuitif.
C’est facile, joli et surtout rassurant de se dire « On passe un examen pour chercher un cancer, pis si on en trouve un on peut le traiter avant qu’il ne soit trop tard. » C’est super séduisant, ça paraît absolument logique. Alors qu’expliquer le contraire, c’est relou, ça demande des maths et des stats et des raisonnements chiants. Et puis on n’a pas très envie d’y croire, même quand on a tout lu avec les sourcils froncés et tout compris. On a vite envie de revenir à la logique intuitive, de dire « Oui ok c’est bien beau tout ça mais c’est rien que des stats, et moi je ne suis pas une stat. »

Lire la suite de cet article sur jaddo.fr. C'est le blog d'un médecin généraliste, pas d'un mathématicien...

lundi 18 juillet 2016

Des mathématiques pour améliorer sa performance sportive

Les mathématiques sont utiles pour résoudre des problèmes concrets ! Un exemple : vous voulez améliorer votre performance en course à pied. Quelle est la meilleure manière de procéder ?

Écoutez la réponse de la chercheuse Amandine Aftalion en podcast audio.

dimanche 17 juillet 2016

Activité à partir du clip Story O' My LF de Shaka Ponk


Le clip de Shaka Ponk :

samedi 16 juillet 2016

Petite histoire des mathématiques


Petite histoire des mathématiques
Jean-Pierre Escofier
Dunod (2 mars 2016)
224 pages

Présentation de l'éditeur
Cette petite histoire des mathématiques s'adresse en premier lieu à tous ceux qui étudient ou enseignent les mathématiques mais aussi plus largement à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des sciences. L'ouvrage dresse un panorama historique des mathématiques : des origines, Euclide et la numération, à la cryptographie, jusqu'aux développements récents et leurs applications (météorologie, modélisation des écosystèmes, GPS, internet...), sans oublier les mathématiques venues d'ailleurs (algèbre arabe, arithmétique chinoise...).

vendredi 15 juillet 2016

Deux (deux ?) minutes pour... le théorème de Bézout

jeudi 14 juillet 2016

Nombre d’or et abeilles

Le nombre d’or ou « divine proportion » représente parait-il le rapport le plus esthétiquement parfait que l’on puisse trouver dans la nature, dans les monuments antiques, les œuvres d’art célèbres ou un simple rectangle.

Lire l'article du Dr Goulu sur Pourquoi Comment Combien.

vendredi 1 juillet 2016

Le problème des 50 prisonniers

Les gardiens d'une prison promettent de libérer leurs 50 prisonniers tous ensemble s'ils réussissent l'épreuve suivante. Les gardiens écrivent les 50 noms des prisonniers sur 50 cartons. Ils placent les cartons au hasard, à raison d'un carton par boîte, dans 50 boîtes fermées et alignées sur une grande table. Les prisonniers sont conduits les uns après les autres devant les boîtes. Sans savoir ce qu'ont fait les prisonniers précédents, chaque prisonnier doit ouvrir 25 des 50 boîtes et y trouver le carton avec son nom. Les prisonniers ne peuvent déplacer ni les boîtes ni les cartons, et doivent refermer les boîtes ouvertes avant de sortir. L'épreuve n'est réussie que si chaque prisonnier trouve son nom. Avant que l'épreuve commence, les prisonniers peuvent se concerter pour convenir d'une méthode, mais une fois l'épreuve commencée, ils n'ont plus aucun échange.
Les prisonniers pourraient procéder au hasard. Par exemple, ils pourraient utiliser une loterie à 50 numéros : chaque prisonnier lancerait la loterie autant de fois qu'il le faut, et ouvrirait la boîte indiquée par la loterie (sans tenir compte des numéros tombés plusieurs fois), cela jusqu'à avoir ouvert 25 boîtes. Chacun aurait une chance sur deux de réussir, et puisque les tirages seraient indépendants, la probabilité qu'ils réussissent tous serait exactement 1/250 = 8,881 3 10–16, ce qui est vraiment très peu !
Ils peuvent faire beaucoup mieux et avoir une probabilité de réussite collective supérieure à 30 %. Comment ?

Réponse dans l'article de Pour la Science écrit par Jean-Paul Delahaye

dimanche 26 juin 2016

Une classe historique

L'année passée à la même époque, j'avais poussé un coup de gueule en voyant les résultats de maths de nos élèves. De nouveau, puisque rien n'a changé cette année, il était prévisible qu'on allait à la catastrophe. Ce fut le cas.
Relativisons un peu quand même. Cette année j'avais deux classes terminales: une classe d'option biologie-chimie bilingue et une classe non scientifique. Autant dire le jour et la nuit. La première a "bien réussi", si l'on compare avec les autres classes. La deuxième classe est historique (ce sont les mots de l'expert): 1.76 de moyenne à l'écrit !!! Douze élèves ont moins de 2, six ont entre 2 et 2.9. Une élève a eu 3. En plus, l'expert m'a dit que j'avais été généreux... Les champions du monde. Notons au passage que tous ces élèves ont eu leur matu. Quant à l'oral, ce fut évidemment aussi le pire de ma carrière (alors que ce fut l'un des meilleurs avec mon autre classe).
Tout cela m'inspire trois réflexions:

  1. Les profs ne servent (presque) à rien. Je veux dire par là que les bons élèves s'accommoderont de n'importe quel prof, et que même le meilleur prof du monde ne pourra rien faire avec des élèves qui ont décidé de laisser tomber sa branche.
  2. Les élèves n'ont plus d'honneur. Seul le résultat compte. Peu importe que l'on passe pour un(e) gros(se) con(ne) devant le jury. Dans la classe historique, seules 3 élèves sur 19 ont eu au final une note suffisante (elles ont toutes eu la note 4).
  3. Les examens de maturité sont une perte de temps. Tout est joué à l'avance. Les examens finaux ne changent rien.
Allez! Cela ira bientôt mieux. En effet, les conditions de promotion vont (enfin) changer cette année et les élèves pourront moins calculer. Espérons que les maturités suisses retrouveront le crédit qu'elles ont perdu depuis quelques années.

Pour finir, quelques perles de la classe historique:

On analyse une courbe représentant la marée à Londres.
Moi : "Savez-vous ce qui provoque les marées ?"
Une élève : "Ben, la mer elle monte parce que la Tamise elle met de l'eau dedans!" (sic).
Une autre élève, au fond: "C'est quoi la Tamise ?"

"L'intersection de deux plans est un cube."

Moi: " y = 2 est une droite horizontale. A votre avis, quelle est l'équation d'une droite verticale ?"
Une élève : "2 = y ?"

Moi: "C'est Winston Churchill qui a dit que..."
Une élève : "Celui des clopes ?"
Une autre élève : "Mais non ! Tu sais, l'Américain..."

Moi: "Il nous faut choisir une destination pour le voyage d'études. Que pensez-vous de Vienne?"
Une élève : "Vienne ? C'est où ça?"
Une autre élève : "Ah non ! Cela ressemble trop à Bienne..."

vendredi 24 juin 2016

L'héritage des Sombres

Pour une fois, ce billet n'a rien à voir avec les maths. Un de mes collègues, Pascal Lovis, va sortir son premier roman, L'Héritage des Sombres. Pour cela, il a lancé une campagne Ulule qui marche déjà très fort. D'après ceux qui ont lu le manuscrit, c'est très bien. Si vous êtes fan de Tolkien, ce livre est pour vous. Un atlas est en préparation. Il sera en couleurs s'il réussi à collecter assez de fonds.


Liens utiles : http://fr.ulule.com/heritagedessombres/, https://www.facebook.com/heritagedessombres/

mardi 21 juin 2016

Les tours de Hanoï I : le problème classique

« La poste nous a remis récemment une petite boîte en carton peint, sur laquelle on lit : la Tour d’Hanoï, véritable casse-tête annamite, rapporté du Tonkin par le professeur N. Claus (de Siam), mandarin du collège Li-Sou-Stian. Un vrai casse-tête, en effet, mais intéressant. Nous ne saurions mieux remercier le mandarin de son aimable intention à l’égard d’un profane qu’en signalant la Tour d’Hanoï aux personnes patientes possédées par le démon du jeu. »

Lire l'article sur Images des Mathématiques

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 >